Sic transit gloria mundi (4) François-Hugues Forget de Molière d’Essertines

En relisant une de mes chroniques sur la misanthropie littéraire datée du 24 février dernier, j’ai remarqué cette référence dans la partie  Alceste avant Molière :

En 1623, dans un épisode de la Polyxène de F.H. de Molière d’Essertines, un personnage nommé Alceste est présenté comme jaloux et querelleur.  Accessible sur Google livres.

Molière d’Essertines ! Ainsi notre grand dramaturge aurait un homonyme ? Oui da, et même un peu plus, comme le rappelle François Henri Joseph Blaze (dit Castil-Blaze) dans Molière musicien (Paris, 1852). Dans le tome 1, p.141-150 (cf. Google livres), l’auteur dresse la liste de plusieurs personnes parmi lesquelles le comédien et dramaturge Molière le Tragique et le romancier libertin Molière d’Essertines, et cite encore  une quinzaine de localités portant ce nom, avant d’ajouter :

Jean-Baptiste Poquelin n’a jamais fait connaître la raison qui lui fit choisir, adopter le surnom de Molière, qu’un auteur comédien avait déjà porté.

Le site Tout Molière a pourtant son idée sur cette question :

On ignore la raison qui pousse notre dramaturge, Jean-Baptiste Poquelin pour l’état civil, à adopter le pseudonyme de Molière. « Jamais il n’en a voulu dire la raison, même à ses meilleurs amis », écrit Grimarest. On sait aussi que des villages du midi portent ce nom, dans le Tarn-et-Garonne ou le Gard, mais cette piste n’est pas à retenir, car on trouve sa première signature sous ce pseudonyme en juin 1643 sur le contrat de fondation de L’Illustre Théâtre, donc avant sa tournée en province. On pense que notre poète a pu choisir son nom de théâtre en hommage à un romancier, François de Molière d’Essertines, libertin notoire, assassiné en 1624. On lui doit un roman, Polyxène, qui connut un succès très honorable — Charles Sorel en écrivit une suite —, et dans lequel on trouve un Alceste, un Philinte, ainsi qu’un fleuve Oronte, noms que notre poète utilise dans son Misanthrope.

Alors, qui est-il ce Molière d’Essertines ? Nous pouvons évidemment recourir à Wikipédia pour le savoir. Nous pouvons aussi revenir à l’ouvrage de Castil-Blaze  (cf. Google livres) :

MOLIÈRE (François Picardet, sieur d’Essertines et de) vivait à la cour et fut assassiné vers 1623. Plusieurs attribuent à ce Molière les tragédies du précédent; c’est une ereur qu’ils ont puisée dans le dictionnaire de Moreri.

— Il faut demeurer d’accord que ce furent MM. de Gomberville, de Coulomby, Faret et Molière, qui, les premiers, écrivirent avec une extrême pureté ; comme étant des principaux de ceux qui s’étaient heureusement dégagés de l’ignorance ancienne. M. de Molière traduisit un livre espagnol de Guévare, du Mépris de la cour (1621, in-8), fit la Semaine amoureuse, et la première partie de Polyxène.

» On ne doit pas prendre aussi le sieur de Molière, qui a fait un dictionnaire historique et poétique, pour celui qui a fait le roman de Polyxène, ni pour celui qui a fait l’École des femmes. Chacun d’eux a son prix et sa réputation à part.

» Plusieurs autres romans ont eu du cours en divers temps, comme la Polyxène de Molière, dont il y a deux suites différentes, qui toutes deux ne sont pas du môme auteur.» Baillet, Jugements des savant*.

— Le sieur Sorel ayant dit que Molière, auteur de la Polyxène, eût pu produire un jour de meilleures choses, s’il n’eût point été aussi malheureux que d’Audiguier, ajoute qu’ils ont tous deux été assassines par ceux qu’ils tenaient pour leurs amis.

« Molière, traducteur du Menosprecio de Guevara, est moins connu par cette version que par le roman de Polyxène qu’on ne lit pourtant plus il y a longtemps, non plus que ses autres ouvrages qui consistent, non pas, comme dit Moréri, en diverses pièces de théâtre, car il n’en a fait aucune, mais uniquement dans le livre intitulé la Semaine amoureuse, et en quelques lettres (sept) qui se trouvent imprimées dans des recueils (celui de Faret) publiés au commencement du XVIIe siècle. On ne le confondra pas avec le Molière si célèbre par ses comédies, mais il faut se garder aussi de le confondre avec le Molière auteur d’un dictionnaire français historique.

