Bibliographie historique arboisienne

J’ai quelques attaches à Arbois, capitale du vignoble jurassien. Vous trouverez sur Wikipédia un certain nombre d’informations et de liens sur cette ville. Par ailleurs, le catalogue de la bibliothèque intercommunale Arbois, vignes et villages signale de nombreux ouvrages avec ce mot en sujet ou en titre. Mon propos est ici de tenter une bibliographie sur l’histoire d’Arbois avec, quand cela et possible, des accès aux versions numérisées des ouvrages. Il ne s’agit là que d’une ébauche. Des mises à jour régulières sont prévues. Dernière mise à jour : 15 novembre 2017.

Sommaire

Pour une première approche

Bruno, Christian et Eric de Brisis et Philippe Bruniaux. Arbois et sa région : cité historique, pays de Pasteur, capitale des vins du Jura, ses environs. [Molamboz] : [E. de Brisis] , 1992.

Arbois : aux vignobles lumineux. Lons-le-Saunier : Mêta Jura, 2015. (Collection Franche Comté / Itinéraires jurassiens).

Voir aussi sur divers aspects de l’histoire d’Arbois les publications de

Les trois piliers de l’histoire arboisienne

Emmanuel Bousson de Mairet (1796-1871)

  • Annales historiques et chronologiques de la ville d’Arbois, 1856, disponible dans Google livres et sur le site de la médiathèque de Salins. Réédité en 1992 sous le titre Histoire d’Arbois au Livre d’histoire dans la collection Monographies des villes et villages de France.
  • Une Suite des Annales d’Arbois de 1830 à 1860 sous forme manuscrite est disponible en ligne sur le site de la médiathèque de Salins.
  • Les soirées jurassiennes, ou Episodes de l’histoire de Franche-Comté, Paris, Dumoulin, 1858, disponible dans Google livres

Au sujet de l’auteur, voir le mémoire de Georges Gazier paru dans le Bulletin trimestriel de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon. 1er trimestre 1935.

Ernest Girard

  • Chroniques arboisiennes. Préface par René Vallery-Radot. Arbois, imprimerie de Mme Chapeau, 1906. En ligne sur le site de la médiathèque de Salins. Réédité en 2003 au Livre d’histoire dans la collection Monographies des villes et villages de France

Georges Grand (1886-1974)

  • Histoire d’Arbois. Préface de Louis Pasteur Vallery-Radot. Besançon, Imprimerie de l’Est, 1958. Réédité en 1959 à la même adresse, puis en 1967 par l’imprimerie L. Sansovini (Arbois) et en 1996 au Livre d’histoire dans la collection Monographies des villes et villages de France.

Bibliothèques numériques sur le Jura et la Franche-Comté

Bibliothèque numérisée de la médiathèque de Salins

Mémoire vive de Besançon, notamment la presse

Portail LIANE (LIvres et Archives Numériques En ligne) qui offre un accès à tous les documents patrimoniaux numérisés dans la région Franche-Comté par les bibliothèques, les services d’archives et les centres de documentation des musées.

Voir aussi

les bibliothèques participant à la numérisation du patrimoine écrit en Franche-Comté

les ressources documentaires de Patrimoine en Bourgogne franche-Comté

Publications des sociétés savantes franc-comtoises

L’association Pasteur Patrimoine Arboisien publie une revue Annales Pasteur Patrimoine Arboisien (2007-2008), devenue La revue du patrimoine d’Arbois et de son canton.

 La Société d’émulation du Jura publie depuis 1818 une publication annuelle qui est une mine de renseignements et qui a eu 4 titres successifs :

  • Société d’émulation du département du Jura. 1818-1835
  • Travaux de la Société d’émulation du département du Jura. Lons-Le-Saunier : Société d’émulation du département du Jura, 1837-1865
  • Mémoires de la Société d’émulation du Jura. Lons-Le-Saunier : Société d’émulation du Jura, 1867-1965. Partiellement accessible : 1867-1940.
  • Travaux présentés par les membres de la Société… Lons-Le-Saunier : Société d’émulation du Jura, 1970-….

