La liberté d’expression et la tolérance, ça s’apprend, le second degré et l’irrévérence aussi !

Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur.

Stendhal (citation trouvée ici)

Samuel Paty avait simplement fait son métier en illustrant son cours d’enseignement moral et civique (EMC) avec une caricature de Mahomet. En réaction à son assassinat, Nicolas Gastineau a publié sur le site de Philosophie magazine un article intitulé « Jules Ferry, la laïcité et le fanatisme » où il remonte à l’origine de ces cours d’instruction civique et morale en s’appuyant sur la lettre aux instituteurs du 17 novembre 1883. Une lettre où les fameux hussards noirs de la République sont appelés à redoubler d’efforts pour préparer à notre pays une génération de bons citoyens.

Les instituteurs des débuts de la IIIe République n’avaient pas à craindre d’être massacrés. La République était triomphante et sûre d’elle-même et ses ennemis obscurantistes, qui se rencontraient surtout parmi certains catholiques, n’auraient jamais agi ainsi. Ils leur suffisaient de mettre leurs enfants dans l’enseignement confessionnel, dit libre, puisque la République, bonne fille admettait l’existence de ces établissements concurremment à ceux de l’enseignement public. On était loin des projets unificateurs de la Révolution française et notamment de celui de Le Peletier de Saint-Fargeau en 1793. En voici les premiers articles.

ARTICLE PREMIER

Tous les enfants seront élevés aux dépens de la République, depuis l’âge de cinq ans jusqu’à douze pour les garçons, et depuis cinq ans jusqu’à onze pour les filles.

II

L’éducation nationale sera égale pour tous ; tous recevront même nourriture, mêmes vêtements, même instruction, mêmes soins.

III

L’éducation nationale étant la dette de la République envers tous, tous les enfants ont droit de la recevoir, et les parents ne pourront se soustraire à l’obligation de les faire jouir de ses avantages.

Cet embrigadement spartiate avait notamment pour but d’arracher les enfants aux influences familiales qui n’allaient pas toujours, loin s’en faut, dans le sens des idées révolutionnaires. Âprement discuté à la Convention, le projet resta lettre morte. Mais reprenez le aujourd’hui et vous comprendrez que, concernant certains élèves et à certains parents d’élèves, il pourrait avoir quelques avantages… Est-ce cela que nous souhaitons ? Non, sans doute, mais il faut bien reconnaître qu’il est difficile à l’enseignement public de contrebalancer l’influence obscurantiste de certaines familles.

Et ce n’est pas seulement une question de de religion, mais aussi de culture et d’intelligence. De même que les caricatures de Mahomet resteront un sujet d’indignations pour certains musulmans fondamentalistes et inconséquents – ne divinisent-ils pas ainsi le prophète, alors que, selon le Coran, il n’y de dieu qu’Allah ? – de même, il se trouvera toujours des gens pour taxer Fernand Reynaud de xénophobie pour le sketch « Le douanier » …

…. et pour accuser Montesquieu d’être un raciste et un apologiste de l’esclavage, pour avoir écrit ce qui suit (cf De l’Esprit des lois, Livre XV, chapitre V) :

De l’esclavage des nègres.

SI j’avois à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les negres esclaves, voici ce que je dirois.

Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres.

Le sucre seroit trop cher, si l’on ne faisoit travailler la plante qui le produit par des esclaves.

Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; & ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque, impossible de les plaindre.

On ne peut se mettre dans l’esprit que dieu, qui est un être très-sage, ait mis une ame, sur-tout une ame bonne, dans un corps tout noir.

Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une facon plus marquée.

On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Egyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étoient d’une si grande conséquence, qu’ils faisoient mourir tous les hommes roux qui leur tomboient entre les mains.

Une preuve que les negres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre, que de l’or, qui, chez des nations policées, est d’une si grande conséquence.

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commenceroit à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.

De petits esprits exagerent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle étoit telle qu’ils le disent, ne seroit-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde & de la pitié ?

Pour qui sait lire, écouter, penser, les intentions véritables de l’humoriste et du philosophe apparaissent clairement, non ? Mais pour cela, il faut comprendre ce qu’est le second degré, l’ironie, l’humour, et cela passe par une éducation. Or qui est responsable de l’éducation ? La famille ou l’école ? Et que faire quand l’une est incapable par ignorance ou par stupidité et que l’autre renonce par crainte ou par lassitude ?

La tâche des enseignants est énorme et pour tout dire impossible dans le système éducatif tel qu’il est aujourd’hui. Un homme est mort d’avoir cru à son métier et à des valeurs qu’il lui était bien difficile de faire entendre dans les conditions actuelles et, sans une réforme profonde, pour ne pas dire une révolution, ce drame pourrait bien se répéter. Ce n’est pas de gesticulations, d’indignations et de déclarations à chaud dont nous avons besoins, mais de réflexions, d’écoute et de débats. Mais sait-on ce qu’est débattre, réfléchir, écouter… Il nous faut non pas le temps court des décisions prises sous le coup de l’émotion, mais la volonté de changer profondément, non seulement le système, mais aussi nous mêmes, dans la durée.

Cela pourra–t-il jamais se faire ? Connaissant la nature humaine, j’en doute. Autant espérer que le covid-19 puisse un jour disparaître d’un coup de baguette magique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.