Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

En plus de vingt siècles d’histoire et de tradition spirituelle, mystique et théologique, le christianisme a d’abord vu la nature comme une création bonne dont Dieu a confié à l’homme l’intendance jusqu’à leur salut commun dans et par le Christ à la fin des temps. Mais à partir du XVIIème siècle la philosophie rationaliste instaure un dualisme méthodologique entre matière et esprit, tandis que le protestantisme et le jansénisme renforcent le hiatus entre nature et grâce. Ceci légitime la désacralisation de la nature et sa prise de possession utilitariste par l’homme, parfois en complicité mais souvent en conflit avec le christianisme.

L’émergence de l’écologie dans la deuxième moitié du XXème siècle a mis le christianisme au défi de renouer avec ses racines.

Je souhaite approfondir ici la question des rapports entre christianisme et écologie, rapidement évoquée dans Écologie et religion(s) : un peu de documentation. C’est que, comme le suggère la citation ci-dessus, l’anthropocentrisme despotique et destructeur auquel est souvent réduit la relation du christianisme et de la création n’est peut-être pas si caractéristique du message biblique. Après tout, les précédents de François d’Assise ou de Hildegarde de Bingen ne sont-ils pas là pour montrer qu’un autre rapport est possible entre les chrétiens et l’ensemble des créatures ? L’évolution des dernières décennies amène l’apparition d’une écologie chrétienne, dite écologie intégrale.

Le christianisme est-il a l’origine de la crise écologique ? La thèse de Lynn Towsend White Jr et sa critique

Quelles sont les racines historiques du dérèglement général de la Terre ? Quand sommes-nous devenus les destructeurs de la planète ? Lynn White cherche les raisons de ce basculement dans le christianisme médiéval latin, dont l’anthropo­centrisme porterait en germe l’accaparement et la destruction de la planète.

Une première traduction française par Jacques Morizot figure en appendice de l’ouvrage suivant :

  • Jean-Yves Goffi. Le philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal. Nîmes : J. Chambon, 1994. > SUDOC

Une deuxième traduction française par Jacques Grinevald a été publiée dans les ouvrages suivants.

L’ouvrage paru sous la direction Philippe Roch et Dominique Bourg rassemble des travaux issus d’un colloque intitulé « Environnement et spiritualité : l’Occident doit-il se réinventer face à la crise écologique ? » tenu à l’Université de Lausanne du 4 au 6 juin 2009 et contient notamment l’article Jacques Grinevald : « La thèse de Lynn White jr. sur les racines historiques, culturelles et religieuses de la crise écologique de la civilisation industrielle moderne ». Quant au commentaire de Dominique Bourg dans l’édition aux PUF, il met en évidence l’importance de ce texte fondateur puis retrace l’histoire des débats critiques auxquels il a donné lieu depuis cinquante ans.

  • John Baird Callicott. Genèse. [La Bible et l’écologie]. Trad. de ; Genesis and John Muir, 1991. Marseille : Wildproject, 2009. Réédition : 2021. > SUDOC

Dans son commentaire de l’article de Lynn Towsend White Jr, Dominique Bourg se réfère beaucoup à l’ouvrage ci-dessus qui distingue trois orientations possibles du christianisme vis à vis de la Terre :

  1. l’anthropocentrisme despotique et destructeur dénoncé par Lynn Towsend White Jr ;
  2. la responsabilité du bon intendant chargé de protégé ce qui lui a été confié ;
  3. l’homme citoyen à égalité avec toutes les créatures comme le souhaitait François d’Assise.
Le Vatican et l’épiscopat face àl’écologie. Autour de Laudato Si’

Depuis une quarantaine d’années, l’Église catholique et notamment le Vatican, a opéré une conversion thélogique et politique dans son discours sur la protection de l’environnement.

Une date symbolique : en 1979, Jean-Paul II, proclame Saint François d’Assise patron des écologistes.

Dernier texte important : en juin 2015, dans l’encyclique Laudatosi’, le pape Françoie évoque l’écologie intégrale et dénonce la mondialisation financière de l’économie, tout en appelant l’Église catholique à défendre l’environnement :

L’ouvrage suivant, qui est un des premier commentaire de l’encyclique, a pour auteur un prêtre assomptionniste scientifique de formation et webmestre du blog Eglises & écologies.

  • Dominique Lang. Petit manuel d’écologie intégrale : avec l’encyclique Laudato si’, un printemps pour l’Eglise. [Chouzé-sur-Loire] : Saint-Léger éd., impr. 2015. > SUDOC

Ce Petit manuel comporte une abondante bibliographie des « textes officiels chrétiens qui ont jalonné l’émergence du souci écologique » p. 105-293.

Toujours pour les documents issus du Vatican ou de l’épiscopat français, mais pas seulement, voir sur le site de l’Eglise catholique en France les dossiers suivants :

Autres documents sur la conversion écologique de l’institution ecclésiastique :

  • Thomas Michelet. Les papes et l’écologie : 50 ans, 50 textes, de « Gaudium et spes » à « Laudato si’ », 1965-2015. Préface du cardinal Peter K. A. Turkson. Paris ; Perpignan : Artège, 2016. > Numerique Premium
  • Gilles Danroc et Emmanuel Cazanave (dir.) « Laudato si’ » pour une écologie intégrale. Toulouse : les Presses Universitaires : Institut catholique de Toulouse, 2017. > ScholarVox > SUDOC
Pour aller plus loin sur l’écologie intégrale
  • Hélène et Jean Bastaire. Le chant des créatures : les chrétiens et l’univers d’Irénée à Claudel. Paris : DDB, 1996. > SUDOC
  • Hélène et Jean Bastaire. Pour une écologie chrétienne. Paris : Le Cerf, 2004. > Présentation > SUDOC
  • Fabien Revol (dir.) Penser l’écologie dans la tradition catholique. Genève : Labor et Fides, 2018. > Présentation > SUDOC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.