L’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté successivement :.

  • Séances publiques de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon 1754-1859
  • Mémoires 1860-1866
  • Séances publiques 1866-1875
  • Procès verbaux des séances 1878-1892
  • Procès verbaux et mémoires depuis 1893, en partie disponible : 1893-1940

Voir aussi les revues des sociétés savantes numérisées dans le cadre de Mémoire vive, patrimoine numérisé de Besançon.

Périodiques

Périodiques anciens publiés à Arbois

L’Abeiile jurassienne. Hebdomadaire. Arbois, 1830-1947.

Ce périodique disparu a laissé une trace dans la toponymie avec l’impasse de l’Abeille où il était imprimé.

Le Carillon d’Arbois. Hebdomadaire. Arbois, 1887-1894.

Presse publiée dans le Jura ou en Franche-Comté

La partie du site des Archives nationale  consacrée aux journaux provinciaux.

Le site Presse locale ancienne de la BNF.

La partie Presse et revues de Mémoire vive de Besançon.

Dictionnaires

Alphonse Rousset. Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté et des hameaux qui en dépendent. Département du Jura. Tome 1p. 36-55. Disponible dans Google livres.

Fourquet, Émile. Les hommes célèbres et les personnalités marquantes de Franche-Comté : du IVe siècle à nos jours. Besançon : Sequana, 1929.

Miche Vernus, Max Roche. Dictionnaire biographique du département du Jura. Lons-le-Saunier : Arts et littérature, 1996.

Sources manuscrites

Une référence sur les manuscrits :

Ulysse Robert. Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris. 1878, Mémoires de la Société d’émulation du Jura. Repris dans : Jean et Anne-Marie Courtieu. Sources parisiennes relatives à l’histoire de la Franche-Comté: Incluant le catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris, par Ulysse Robert, 1878. Presses universitaires franc-comtoises, 2001.

Exemple de manuscrits :

Louis Stouff éd. Cartulaire de la ville d’Arbois au comté de Bourgogne, suivi de pièces annexes, de notes et de tables, XIIIe et XIVe siècles, Revue bourguignonne de l’Enseignement Supérieur, t. 8 n° 2, 1899 (à part : Dijon-Paris, 1899). Voir sur Persée.

Louis Stouff. Les comtes de Bourgogne et leurs villes domaniales : étude sur le régime communal, forme de l’exploitation seigneuriale, d’après le cartulaire de la ville d’Arbois, suivie du texte de ce cartulaire, de pièces annexes, de notes et de tables, XIIIe, XIVe siècles. Paris : L. Larose et Forcel, 1899.

  • Le cahier d’écolier d’Arbois. Voir chronique.

Œuvres littéraires

Noëls arboisiens

Jean-Louis Billot. Recueil de poésies contenant: 1° quatre noëls au patois d’Arbois, 2° des cantiques pour les principales fêtes de l’année, 3° plusieurs autres pièces relatives à différents événemens de la révolution et au retour de Bonaparte d’Egypte, le tout sur de beaux airs connusChez l’auteur, 1802.

Commenté et partiellement repris par Max Buchon. Noëls et chants de Franche-Comté. Libraries Billet et Duvernois, 1863, p. 63-67.

Monuments

André Pidoux de La Maduère, Le Vieil Arbois. Dijon, impr. Bernigaud et Privat, 1939-1940. 2 vol. :

  • Sur la rive droite de Cuisance
  • La rive gauche et les origines.

Remparts

Ed. Clerc, « Enceintes fortifiées de la Franche-Comté », in Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Besançon, Procès-verbaux et mémoires, Séance du 28 janvier 1867, p.141-165 disponible dans Google livres avec notamment une partie sur Arbois.

Les remparts, Arbois, Salins, Poligny : exposition itinérante, itinérante, 20 juin-15 septembre 1985. Besançon (25) : ASMVP (Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine), 1985. Exposition réalisée dans le cadre de la convention de développement culturel entre les villes d’Arbois, Poligny, Salins et le Ministère de la culture.

