Les épigrammes de Palladas

À quoi bon la pompe et l’apprêt ?
Nu je suis né, nu je mourrai.

Anth. Pal., X, 53

Donné dans la traduction de Marguerite Yourcenar (La Couronne et la Lyre) , le distique ci-dessus est de Palladas poète grec ayant vécu à Alexandrie vers la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle, dont cents cinquante épigrammes environ sont conservés dans l’Anthologie palatine.

Marguerite Yourcenar n’hésite pas à affirmer qu’il était païen, comme la plupart des lettrés de son temps, ces païens confrontés à l’avancée d’un christianisme toujours plus sûr de lui depuis la promulgation de l’édit de Milan par Constantin en 313. Christian Lacombrade est cependant plus réservé sur la question dans un article paru en 1953 dans Pallas. Revue d’études antiques, estimant que les critiques de Palladas contre les moines regroupés en multitudes peuvent aussi bien émaner de chrétiens conséquents. Mais qu’importe après tout, cela n’enlève rien à la beauté et à la profondeurs de plusieurs de ses poèmes marqués par la fragilité de la vie, la fuite du temps…

Pour le lire, vous pouvez feuilleter l’Anthologie palatine où ses poèmes sont dispersés. Sachez cependant qu’en 1851 Marie-Louis-Jean-André-Charles Demartin du Tyrac, comte de de Marcellus avait eu la bonne idée de rassembler ses épigrammes dans le second tome de ses Épisodes littéraires en Orient, accessibles sur Gallica et sur Remacle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.