L’enseignement des filles sous le Second Empire

Un lointain cousin m’a fait parvenir une copie du contrat de mariage des parents de mon arrière-grand-père. Ceci se passait en 1868 à Cassagne Bégonhès, petit village de l’Aveyron.

Une chose m’a frappé. Parmi les personnes mentionnées, la plupart sont des hommes – les deux témoins, le père du futur, le père de la future, le futur, et bien sûr le notaire- qui tous savent signer. Par contre, sur les trois femmes, seule la future, encore mineure, en est capable, mais les deux mères, non.

Voilà qui témoignent de deux choses : l’inégalité de l’éducation entre les sexes jusqu’au milieu du XIXe siècle et le progrès relatif de l’instruction des filles au cours du Second Empire, entre autre grâce à la loi Falloux, votée en 1850, sous la IIe République. Celle-ci imposait aux communes de plus de 800 habitants d’ouvrir une école de filles. Et voici comment une loi votée par le parti de l’Ordre et favorable aux congrégations a pu favoriser un réel progrès culturel et social…

Je vais rassembler ici un peu de documentation en ligne sur la question, et plus généralement sur l’histoire de l’éducation des filles en France.

Ressources écrites
Cartes de J. Manier
L’Instruction en France en 1867 / par J. Manier. Paris : Berger, 1867 – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica
Le progrès de l’Instruction en France en 1832-1867 / Manier, J. – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica
1850 – Progrès des congréganistes en France 1866 / par J. Manier – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.