L’enseignement des filles sous le Second Empire

Un lointain cousin m’a fait parvenir une copie du contrat de mariage des parents de mon arrière-grand-père. Ceci se passait en 1868 à Cassagne Bégonhès, petit village de l’Aveyron.

Une chose m’a frappé. Parmi les personnes mentionnées, la plupart sont des hommes – les deux témoins, le père du futur, le père de la future, le futur, et bien sûr le notaire- qui tous savent signer. Par contre, sur les trois femmes, seule la future, encore mineure, en est capable, mais les deux mères, non.

Voilà qui témoignent de deux choses : l’inégalité de l’éducation entre les sexes jusqu’au milieu du XIXe siècle et le progrès relatif de l’instruction des filles au cours du Second Empire, entre autre grâce à la loi Falloux, votée en 1850, sous la IIe République. Celle-ci imposait aux communes de plus de 800 habitants d’ouvrir une école de filles. Et voici comment une loi votée par le parti de l’Ordre et favorable aux congrégations a pu favoriser un réel progrès culturel et social…

Je vais rassembler ici un peu de documentation en ligne sur la question, et plus généralement sur l’histoire de l’éducation des filles en France.

Ressources écrites
Cartes de J. Manier
L’Instruction en France en 1867 / par J. Manier. Paris : Berger, 1867 – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica
Le progrès de l’Instruction en France en 1832-1867 / Manier, J. – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica
1850 – Progrès des congréganistes en France 1866 / par J. Manier – Cliquez sur ce lien pour voir la carte dans Gallica



Citer ce billet
Jean Stouff (2021, 20 septembre). L’enseignement des filles sous le Second Empire. Biblioweb. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzqo

Une réflexion sur « L’enseignement des filles sous le Second Empire »

  1. Monsieur STOUFF bonjour,

    Voici ma réaction à votre intéressante remarque et votre curiosité non moins intéressante. Mes oui et non ne sont pas préremptoires mais suivent une contrainte de brièveté.
    – L’inégalité de l’éducation entre les sexes jusqu’au milieu du XIXe siècle et le progrès relatif de l’instruction des filles au cours du Second Empire : – Oui ; – entre autre grâce à la loi Falloux, votée en 1850, sous la IIe République : – oui et non. Il n’y a pas de loi “Falloux”. La loi scolaire de mars 1850 a été signé par le ministre de l’instruction primaire de Parieu. De Falloux n’était plus ministre depuis octobre 1849. Toujours député, il n’a pas voté la dite loi, étant alors à Nice. Il est rentré à Paris début mai 1850. Cette loi pourrait être appelée ausi bien la loi de Parieu, la loi Adolphe Thiers, ou la loi Louis Napoléon Bonaparte, alors président de la République ; le progrès relatif de l’instruction des filles au cours du Second Empire. – Pourquoi relatif ?
    Et voici comment une loi votée par le parti de l’Ordre et favorable aux congrégations a pu favoriser un réel progrès culturel et social… – Oui.
    Cette loi scolaire (mars 1850) et d’autres lois ont souvent encouragé des tendances qui étaient déjà à l’oeuvre (ici les écoles de filles).

    (1 ) Voici un extrait de la carte scolaire dans un secteur du nord de l’Aveyron (vallée du lot, versant sud de l’Aubrac). 9 communes considérées, avec le nom des instituteurs hommes et femmes. Il s’agit de l’année scolaire 1847-1848 (Trois ans avant la loi imposant la présence d’une école de filles dans les communes de plus de 800 habitants). On y voit que la présence des écoles de filles et mixtes dirigées par des institutrices (souvent congréganistes) y est légèrement supérieure à celle des écoles dirigées par des instituteurs. On y voit aussi, tout simplement, la forte implantation scolaire à cette époque. Notons que ce secteur (quoique pauvre) est sans doute un peu plus avancé que la moyenne de l’Aveyron.
    (Les initiales J et P sont pour Jean et Pierre, M est pour Marie). En majuscule le nom des communes, en minuscule le nom des villages et hameaux.

    1847-1848 :

    SAINT-CHELY-D’AUBRAC
    Saint-Chély
    – Montrepos Auguste
    – Chausson M (St Joseph)
    – Griffoul M

    CASTELNAU-MANDAILLES
    Castelnau
    – Cabanettes Amans
    – Auziech M (Ursulines)

    Mandailles
    – Pons Félix
    – Andrieu Catherine (S. Coeur de Marie)

    SAINTE-EULALIE-D’OLT
    Sainte-Eulalie
    – Combarel Jacques
    – Andrieu Catherine ? (S. Coeur de Marie)

    SAINT-GENIEZ
    Saint-Geniez
    – Vieu Joseph (doctrine chrétienne)
    – Perdaries Louis, annexe collège.
    – Deleuze Etiennette (Notre-Dame)
    – Soeur Ste Rose (Notre-Dame)
    – Couly Antoinette (St François de l’Union)

    LA CAPELLE-BONANCE
    La Capelle
    – Pascal J Antoine
    – Lafon M

    PRADES
    Prades
    – Marty J
    – Bessière Anne, école privée?

    Lunet
    – Gineste P J
    – Augui M Anne (St Joseph)

    POMAYROLS
    Pomayrols
    – Gaillard Joseph
    – Julien M Jeanne (Union de St François)

    La Boulesq
    – Bonaterre P

    La Fage-Bonance
    – Bras Antoine

    SAINT-LAURENT-D’OLT
    Saint-Laurent
    – Fayet Casimir
    – Blanc Sophie (Notre-Dame), communauté cloîtrée.
    – Soeur Ste Anne (Notre-Dame), “petite école gratuite par charité”.

    PIERREFICHE-D’OLT
    Pierrefiche
    – Guibert Antoine
    – Fayt M

    Instituteurs : 12
    Institutrices : 15

    (Sources : États de situation des écoles primaires, dossiers personnels des institutrices et instituteurs, dénombrements de la population, Archives départementales de l’Aveyron)

    (2) Voici les résultats d’une enquête de signatures des actes de mariages sur ce secteur par sondage : 4 années sondées : 1851, 1861, 1859, 1876.
    Nombre de mariages : 160. Nombre total de personnes : 320. Personnes avec année de naissance connue : 317 (avec approximation d’une année lorsque l’âge seul est donné). Les capacités à signer sont données pour 313 personnes.

    Age médian des époux. Age médian des épouses
    – 1851
    33 ans. 26 ans
    – 1861
    32 ans. 25 ans
    – 1869
    28 ans. 24 ans
    – 1876
    30 ans. 26 ans

    Capacité à signer selon année de naissance

    – avant 1839
    hommes :
    73 sur 98 = 74.5 %, avec signature fluide : 60 sur 73
    femmes :
    27 sur 81 = 33.3 %, avec signature fluide 24 sur 27

    – 1839 et après
    hommes :
    60 sur 60 = 100 %, avec signature fluide 57 sur 60
    femmes :
    58 sur 74 = 78.4 %, avec signature fluide 57 sur 58

    Cordialement.
    Pierre Grimal (Peyre-en-Aubrac, Lozère)

    NB : La population pouvant se marier ne représente qu’une partie de la population totale. Sont notamment exclus les membres du clergé et des congrégations (hommes et femmes). On peut estimer leur niveau d’instruction supérieur à la moyenne. Le niveau d’alphabétisation connu à partir des actes de mariage sous-estimerait donc le niveau d’alphabétisation global. Mais la proportion des religieux voués au célibat est-elle suffisamment importante pour que leur prise en compte augmente significativement la mesure de l’alphabétisation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.