L’écoféminisme en quelques références

Écoféminisme : terme forgé en 1974 par la féministe française Françoise d’Eaubonne évoquant la fusion des luttes écologistes et féministes. Il renvoie à des savoirs ancestraux des femmes sur leur environnement, notamment en agriculture, à des luttes « pour la Vie » et la protection de la planète victime d’un système qui est tout à la fois patriarcal, impérialiste, militariste et capitaliste.

  • Définition extraite du glossaire de l’ouvrage de Christine Bard, Féminismes : 150 ans d’idées reçues, Le Cavalier bleu, 2020.

Dans le n° 1 de sa nouvelle formule daté de juin 2021, le magazine Les Inrockuptibles publie un article de Fautisne Kopiewski consacré aux écoféministes. J’ai repris et restructuré ici la bibliographie et je l’ai complètée avec d’autres références bibliographiques et vidéos et des liens sur l’écoféminisme. Ceci dit, la bibliographie de l’article Wikipédia est plutôt bien fournie.

Pour une première approche

Une vidéo avec Solène Ducretot, cofondatrice du collectif Les Engraineuses :

Catherine Larrère. « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés, n°22, 2012, p. 105-121.

Approndir (1) Généralités sur l’écoféminisme

« Écoféminismes », dossier de la revue Multitudes, n° 67, 2017, p. 17-101.

Jeanine Burgart Goutal. Être écoféministe : théories et pratiques. L’Echappée, 2020.

« L’écoféminisme: care, genre et environnement », conférence de Catherine Larrère dans dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes et le genre », Paris, Campus des Cordeliers, 8 décembre 2015 :

La rencontre « Ecoféminisme : quand les femmes défendent la planète » organisée par Estim-science.fr avec Pascale d’Erm, Émilie Hache et Fanny Petitbon :

Deux podcasts d’Arte radio :

Approfondir (2) Textes et personnalités
L’inventrice du mot « écoféminisme »

Françoise d’Eaubonne. Le féminisme ou la mort. Le Passager clandestin, 2020. Texte fondateur de l’écoféminisme initialement paru en 1974.

Caroline Goldblum. Françoise d’Eaubonnne et l’écoféminisme. Le Passager clandestin, 2019.

  • Compte-rendu par Constance Rimlinger dans Nouvelles questions féministes, vol.39, 2020, p. 132-135.

Élise Thiébaut. L’Amazone verte : le roman de Françoise d’Eaubonne. Charleston, 2021.

Les principales figures de l’écoféminisme

Émilie Hache (éd). Reclaim : recueil de textes écoféministes. Cambourakis, 2016. Cette anthologie permet de découvrir les textes des principales figures de ce mouvement, parmi lesquelles Susan Griffin, Starhawk, Joanna Macy, Carolyn Merchant

  • A propos de ce livre :

Starhawk. Rêver l’obscur : femmes, magie et politique. Cambourbakis, 2019. Traducion d’un ouvrage paru aux Etats-Unis en 1982.

Marie Mies et Vandana Shiva. Ecoféminisme. L’Harmattan, 1999. Le seul texte où Vandana Shiva traite directement de l’écoféminisme.

______________________________________

Cette webo-bibliographie est la millième publication de ce carnet !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.