Chapelle de l’Ermitage

Notice sur l’hermitage d’Arbois et sur sa vierge miraculeuse, qui vient d’être heureusement retrouvée. Arbois : Impr. de Mme Javel, septembre 1856.

Pierre André Pidoux de la Maduère, Notice historique sur Notre-Dame de l’Hermitage d’Arbois, 1937.

Pierre Grispoux. Notre-Dame de l’Ermitage d’Arbois : aux origines du vocable, numéro spécial de  La nouvelle revue franc-comtoise, n° 64-67, 1978.

Collège d’Arbois

Julien Feuvrier. « L’ancien collège d’Arbois », in Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 1899, 6e série, vol. 4, p.213-248.

Voir aussi  la chonique sur le cahier d’un écolier d’Arbois conservé à la bibliothèque nationale.

Eglise Saint-Just

Joseph Girard.

  • L’Église Saint-Just d’Arbois : le monument et son histoire. Arbois : Mervant, 1934. Réédition chez le même éditeur en 1954.
  • L’Église Saint-Just d’Arbois  : son glorieux passé et son rôle dans la vie de la cité : conférence faite pour le Comité du clocher d’Arbois, le 10 février 1935.  Editions du « Vieil Arbois », 1935.

Villages environnants

La Châtelaine

Georges Grand. Le Vieux Château de La Châtelaine.

Les Planches

Mesnay

Jacques Gillard. Mesnay, Histoire et histoires.  Pasteur patrimoine arboisien, 1998

Montigny-lès-Arsures

Pupillin

Villette-lès-Arbois

Évènements et figures arboisiennes

Joseph Morel et le siège de 1595

En 1595, Henri IV envahit la Franche-Comté. Arbois est assiégé par le maréchal Biron. Un homme mène la résistance : le capitaine Morel, dit le Prince. Cela se terminera mal pour lui… Quant à la ville, elle échappera de justesse à la destruction.

Bousson de Mairet

  • Le capitaine Morel, dit le Prince, ou le Siège d’Arbois en 1595, accompagné de notes historiques, suivi de la relation du second siège d’Arbois, en 1674, Arbois, Jules Javel, 1836
  • Les soirées jurassiennes, p.1-102

Bontemps Jehan, « Discours sommaires et véritable de la ville d’Arbois et de la prise et sac d’icelle hostilement en 1595. Extrait des registres de la ville d’Arbois », in Revue Les deux Bourgognes, Etudes provinciales, tome I, Dijon, Bureau de la Revue, 1836, pages 241-254.

Paul Delsalle, « Henri IV et Arbois : histoire et mémoire », in La revue du patrimoine d’Arbois et son canton (2013) 5-12

Notices biographiques extraites

  • du volume 30 de la Biographie universelle, ancienne et moderne par Joseph François et Louis Gabriel Michaud, paru en 1821 et disponible sur Google livres :

MOREL (Joseph) , surnommé le Prince, né à Arbois, dans le seizième siècle, s’était fait la réputation d’un bon officier, dans les guerres qui désolèrent à cette époque le comté de Bourgogne. Henri IV, occupé a combattre les Espagnols, refusa de reconnaître la neutralité du comté, et donna l’ordre à Biron de pénétrer dans cette province. A l’approche des Français, le capitaine Morel se retira dans Arbois, et en fit fermer les portes. La ville, n’étant revêtue que d’une simple muraille, sans aucune fortification extérieure, ne pouvait opposer une longue résistance à une armée victorieuse ; mais Morel avait l’espoir d’obtenir des conditions favorables pour ses concitoyens. Cependant l’armée de Biron, forte de 25.ooo hommes, était arrêtée depuis trois jours devant les murs d’Arbois. Le quatrième jour, le canon des assiégeants ayant renversé une partie des murailles, Morel fut pris sur la brèche, qu’il défendait vaillamment, et conduit à Biron: l’inflexible général lui reprocha,dans les termes les plus durs, d’avoir contrevenu aux lois de la guerre en se défendant dans une place non tenable, et le fit pendre, le 7 août 1585, à un tilleul, qu’on voit encore à l’entrée de la promenade d’Arbois, et qui est devenu un objet de vénération pour les habitants. Henri IV sauva cette malheureuse ville, que Biron voulait brûler pour la punir de sa résistance. Après le départ des Français, les restes de Morel furent inhumés dans la chapelle Saint-Roch, dans une tombe, décorée d’une épitaphe latine que composa Jean VuiIemin , poète dont on a quelques pièces, devenues rares ( V. J. Vuilemin). La mère de Morel, déjà avancée en âge, ne survécut pas long-temps à la douleur de s’être vue privée, d’une manière si cruelle, du bâton de vieillesse sur lequel, après Dieu, elle avait placé son espoir. Elle fit plusieurs legs pieux par son testament, rédigé avec une touchante simplicité, et qui a été inséré avec une Notice sur Jos. Morel, dans l’annuaire du Jura pour 1807.

