Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Georges Valois. La monarchie et la classe ouvrière. Paris : Nouvelle Librairie Nationale, [préf. 1909].

La bibliothèque universitaire des Deux Lions à Tours recelle dans son fond Elleinstein au moins deux ouvrages en rapport avec Georges Valois : l’ouvrage dont il est l’auteur, publié en 1909 et dont la notice figure ci-dessus, et Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois en 1932.

Sur le surprenant itinéraire de Georges Valois, je vous renvoie à la chronique que j’ai consacrée à l’ouvrage de Victor Serge voici quelques années. Je remarquerai simplement que La monarchie et la classe ouvrière a été publié du temps de ses années à l’Action français, mouvement auquel il a adhéré en 1906, et peu avant la création du Cercle Proudhon en 1911 où il tentera de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse des deux mouvements.

Crée en 1900, la Nouvelle Librairie Nationale où est paru l’ouvrage, est alors la librairie et le siège de la maison d’édition de l’Action française. C’est là qu’est né le Cercle Proudhon. Georges Valois en prendra la direction vers 1912 pour la transformer en Librairie Valois en 1925, après sa rupture avec l’AF lors de la création du Faisceau.

L’ouvrage se compose de deux parties : 1° un essai intitulé « La Révolution sociale ou le Roi » ; 2° les résultats d’une enquête adressée aux militants et théoriciens syndicalistes sur la monarchie et la classe ouvrière. Adressée aux théoriciens et militants syndicalistes Georges Sorel, Robert Louzon, Georges Deherme, Jean Grave, E. Deniau‑Morat, A. Morel, Isidore Bonin , Michel Darguenat (Gabriel Darquet), Paul Ader, Raoul Lenoir, Émile Janvion, Émile Guillaumin, Michel Bernard et Georges Guy‑Grand, celle-ci a été entreprise avec le concours de la Revue critique des idées et des livres, qui en a publié les diverses parties, d’avril 1908 à mai 1909.

L’exemplaire conservé à la bibliothèque universitaire des Deux Lions comporte une dédicace manuscrite de Georges Valois « A Monsieur E-Deniau-Morat », dédicace qui témoigne de du rapprochement esquissé entre révolutionnaires et nationalistes. En effet, le dédicataire n’est autre qu’Eugène Deniau, dit Deniau-Morat, militant anarchiste parisien puis socialiste d’Indre-et-Loire. Né le 13 décembre 1882 à Paris, il appartient pratiquement à la même génération que Georges Valois, son aîné de quatre ans. Sans doute l’ouvrage lui a-t-il été offert peu après sa parution, car il figure parmi les personnes auxquelles l’enquête a été adressée…

L’ouvrage a eu en 1914 une nouvelle édition augmentée d’une préface : « Les enseignements de cinq ans ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.