Littérature et écologie

Escoute, Bûcheron, arreste un peu le bras :
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoûte à force,
Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce ?

Eh quoi ! tout est sensible !
Pythagore.

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Une sensibilité « écologique » en littérature existe longue date. Sans remonter à Ronsard, Jean-Jacques Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, le romantisme, les « Vers dorés » de Nerval ou Du progrès dans ses rapports avec le petit bourgeois et avec les maîtres d’école de Rodolphe Töpffer sont là pour en témoigner.

Je voudrais donner ici quelque pistes sur la littérature, notamment contemporaine, inspirée par l’écologie. Dans une chronique intitulée Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène, j’ai insisté sur l’aspect dystopique et catastrophiste d’ouvrage appartenant surtout à la science-fiction. Cependant, la conscience écologique peut nourrir des œuvres littéraires très diverses et pas seulement de science-fiction dystopique. J’en veux pour preuve le riche dossier établi par la BnF sur L’écologie dans le roman d’aujourd’hui qui permet d’explorer ce thème et dont voici les différentes parties :

Le roman ne résume pas à lui seul la littérature et la poésie entretient elle aussi, comme nous l’avons vu plus haut, des rapports anciens avec l’écologie.

Autres liens sur la littérature et l’écologie :


Une réflexion sur « Littérature et écologie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.