  • du tome 13 d’une autre Biographie universelle, ancienne et moderne, paru en 1845 et disponible sur Google livres ; elle contient une ébauche de bibliographie :

MOREL (Joseph), surnommé le Prince, né à Arbois dans le 16° siècle, s’acquit la réputation d’un bon officier dans les guerres qui désolèrent à cette époque le comté de Bourgogne. Biron ayant reçu l’ordre de pénétrer dans celte province, dont Henri IV refusait de reconnaître la neutralité, se présenta devant Arbois, dont Morel essaya de lui défendre l’entrée, quoiqu’il sût la place peu tenable. L’inflexible maréchal, maitre de la ville, fit pendre le capitaine bourguignon (1595) à un tilleul, qu’on montrait encore, il y a quelques années, à l’entrée de la promenade d’Arbois. On trouve une Notice sur Joseph Morel dans l’Annuaire du Jura pour 1807, et dans les voyages romantiques en Franche-Comté, par M. Nodier. M. Bousson de Mairet a publié : le capitaine Morel, dit le Prince, ou le Siège d’Arbois en 1595, avec notes historiques et pièces justificatives, suivi de la relation du second siège d’Arbois en 1674, 1 vol. in-18, Arbois, 1836.

En fait, Jean Vuilemin, ancien médecin de Philipe II, a rédigé deux épitaphes à la mémoire du capitaine Morel : l’une en latin, l’autre en français. Elles figurent aujourd’hui sur le cénotaphe érigé dans l’église Saint-Just à la fin du XVIIIe siècle. Voici le texte de l’épitaphe française :

Ne vous tourmentez point de me faire un tombeau

Mes chers amis d’Arbois, de porphire ou de marbre

Assez m’honorera où je fus pendu l’arbre

Pas vous ne m’en pourriez ériger un plus beau

arbre-capitaine-morel
Arbre où fut pendu le Capitaine Morel

Voir aussi, sur le site de Rémy Demoly, le discours prononcé en patois pour l’inauguration du médaillon dédié au héros arboisien.

Voir son portrait sur la base Joconde.

Le frère Hilarion Lespaly et le siège de 1674

Ce capucin fut le titulaire l’ermitage pendant plusieurs décennies. Il fut aussi et surtout un farouche résistant à l’occupation louis-quatorzienne, comme le montre l’extrait ci-dessous

Un fait, dont la tradition nous a transmis le récit, fera mieux connaître que toutes les paroles, quels étaient à cette époque et l’esprit national, et l’acharnement des combattants et leur attachement au gouvernement espagnol. Parmi les prêtres qui se distinguèrent dans ces jours de crise, et qui déposaient les insignes du sacerdoce pour courir aux armes, était un aumônier des religieuses carmélites, nommé Baudrand. Il entre dans l’église venant des remparts: « Sœurs! sœurs ! s’écrie-t-il tout essoufflé. — Que désirez vous, messire? — Donnez-moi vos plus beaux ornements, je veux dire une messe d’actions de grâces, je viens de tuer deux ennemis françois. »