» Ch. Sorel, en sa bibliothèque française, page 261, place Molière, auteur de Polyxène (roman), parmi les traducteurs qui écrivaient poliment et qui, suivant les maximes de Malherbe, gardèrent une grande pureté dans leur style. » Bayle, Dictionnaire, etc., au mot Audiguieu (d’).

  Ces diverses pièces de théâtre, que Moréri attribue à Molière le romancier, prouvent de nouveau l’existence de Molière le Tragique, le comédien qui les avait faites.

  La mort avait empêché Molière d’Essertines d’achever son roman ; deux auteurs s’empressèrent d’en écrire la suite et le dénouement.

  La Polyxène du sieur de Molière, avec la suite publiée par le trieur de Pomeray. Paris, Toussaint du Bray, 1632,1635, in-8

  La Vraye suite des advenlures de La Polyxène du feu sieur de Molière, suivie et conclue sur ses mémoires, (sans nom d’auteur). Paris, Ant. de Sommaville, 1634, in-8.

  Odes spirituelles sur l’air des chansons de ce temps, du sieur de Molière, 1623, in-8, publiées par sa veuve, ce qui prouve que l’auteur fut assassiné vers 1623, tandis que Bayle place en 1630 ce funeste événement.

— Depuis la mort de nostre pauvre Molière, je treuve de si grandes douceurs dans les entretiens qui ont quelque chose de triste et de funeste, que je n’en sçaurois divertir ma pensée. » Voilà ce que je lis dans une des lettres que Faret a recueillies et publiées, chez Toussaint Quinet, en deux volumes in-12, sous la date de 1634 ; mais celte lettre ne porte ni date, ni signature. Page 511 du tome second.

  Saint-Arnand déplore aussi la mort de Molière, qu’il désigne sous le nom de Lysis en ses Visions.

Puis quand il me souvient de l’horrible aventure
Qui mit tout mon bonheur dedans la sépulture
En y mettant Lysis, et qu’il m’est défendu
De chercher seulement le bien que j’ai perdu,
Je m’abandonne aux pleurs, je trouble tout de plaintes,
Un mortel désespoir me donne mille atteintes,
Et parmi les tourments qui m’otent le repos,
Songeant à ses écrits je dis à tout propos,
O belle Polyxène, amante infortunée!
Tu dois bien regretter sa courte destinée,
Puisqu’une telle fin t’interdit d’espérer
Celle des longs travaux qui te font soupirer!
Le précieux enfant d’une si rare plume !
Beau livre, grand trésor ! niais trop petit volume:
Ouvrage que la mort empêcha de finir!
Je crois que l’ayant vu tout bon sens doit tenir
Que lu plus belle chose en quoi que l’on souhaite
Se pourra désormais appeler imparfaite,
Si plutôt on ne dit que pour être divin,
O livre non pareil! ta n’as point eu de fin.
Et je n’en mettrai point à l’ennui qui me ronge :
Car soit que ton auteur me vienne voir en songe,
Et que je pense à Iui comme je fais toujours,
Mes larmes et mes cris auront un même cours,
Ma pitié lui veut rendre à jamais cet hommage;
En tous lieux où j’irai, sa vaine et pâle image
Visible à moi tout seul et regrettable a tous,
Me contera sa mort, me contera ses coups.
Et m’inspirant au cœur ce que pour allégeance
Lui pourra suggérer une horrible vengeance,
Contre cul assassin rempli de trahison,
Qui termina ses jours en leur verte saison,
Me mettra dans les mains les plus pesantes chaînes,
Les feux les plus ardents, et les plus longues gènes,
Pour en punir ce monstre, et faire un châtiment
Que l’on puisse égaler à mon ressentiment.

Voici aussi deux études :

Edmond Révérend du Mesnil, François de Molière, Seigneur d’Essertines, Anne Picardet, sa femme, et leur famille d’après les documents authentiques, Charolles, Lamborot, 1888. Un précision du moliériste Hyacinthe Gorgomar dans« Moliérer-Molière » sur  le site L’Affaire Corneille-Molière :

Si Anne Picardet était bien la femme de François II Molière, sieur d’Essertines, celui auquel Livet fait allusion est son fils François III Molière d’Essertines, auteur de La Polyxène, de La Semaine amoureuse, d’une traduction du Mépris de Cour de Guevara et d’un certain nombre de poèmes et lettres, mort assassiné en 1624, cinq ans après la publication du recueil en question.

Werner Werth, Francois de Molière, sein Leben und seine Werke, ein Beitrag zur Literaturgeschichte des 17. Jahrhunderts. Inaugural-Dissertation, Berlin, E. Ebering, 1916, VI-134 p.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *