L’abstention aux élections est-elle condamnable ? Et le vote blanc ?

Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher.

Blaise Pascal

Se moquer de la politique, est-ce vraiment faire de la politique ?

Sujet de philo imaginaire

Un peu plus de 66 % d’abstentionnistes au premier tour des élections régionales et départementales dimanche dernier. Deux électeurs sur trois ne se sont pas déplacés. Un record. Et partout le même lamento éploré.

Personnellement, à l’abstention définie comme le fait de ne pas se rendre aux urnes un jour d’élections, je préfère le vote blanc, où l’électeur se déplace pour exprimer son non-adhésion aux propositions des divers partis en lice. Il témoigne ainsi d’un engagement dans le non-engagement, voire même d’une critique du système politique en place. Malheureusement, il n’est toujours pas reconnu de manière pleine et entière, car, s’il est bien comptabilisé, il n’est toujours pas intégré dans les suffrages exprimés.

Ce que je reproche à l’abstention, c’est que, si elle peut dans certains cas relever des mêmes motivations que le vote blanc, elle peut aussi, dans beaucoup d’autres, n’être que la manifestation d’une indifférence à la chose politique et d’un retrait volontaire hors de la communauté des citoyens. La reconnaissance entière du vote blanc aux élections, reconnaissance qui permettrait de mesurer la légitimité réelle du vainqueur, encouragerait aussi les abstentionnistes critiques à participer au scrutin pendant que les simples indifférents persisteraient dans leur refus du jeu politique.

Simples indifférents ai-je écrit ? Justement, ce n’est pas si simple et cette indifférence supposée doit être interrogée, d’autant plus qu’un refus du jeu politique témoigne bien plus d’un choix politique que de l’absence de vision politique. Ce peut être aussi une critique encore plus radicale du système politique que celle que je pense percevoir dans le vote blanc. En effet, voter blanc, c’est participer à ce système politique, en reconnaître implicitement la légitimité. L’abstention radicale nie quant elle la légitimité du système politique. En souhaite-t-elle le renversement pour le remplacer par un autre ? Peut-être dans certains cas, mais dans d’autres, il s’agit de vivre comme s’il n’existait pas et ça, c’est vraiment radical.

Bon, je ne change pas d’avis sur ma préférence pour le vote blanc quand aucun candidat ne me convient, car si le système politique tel qu’il existe actuellement me semble bien imparfait, mon héritage intellectuel républicain et démocrate fait que je m’illusionne encore sur la possibilité de le modifier et de l’améliorer. Pour cela, la participation aux élections me semble indispensable, mais une participation où je n’oublie pas qu’il existe toujours un choix de plus qu’il n’y a de listes présentées.

Cependant je ne peux pas jeter la pierre aux abstentionnistes dont les motivations, quelques qu’elles soient, sont tout aussi légitimes que les miennes ou de n’importe qui d’autre. Il serait temps de cesser de crier haro sur le baudet à propos des abstentionnistes présentés comme de mauvais citoyens. Après tout, la République a les citoyens qu’elle mérite, et s’ils refusent de participer à la vie politique, elle ferait peut-être mieux de s’interroger sur son fonctionnement et ses fondements plutôt que de choisir l’invective et la déploration.

Lire aussi

José Saramago. La lucidité. 2006. Le premier roman dont le vote blanc est le héros.

Vivent les abstentionnistes ! dans Frustration : cet article a été publié le 22 décembre 2015, puis remis à jour le 27 juin 2020 et le 20 juin 2021, avec un même constat…

Vote blanc, vote nul & abstention sur le site du Parti du Vote Blanc.

Quel seuil pour le vote blanc ? sur le site de l’Association pour la reconnaissance du vote blanc.

“Je voterais blanc si ce vote était reconnu”, témoignages recueillis par Eric Chaverou et diffusés sur France Culture le 10 mars 2017.

Dernière mise à jour : 8 avril 2022.



Citer ce billet
Jean Stouff (2021, 25 juin). L’abstention aux élections est-elle condamnable ? Et le vote blanc ? Biblioweb. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzpq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.