Mais celui de tous qui se signala le plus fut le frère Hilarion. C’était un homme de haute taille , fortement constitué , et qui, malgré ses goûts fort peu ascétiques, était l’oracle des femmes qui le consultaient dans leurs maladies et dans celles de leurs enfants. Il avait des recettes pour tous les maux , et, soit hasard, soit confiance, il les guérissait assez souvent. Connaissant les vertus des plantes, il les recueillait dans les forêts, les distribuait gratuitement à tous ceux qui les lui demandaient, et ne vivait que d’aumônes , de chasse et de pèche. Son arme favorite était une carabine de longue portée, et dont il se servait habilement. Le siége commence ; le gros des troupes ennemies occupait le canton de Champ-Berthod. Dans les broussailles et halliers qui couvraient alors le penchant de l’hermitage, Hilarion s’était ménagé des réduits où l’on ne pouvait l’apercevoir. De là, il se met à tirer sur les Français. et il en avait atteint plusieurs, lorsqu’il est découvert et poursuivi. La connaissance des lieux favorise sa fuite ; il gagne la ville par des chemins détournés, monte au clocher, et bravant les canons dirigés contre lui, recommence son feu. Ses regards se tournent du côté de l’hermitage, il le voit plein de soldats. Le commandant français s’y était établi, et occupait sa propre cellule. Il était midi, et cet officier était à table. La fidèle carabine est aussitôt fortement chargée, le coup part, et la balle, après avoir frappé un des montants de la fenêtre, va rebondir sur la table, que M. d’Aspremont quitte aussitôt, ne jugeant pas à propos d’habiter plus longtemps un endroit aussi périlleux. Alors il envoie un nouveau parlementaire; Hilarion le voit descendre, le suit des yeux dans sa marche, et quand il le voit près d’entrer dans le faubourg: « Allons , chère amie, dit-il à sa carabine , ne laisse pas entrer ici cet ennemi, » et la balle va frapper à la tête le malheureux parlementaire et l’étend raide mort. Comme on représentait au frère qu’en agissant ainsi il violait les lois de la guerre: « Quand les Armagnacs , répondait-il, sont entrés dans la province, ont-ils respecté sa liberté et ses droits! » Ainsi raisonnait le frère et tout le peuple avec lui.

Emmanuel Bousson De Mairet. Annales historiques et chronologiques de la ville d’Arbois, p.404-406

Voir aussi le long chapitre que le même auteur lui consacre dans Les soirées jurassiennes, p. 103-159 et la brochure d’Ernest Girard, Le siège d’Arbois en 1674.

Ignace, François, Xavier Bruet, un Arboisien aux Etats généraux

Jacques Gillard. I.F.X. Bruet, 1727-1821 : député du clergé du Jura aux Etats généraux, curé d’Arbois. 1989

Le général Pichegru de la gloire au cachot

Voir la chronique qui lui est consacrée.

Le général Delort, baron d’Empire

Curieusement, il existe plusieurs généraux d’Empire portant ce patronyme, ce qui entraîne une certaine confusion, notamment sur Wikipédia. Celui qui nous intéresse est Jacques Antoine Adrien Delort (1773-1846) et pour plus de détails sur sa biographie, mieux vaut se reporter

Voir aussi de Louis Stouff (1859-1936)

Le lieutenant général Delort, d’après ses archives et les archives du Ministère de la guerre 1792-1815, Berger-Levrault, 1906. 🙂

« Essai sur le lieutenant général baron Delort », in Revue bourguignonne, 1905, T. XV, 2 et 3. Cet article a fait l’objet d’une publication en tiré-à-part : Essai sur le lieutenant général B[ar]on Delort d’après ses archives et les archives du ministère de la Guerre, suivi de documents relatifs à la carrière militaire du général Delort depuis 1792 jusqu’à 1815. Dijon : Damidot frères, 1905.

Voir aussi  :

Auguste Girard. « Le sous-lieutenant Canrobert en 1830, et les généraux Bachelu et Delort », in Chroniques arboisiennes, p. 355-366.

Thierry Choffat, Jean-Marie Thiébaud, Gérard Tissot-Robbe, Les Comtois de Napoléon : cent destins au service de l’Empire, Éd. Cabédita, 2006, partiellement accessible sur Google livres.

