Le réchauffement climatique : contexte et constat

Histoire du climat

Le réchauffement ou changement climatique actuel s’inscrit dans une histoire beaucoup plus longue, celle du climat, popularisée dès les années 1960 par l’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, suivi par l’historien des sciences Pascal Acot et le spécialiste de chrono-écologie Michel Magny.

L’homme face au climat : symposium annuel [organisé par le] Collège de France. Odile Paris : Jacob, DL 2006.

Pascal Acot. Histoire du climat. Paris : Perrin, 2003.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire du climat depuis l’An mil. Flammarion, 1967.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire humaine et comparée du climat. Fayard, 2004-2009. 3 vol.

1 – Canicules et glaciers (XIIIe-XVIIIe siècles).

2 – Disettes et révolutions (1740-1860).

3 – Le réchauffement de 1860 à nos jours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Naissance de l’histoire du climat. Préface d’Anouchka Vasak ; postface de Pascal Acot. Paris : Hermann, 2013.

Michel Magny. Une histoire du climat des derniers mammouths au siècle de l’automobile. Paris : éd. Errance, 1995.

Un élément de la crise écologique de l’Anthropocène

Le réchauffement climatique actuel est un des éléments de l’Anthropocène, caractérisé par une crise écologue profonde avec l’épuisement des ressources naturelles, la pollution de l’environnement et l’effondrement de la biodiversité.

Sur l’Anthropocène

Paul J. Crutzen. « La géologie de l’humanité : l’Anthropocène » suivi d’un addendum de Jacques Grinevald, L’Anthropocène et la révolution thermo-industrielle, Écologie & politique, n° 34, p. 141-148 . Trad. de « Geology of Manking : “The Anthropocene”, Nature, n° 415 (3 janvier 2002) p. 23. PDF

Rémi Beau et Catherine Larrère. Penser l’Anthropocène. Paris : Presses de Sciences Po, 2018.

Michel Magny. L’Anthropocène. Paris : PUF, 2021.

Sur l’épuisement des ressources

The Limits to Growth ou rapport Meadows (traduction française :Halte à la croissance). 1972.

Sur la pollution de l’environnement

Rachel Carson. Silent Spring, 1962. Trad. française : Le Printemps silencieux, 1968.

Jean-Noël Salomon. Danger pollutions ! Presses Universitaires de Bordeaux. 2003.

Sur l’effondrement de la biodiversité

Pauline Fricot. « Le biodiversité et le climat sont un seul et même combat, alertent le GIEC et l’IPBES dans une collaboration inédite », Novethic, 10 juin 2021.

  • Voir le site de l’IPBES, équivalent du GIEC pour la biodiversité.

Elizabeth Kolbert. La sixième extinction : comment l’homme détruit la vie. Paris : Vuibert, 2015. Trad. de : The sixth extinction : an unnatural history, 2014.

Le GIEC

Créé en 1988 à la suite d’une initiative politique internationale et dépendant de l’Organisation météorologique mondiale et du Programme des Nations unies pour l’environnement, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ; en anglais : Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC) est un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU).  Il a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine.

Rapports du GIEC disponibles en ligne

Frédéric Durand. Le réchauffement climatique : enjeu crucial du XXIe siècle. Paris : Ellipse, 2020.

François-Marie Bréon. Réchauffement climatique. Paris : Humensciences, 2020.

Conséquences du changent climatique
Conséquences sur l’environnement

La montée de la température de l’air et de l’eau, la fonte de la calotte polaire et des glaciers et montée des eaux, la perturbation du cycle de l’eau et les sécheresses, les cyclones, les submersions et les crues.

[Références à chercher]

Conséquences sur les sociétés humaines

Famines, épidémies, guerres et migrations.

Marie-Monique et Serge Morand. La fabrique des pandémies : préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire. Préface de Serge Morand. Paris : La Découverte, 2021. BU Tours.

Harald Welzer. Les guerres du climat pourquoi on tue au XXIe siècle. Trad. de l’allemand : Klimakriege : wofür im 21. Jahrhundert getötet wird, 2008. Paris : Galliars, 2009. Edition poche : 2012.

Geremia Cometti. Réchauffement climatique et migrations forcées : le cas de Tuvalu. Genève : : Graduate Institute Publications, 2011.

Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne. Atlas des migrations environnementales. Paris : Sciences Po les Presses, 2016.

André Tassou (dir.) Changements climatiques et mouvements migratoires en Afrique subsaharienne comment les catastrophes naturelles et les flux humains dictent leur loi… préface du Pr Bernard Gonné. Paris : L’Harmattan, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.