L’écologie dans la bande dessinée

Pour un panorama de la question

Parmi les 1087 thèmes proposés sur BDthèque pour explorer l’univers de la bande dessinée, certains sont liés à l’écologie et à l’environnement :

Petite sélection personnelle

Je voudrais vous proposer ici quelques titres d’albums ou de séries qui me semblent particulièrement intéressants.

Séries classiques…

Pour commencer, remontons aux années 1970 et 1980. Je ne ferai ici qu’évoquer Simon du Fleuve, vu dans une précédente chronique, et vous présenterai deux séries, assez différentes, mais marquées par les débats écologistes de l’époque.

Parus alors que l’aménagement du littoral à grand renfort de bétonisation bat son plein et que débute la mobilisation contre le projet d’extension du camp militaire du Larzac, les deux premier volumes des Légendes d’aujourd’hui de Pierre Christin et Enki Bilal – La croisière des oubliés (1975) et Le vaisseau de pierre (1976) – mêlent éléments fantastiques et militantisme écologiste anti-militariste. A noter que ces deux premiers récits ont été précédés par la parution dans Pilote de Rumeurs sur le Rouergue, une collaboration dans le même esprit du même scénariste avec Jacques Tardi. Par la suite, la collaboration de Christin et Bilal s’éloigne tant du fantastique que de l’écologie, pour se faire plus politique pendant que le mystérieux personnage principal s’efface peu à peu pour n’avoir qu’une importance secondaire : La ville qui n’existait pas (1977), Les phalanges de l’ordre noir (1979) et Partie de chasse (1983).

La série Broussaille de Frank Pé débute avec l’album Les baleines publiques (1987). Il y en aura cinq jusqu’à Un faune sur l’épaule (2003) Mais ce personnage n’est pas un inconnus des lecteurs du journal Spirou, car c’est dans cet hebdomadaire jeunesse qu’il apparaît en 1978 pour y présenter des fiches nature. Celles-ci seront reprises dans Les papiers de Broussaille (1993).

L’ombre du nucléaire

Pour quelqu’un qui comme moi a passé son enfance dans un monde bipolaire bien fourni en missiles nucléaires, la menace nucléaire ne peut être oubliée. Cette menace, c’est bien évidemment celle qui pèse sur le monde depuis la première bombe atomique :

  • La bombe (2020) par Didier Alcante, Laurent-Frédéric Bollée, et Denis Rodier.

C’est aussi celle que les présidents de la République française de De Gaulle à Chirac ont fait peser sur les populations proches des essais atmosphériques de ce dangereux joujou :

Le nucléaire a aussi un visage « civil », avec ses constructions de centrales sans réelle concertation avec les populations :

  • Plogoff (2013) par Delphine Le Lay et Alexis Horellou

… et le problème de la gestion des déchets :

  • Panique à Bure (2021) par l’association EODRA (Élu.e.s Opposé.e.s à l’enfouissement des Déchets Radioactifs).

Mais surtout, à la crainte du la guerre nucléaire entrainant un grand chaos humain – voir certaines bande-dessinées de années 1970-1980 comme La Terre de la bombe (1979-1986) – a succédé celle de la catastrophe nucléaire, qui n’est hélas pas une fiction, mais une réalité, une première fois à Tchernobyl en avril 1986, puis à Fukushima en mars 2011.

  • Tchernobyl, le nuage sans fin (2016) par Ming et l’Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT) : la bande dessinée basée sur des pièces du dossier d’instruction de son procès perdu contre l’État français…
  • Naoto – Le gardien de Fukushima (2021) par Fabien Grolleau et Ewen Blain, l’histoire d’un fermier de la zone de Fukushima qui n’a pu se résoudre à abandonner sa ferme… et ses bêtes.

Avant même ces catastrophes bien réelles, Auclair nous mettait en garde contre ce qui pourrait arriver à une centrale nucléaire laissée à l’abandon suite à l’effondrement de notre monde, car tel est bien le propos de Maïlis (1978), le troisième tome de Simon du Fleuve.

Des dégâts sur l’environnement très divers

Cependant les atteintes faites à l’environnement ne sont pas seulement d’origine nucléaire. Elles sont très diverses tant par leur nature que par leur ampleur, puisqu’il s’agit aussi bien de la construction d’une autoroute :

  • Rural ! (2001) par Etienne Davodeau

… de l’extension de l’aéroport de Nantes et de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes :

…de la propagation des algues vertes :

… de la culture des OGM :

… de l’exploitation des gaz de schiste :

… de l’effondrement systémique mondial avec notamment le réchauffement climatique :

Pour ne pas désespérer

Consommons les produits de l’agriculture bio :

  • Les pommes Miracle (2014) par Tsutomu Fujikawa et Akinori Kimura : l’histoire vraie du premier producteur de pommes bio au monde, le Japonais Akinori Kimura.

Cultivons notre jardin :

Pratiquons l’humour et le réenchantement du monde

  • Le retour à la terre, épatante série de Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri, avec six volumes de 2002 à 2019.

Informons nous et soutenons ceux qui s’engagent pour l’écologie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.