Initiation aux études historiques

POURQUOI ÉTUDIER L’HISTOIRE ?

La question peut paraître absurde, sa réponse évidente – ou au contraire plonger dans les gouffres d’incertitude décrits par Patrick Boucheron dans sa Lettre à un jeune historien. Il est néanmoins nécessaire de la poser à l’orée d’un ouvrage dont l’objectif est de communiquer aux étudiants qui commencent l’Université le goût et les méthodes d’une discipline exigeante aux ambitions multiples.

L’histoire a pour objet l’étude et la connaissance des sociétés passées sous ses aspects les plus variés dont ce manuel présentera quelques-uns. Mais pourquoi étudier le passé ? Cela fait bien longtemps que l’on sait que nul ne tire de « leçons de l’histoire », que les guerres d’hier n’ont jamais évité celles de demain et que les erreurs des autres n’empêchent pas les nôtres. En ce sens, l’histoire est un vaste exercice d’humilité, qui nous enseigne que chaque situation est unique, imprévisible et incontrôlable. Elle nous invite à produire des synthèses et à proposer des systèmes explicatifs, à construire des analogies avec le temps présent qui peuvent être fécondes – mais à toujours laisser une large marge à la variation. L’histoire nous apprend l’importance de l’inattendu.

Être historien, c’est alors s’efforcer d’identifier nos croyances et nos idées reçues pour sortir de nous-mêmes en regardant l’autre, en nous confrontant à des civilisations éloignées, pas forcément géographiquement, mais chronologiquement. Ce ne sont pas les ressemblances qui doivent nous frapper, mais les différences qui donnent à penser. C’est dans la considération des écarts entre deux situations qui pourraient sembler identiques que se loge peut-être la meilleure leçon : savoir ne pas considérer le présent comme l’aboutissement logique d’un progrès inéluctable.

Certains étudient l’histoire pour savoir d’où ils viennent. Cette ambition transparaît encore dans de nombreux discours : l’histoire pour expliquer, pour justifier, pour construire des identités collectives, des théories et des revendications. L’histoire est éminemment politique et risquée. Faire de l’histoire aujourd’hui, c’est ainsi savoir reconnaître ces usages et ces manipulations du passé, en démonter les rouages, en comprendre les implications. C’est accepter que l’histoire soit l’affaire de tous, et reconnaître qu’il faut parfois soi- même se départir de ses fonctions d’historien pour revêtir l’habit de penseur et de citoyen. Comme le montre l’historien Jean-Clément Martin, comparant les traditions d’enseignement de l’histoire dans différents pays du monde, « indépendamment de toutes considérations nationales ou régionales, l’enseignement de l’histoire tel qu’il est pratiqué ici et là répond ainsi à trois exigences communes que l’on peut résumer ainsi : il doit assurer la formation du citoyen 1) capable de prendre des responsabilités dans la cité, mais aussi 2) capable de transmettre et de défendre les valeurs de la communauté, tout en étant 3) suffisamment critique pour établir la vérité scientifique et savoir démêler le vrai du faux contre les déformations mémorielles ».

Liberté de pensée, recul et humilité sont ainsi trois maîtres mots de la formation au métier d’historien.

La citation ci-dessus me ramène à un sujet qui m’est cher. Elle est extraite d’un fort intéressant manuel numérique interactif en libre accès que je vous invite à découvrir.

Vous en trouverez une présentation sur Numerique Premium ainsi que dans cette vidéo de l’APHG…

Lire aussi la présentation sur le site de l’APHG

… dans le webinaire qui lui est consacré :

Ecouter l’entretien donné par les auteurs sur le site des Rendez-vous de l »histoire.

Lire aussi un autre entretien sur Actuel Moyen Âge et une chronique de Veni vidi sensi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.