Retiré à Vadans pendant la Restauration, le général Delort occupa ses loisirs forcés à traduire les Odes d’Horace.

Odes d’Horace, traduites en vers français par un ancien général de division de la Grande Armée. Paris : Lecointe, 1831.

Odes d’Horace, traduites en vers français avec le texte en regard, par M. le baron Delort. 2e édition.  Paris :Firmin-Didot frères, 1844. Accessible sur Google livres.

Quinti Horatii Flacci « Carmina »…  Odes d’Horace. Texte latin et traduction en vers par le baron Delort. Gravures sur bois d’Aristide Maillol. Paris : P. Gonin (impr. P. Gonin), 1939-1958.

L’insurrection de 1834 au cours de laquelle Arbois proclame la République

Une solide tradition d’émotion vigneronne existe à Arbois. En avril 1834, la ville, peuplée alors d’environ 7 000 habitants, proclame la République à l’annonce du soulèvement lyonnais. Une Association républicaine recrutant chez les vignerons se constitue dès mars 1831. Elle s’affilie à la société parisienne des droits de l’homme en 1833, tout en conservant son originalité. Pour les vignerons – il y a alors environ 1 300 hectares de vigne -, la république répond à des aspirations profondes : elle représente surtout la suppression de la taxe sur les vins ; victorieux en avril 1834, le gouvernement diffuse une déclaration qui se veut apaisante : « Paris, Lyon, Arbois sont calmes ». Toutefois, l’idée républicaine survit plus ou moins sourdement.

Cf. Michel Vernus, « La Révolution de 1848 à Salins et Arbois. La présence du fouriérisme dans le mouvement démocratique »,Cahiers Charles Fourier, n° 10, décembre 1999, p. 77-90, disponible le site Charles Fourier.

Au cours ces journées du 9 au 14 avril 1834 se déroule un épisode bien connu. Au sous-préfet venu rétablir l’ordre et désireux d’arrêter les meneurs, les Arboisiens répondent unanimes  : à Arbois « no sin tou t’sefs », « nous sommes tous chefs ».

Précis historique des mouvements insurrectionnels républicains de Lyon, Paris, Saint-Étienne, Grenoble et Arbois, en avril 1834 ; suivi d’un dialogue entre les membres d’une société secrète qui s’est dissoute, dans les 24 heures de la promulgation de la loi du 10 avril sur les associations, Belfort, impr. de J.-P. Clerc disponible sur Gallica.

Cour des Pairs.

Affaire d’avril 1834. Rapport fait à la Cour par  M. Girod (de l’Ain). Paris, Imprimerie Nationale, 1834, disponible sur Google livres.

Affaire d’avril 1834.Réquisitoire de M. le procureur général présenté à la Cour le 8 décembre 1834. Paris, Imprimerie Nationale, 1834, disponible sur Google livres. Repris dans Affaire d’avril 1834, Paris, dépôt central de la librairie, 1835, disponible sur Google livres.

Gabriel Perreux, Arbois, première cité républicaine de France : étude locale sur les révolutions du XIXe siècle, Paris : F. Rieder & Cie, 1932.

Pasteur et Arbois

Philippe Bruniaux. Pasteur à Arbois, thèse présentée et soutenue publiquement par le 21 octobre 2005

Voir aussi

cet extrait de l’ouvrage de Bruno, Christian et Eric de Brisis et Philippe Bruniaux, Arbois et sa région

cette brochure sur Pasteur dessinateur et pastelliste sur le site de l’Institut Pasteur, site où vous trouverez de nombreuses informations sur sa vie et son oeuvre ainsi qu’un accès aux ressources documentaires du musée Pasteur

le site de la maison Louis Pasteur à Arbois

Arbois et la guerre franco-prussienne

Georges Grand, Les Prussiens à Arbois en 1871, Société d’émulation du Jura, 1945.

