Les climatosceptiques

Le réchauffement climatique ne fait plus guère de doute : fontes de la banquises et du permafrost, incendies gigantesques en Australie et en Amazonie, montée des eaux qui menacent les côtes et bien des archipels, canicules et sécheresses à répétition, autant de signes de ce phénomène signalé par la communauté scientifique depuis de décennies et qui s’inscrit dans l’action plus globale de l’homme sur son environnement au temps de l’anthropocène.

Il se trouve pourtant, et parfois jusqu’au sommet de certains Etats (Donald Trump, Jair Bolsonaro), des climatosceptiques, ou, comme ils préfèrent se désigner eux-mêmes, des climato-optimistes ou climato-réalistes. Leur scepticisme ne porte pas tant sur l’existence du réchauffement climatique que sur le fait qu’il est lié aux activités humaines. Dès lors, pourquoi vouloir les réguler ?…

C’est en 1989, un an après la création du Giec, que des industriels opposés à toute mesure de réduction des émissions de gaz à effet de serre se regroupent dans une organisation, la Global Climate Coalition (GCC), pour promouvoir l’idée que le réchauffement est exagéré et la science trop incertaine… Bien que la GCC ait été dissoute en 2002, après le retrait des États-Unis du protocole de Kyoto, les campagnes de déni n’ont pas cessé, soutenues par des think tanks conservateurs et libertariens américains comme le Hearthland Institute. Ce dernier a notamment encouragé l’activité d’une jeune youtubeuse allemande climatosceptique, Naomi Seibt, promue adversaire de Greta Thunberg.

En 2019, 500 scientifiques de la Climate intelligence foundation (Clintel) signent un courrier envoyé à l’ONU pour dénoncer le dernier rapport du GIEC et l’objectif européen du zéro émission d’ici 2050. Si la plupart sont des climatosceptiques connus, aucun n’est climatologue … Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des scientifiques et intellectuels climatosceptiques créent la confusion. En 1992 déjà, lors du premier Sommet de la Terre à Rio, l’appel d’Heidelberg signé par 72 prestigieux prix Nobel manipulés par les lobbies de l’amiante et du tabac qualifiait les préoccupations écologiques de « préconceptions irrationnelles« 

S’ils sévissent particulièrement aux États-Unis, les climatosceptiques ont aussi leurs représentants en France, comme

Voir aussi la bibliographie climatosceptique de Wikilibéral.

Comme les idées climatosceptiques fleurissent dans les milieux conservateurs et libéraux, il n’est pas surprenant que des sites comme Wikilibéral, Contrepoints ou Catallaxia leur soient favorables.

Voici par contre quelques références bibliographiques pour rappeler l’importance des enjeux du réchauffement climatique et dénoncer l’imposture climatosceptique.

  • Stéphane Foucart. Le populisme climatique : Claude Allègre et Cie, enquête sur les ennemis de la science. Paris : Denoël, 2010.
  • Stéphane Foucart, L’avenir du climat : Enquête sur les climato-sceptiques, Paris, Gallimard, 2015. (coll. « Folio actuel »).

Voir aussi la bibliographie de l’article « Controverses sur le réchauffement climatique » de Wikipédia.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.