Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Voici deux gravures réalisées par Jean-Jacques Avril (1744-1831) d’après deux peintures de Pierre-Alexandre Wille (1748-1821). Ces dernières sont conservées aujourd’hui à Briancourt au musée national de la coopération franco-américaines qui les a acquises en 1931. Elles ont d’abord appartenu à la famille de Maistre, puis à la galerie Van den Beigh et à Anne Morgan.

La première, Le patriotisme français, est dominée en son centre par un buste de Louis XVI. Un jeune homme y reçoit une épée remise par son père (?) pour aller combattre pour le roi et la patrie. Où ? Peut-être bien en Amérique. Cependant, en 1785, date de la peinture, la guerre franco-anglaise débutée en 1778 en soutien aux insurgents américains est terminée depuis deux ans. Curieusement la seconde peinture, La double récompense du mérite, semble conclure l’histoire alors qu’elle a été peinte en premier, en 1781. Quel est ce mérite récompensé ?

Dans les collection de la BnF, les deux gravures sont extraites de deux grandes sources iconographiques pour l’histoire de France, à savoir :

J’en connais d’autres exemplaires, mais ceci est une autre histoire…


3 réflexions sur « Deux gravures, deux peintures, une histoire ? »

  1. L’examen de ces deux gravures m’a fait faire quelques découvertes que je partage ici (pour ne pas gâcher) :
    Dans la gravure de 1785, le buste de Louis 16 me semble être une copie d’un tableau de Boze de 1784 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Louis_XVI_by_Boze.jpg). Je pense que le père désigne moins le roi que l’insigne de l’Ordre du Saint-Esprit, la plus haute dignité d’alors, qu’il porte sur le cœur.
    Dans la gravure de 1781, la décoration obtenue est un chouïa moins prestigieuse, puisque je crois plutôt deviner l’ordre de Saint-Louis. Le futur beau père est d’ailleurs lui-même Grand Croix de cet ordre comme l’indiquent son ruban rouge et son “badge”.
    Peut-être ces deux objectifs donnent-ils des sens différents à ces images. Il s’agirait dans un cas de viser la réussite la plus haute et dans l’autre d’entrer plus modestement dans une famille honorable.

  2. Vos informations sont vraiment très intéressantes et je vous en remercie.
    Bien cordialement
    Jean Stouff

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.