Arbois et la Grande Guerre

 Roger Gibey. Les Arboisiens dans la Première Guerre Mondiale. 2011

Images d’Arbois

a-la-france-onesime-reclus
À la France : sites et monuments. Le Jura (Doubs, Jura, Haute-Saône) / [notices de Onésime Reclus] , Touring-club de France, 1905, p. 65

Sur Gallica

Sur Joconde

Sur Communes (photographies récentes)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

4 réflexions au sujet de « Bibliographie historique arboisienne »

  1. merci pour tous ces liens, je reviens d’arbois où j(ai essayé de remonter mon arbre (généalogique) paternel, tout ceci devrait m’aider

  2. Bonjour,
    Je tombe par hasard sur votre site, votre bibliographie intéressante sur Arbois présente des lacunes et est encore à approfondir. Sur un certain nombre de thème mon époux , Pierre Grispoux, historien, décédé en 2016, a publié un certain nombre d’articles historiques sur les thèmes que vous abordez, et, curieusement , aucun n’est signalé… est-ce volontaire ?
    Voir notamment :
    -La fondation de la coopérative d’approvisionnement d’Arbois (1996)
    -Promenades archéologiques dans le Val d’Arbois (1973)
    -Le sermon de la crèche en patois d’Arbois (in Barbizier N° 8 1980 ou 1981 déposé à la B.M de Besançon, d’Arbois, A.D. Jura, et Doubs, A.M. Arbois, bibliothèque du Grand séminaire de Besançon)
    -La Vierge à la tige de fleur et le Saint Just de l’église d’Arbois (20 pages « Nouvelle revue franc-comtoise » N° 77 sept 1981- déposé à la B.M de Besançon, B. royale Albert 1er de Bruxelles, A.D. du Doubs, A.M. Arbois, B.M. Arbois, B.M. Dijon, B.M. Dole, A.M. Dole, A.D. du Jura)
    -Le pont des Capucins (1980) déposé à la B.M. de Besançon, A.D du Jura
    – Notre Dame de l’ermitage d’Arbois aux origines du vocable (Nouvelle revue franc-comtoise N° 64,65,66,67 – 1978 déposé B.M de Lille, Besançon, A.D du Doubs, Bruxelles, Arbois, A.D du Jura, Archives municipales d’Arbois)
    -Les dames de charité d’Arbois (1990),
    -Les dames de la charité d’Arbois, Arbois, 1977
    -Morel dans l’imaginaire arboisien (1997),
    -Le collège d’Arbois à la fin du XVIIIème siècle (1991)
    -La mesure d’Arbois (1970)
    -Le collège d’Arbois de part et d’autre de la Révolution (2002)
    -La bibliothèque publique d’Arbois (2004)
    -La fruitière vinicole d’Arbois, création et créateurs (conférence le 27 décembre au château de Béthanie 2006)
    -La société de viticulture et d’horticulture d’Arbois (2010)
    -Question sur l’insurrection arboisienne de 1834 (déposé à B.M Besançon
    Texte sur les remparts d’Arbois dans exposition les remparts Arbois, Poligny, Salins, 1985 (déposé B.M. de Besançon)
    -Le peintre Claude Perrin d’Arbois (Sté d’émulation du Jura travaux de 1973)
    Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
    Cordialement
    Evelyne Tavernier, veuve de Pierre Grispoux

  3. Bonjour,

    Non, mes lacunes ne sont pas volontaires, même si j’ai volontairement privilégié les documents accessibles en ligne, lesquels sont pour la plupart tombés dans le domaine public, ce qui n’est pas encore le cas des publications de votre époux. Je suis absolument ravi de prendre connaissance de toutes ces références bibliographiques que je vais pouvoir intégrer progressivement aux différentes rubriques de ma bibliographie.

    Avec mes remerciements. Cordialement.

    Jean Stouff

  4. Bonjour,

    Je possede un exemplaire de livre intitulé : L e Capitaine Morel,
    Chroniques Franc Comtoises (imprimerie Auguste Jarel, Arbois).
    Je ne trouve pas de trace d’ouvrage du mm nom sur le Net.
    Je voudrais savoir de quand date cet ouvrage et son éventuelle valeur.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *