Les traductions françaises de Mein Kampf

Comme une nouvelle traduction de Mein Kampf vient de paraître, j’ai pensé qu’il serait intéressant de faire un petit retour sur les précédentes. Pour chacune, je donne la notice bibliographique de la première édition et une brève présentation du contexte de la parution.

Orientation bibliographique et documentaire

Article « Mein Kampf » de Wikipédia

Antoine Vitkine, Mein Kampf : Histoire d’un livre. Paris, Flammarion : 2009. Présentation.

Albrecht Koschorke. Manipuler et stigmatiser : démystifier Mein Kampf traduit de l’allemand et présenté par Christophe Lucchese. Paris : CNRS édition, 2018. Présentation.

Olivier Mannoni, « Traduire Mein Kampf, un combat sans fin », dans Les racines intellectuelles de Mein Kampf, numéro thématique de la Revue d’histoire de la Shoah, no 208 ,‎ mars 2018, p. 351-363. L’auteur est le traducteur de la traduction récemment parue.

Plusieurs émission de France Culture depuis 2011.

C’est quoi « Mein Kampf » ? une vidéo de Brut avec l’historien Fabrice d’Almeida :

1934 – La traduction pour les Éditions Latines

Mon combat / traduction intégrale de « Mein Kampf » par Jean Gaudefroy-Demombynes et André Calmettes. Paris : Nouvelles éd. latines, 1934

Réalisée à la demande d’adversaires du nazisme venus d’horizons bien différents, puisqu’on y retrouve des partisans de la droite maurassienne comme l’éditeur Fernand Sorlot, le général Lyautey – il signe l’avertissement du bandeau de couverture : « Tout Français doit lire ce livre » – et une organisation de gauche fondée en 1927, la LICA (Ligue internationale contre l’antisémitisme, qui deviendra la LICRA), cette première traduction non expurgée est publiée sans l’assentiment de l’auteur ni l’éditeur munichois de l’ouvrage qui, dès 1934 engage un procès pour contrefaçon.

Condamnée par Le tribunal de commerce de la Seine, cette traduction est quand même rééditée sous forme d’extraits en 1939, toujours pour avertir les Français du danger imminent… Inscrite pendant l’Occupation sur la fameuse liste Otto d’ouvrages interdits, elle est ensuite rééditée régulièrement depuis chez le même éditeur. Un texte d’avertissement de huit pages imposé par un arrêt du 11 juillet 1979 de la cour d’appel de Paris figure dans les éditions parues depuis cette date. C’est cette traduction avec ce texte d’avertissement qui figure dans la Bibliothèque électronique du Québec.

1938 – La traduction expurgée pour Arthème Fayard

 Ma doctrine / texte traduit et établi par François Dauture et Georges Blond. Paris : A. Fayard, 1938.

Cette traduction expurgée, publiée avec assentiment de l’auteur, ne contient pas les passages anti-français. Cela est essentiel pour la diplomatie allemande, car, au temps de l’Anschluss (12 mars 1938) et de la crise des Sudètes (septembre 1938) conclue par les accords de Munich (29 septembre 1938), il importe de convaincre nos concitoyens des intentions « pacifiques » d’Adolf Hitler vis à vis de notre pays… Bref, cette traduction et l’éditeur qui la publie sont à replacer dans une vaste entreprise de désinformation, dont l’une est le moyen et l’autre le complice… Il est vrai que c’est très payant commercialement : en 1941, cette traduction en est à sa 55e édition…

Elle a été reprise récemment par les édtions Deterna, liées à l’extrême-droite.

2021 – La traduction intégrale et critique publiée par les éditions Fayard

Historiciser le mal : une édition critique de Mein Kampf : nouvelle traduction, annotation critique, analyse historique / sous la direction de Florent Brayard et Andreas Wirsching ; édition établie par Anne-Sophie Anglaret, David Gallo, Johanna Linsler et al. ; nouvelle traduction établie par Olivier Mannoni, ; en collaboration avec l’équipe scientifique française avec la participation de Dorit Brixius, Jörg Echternkamp, Andreas Guidi et al. ; publié en collaboration avec l’Institut für Zeitgeschichte. Paris : Fayard, 2021.

Est-ce parce que les éditions Fayard se sentent un peu coupable d’avoir publié la traduction expurgée approuvée par Hitler en 1938 ? Toujours est-il qu’elles annoncent en octobre 2015 une édition critique de Mein Kampf en 2016, année où ce texte tombe dans le domaine public. Face au tollé médiatique, notamment avec la réaction de Jean-Luc Mélenchon , la publication est retardée jusqu’au juin 2021… et quelques jours à peine après sa parution, l’ouvrage est déjà en réimpression !

Il s’agit d’une édition critique. La traduction d’Olivier Mannoni, plus fidèle au style de l’original, s’insère au sein du travail scientifique d’un comité franco-allemand d’historiens, avec 27 introductions de chapitres reprenant la genèse du nazisme et 3.000 notes encadrant le texte. Cela donne un pavé de 896 pages et de 100 euros qui ne s’adresse visiblement pas au premier nazillon venu, mais bien à un public de chercheurs et aux bibliothèques qu’ils fréquentent…

A noter que cette édition critique à l’approbation de l’éminent chasseur de nazis Serge Klarsfeld :

A priori, ce n’est pas avec cette édition que les néo-nazis vont recruter, mais bien plutôt avec celles disponibles sur internet, d’autant plus qu’aujourd’hui n’importe qui peut éditer ce texte tombé dans le domaine public et qu’il risque d’y avoir de nouvelles traductions qui ne seront pas aussi bien encadrées…

Présentation sur le site de l’éditeur

Quatrième de couverture :

Historiciser le mal est un livre d’histoire sur une source fondamentale pour comprendre le XXe siècle, une analyse critique répondant à toutes les exigences scientifiques. Aujourd’hui, Mein Kampf, publié en 1925-1926, est tombé dans le domaine public. Des traductions obsolètes et fautives se vendent par milliers d’exemplaires en France chaque année et sont accessibles sur Internet.

Historiciser le mal est nécessaire : une équipe d’historiens de premier plan déconstruit ligne par ligne le livre d’Hitler. Ils en analysent en détail les différentes composantes : une autobiographie arrangée, l’histoire biaisée du mouvement nazi, un programme politique raciste, antisémite et belliciste. Ils expliquent comment cette « vision du monde » est à la fois la synthèse de certaines idées extrémistes en circulation à son époque et une oeuvre de propagande, écrite par un démagogue manipulant les foules. Ces idées contiennent en germe la pire tragédie du siècle.

Cette édition scientifique d’une ampleur inédite, codirigée par Florent Brayard et Andreas Wirsching, est le fruit d’un travail d’équipe ayant rassemblé une douzaine de chercheurs français et allemands pendant cinq ans. Elle comprend trois parties de taille équivalente :

– une nouvelle traduction de Mein Kampf, élaborée par Olivier Mannoni en collaboration avec l’équipe scientifique,

– un appareil critique de près de trois mille notes adaptées de l’édition critique allemande de référence publiée par l’Institut für Zeitgeschichte, qui encadrent cette traduction,

– un ensemble de vingt-sept introductions de chapitre précédées par une introduction générale.

La Fondation Auschwitz-Birkenau, chargée de la conservation du site des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-I et d’Auschwitz II-Birkenau, percevra la totalité des bénéfices de ce livre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.