|||

Le fonds Jean Elleinstein

Un historien eurocommuniste

Jean Elleinstein (1927-2002) est un historien français spécialiste du communisme et de l’histoire de l’Union soviétique. Membre du Parti communiste français auquel il a adhéré au sortir du maquis en 1944, il y est un représentant de l’aile eurocommuniste et rénovatrice dans les années 1970 avant son éloignement progressif et son « auto-exclusion » constatée par les instances dirigeantes en 1980.

Plusieurs de ses ouvrages se trouvent parmi les livres conservés dans son fonds. Il y aborde surtout ses thèmes de recherche : l’URSS, le communisme, le marxisme…. Trois traductions de ses travaux témoignent de son audience internationale :

Son implication dans les débats sur l’eurocommunisme et la démocratisation est attestée par sa participation aux deux ouvrages collectifs suivants, l’un en italien, l’autre en italien :

  • Gli Eurocomunisti (1976) avec des entretiens de Paolo Spriano, Santiago Carrillo Bernardo Valli

Autre indice de son intérêt pour l’eurocommunisme : la dédicace manuscrite qu’Henri Weber lui adresse dans son exemplaire du Parti communiste italien aux sources de l’euro-communisme (1977).

Un fonds très éclectique aux éditions rares

En bon historien, Jean Elleinstein ne s’intéresse pas seulement au communisme et à l’Union soviétique, mais aussi à ce qui précède et entoure ses deux principaux objets de recherche. En voici une courte sélection.

Trois figures du socialisme allemand
Ferdinand Lassalle

Le précurseur du socialisme allemand Ferdinand Lassalle (1825-1864) est représenté par une édition de 1880 de Capital et travail : ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch), traduction de Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder: Capital und Arbeit. Dans cet ouvrage dont la première édition allemande date de janvier 1864, année de sa mort tragique, l’auteur s’en prend à son principal en­nemi, l’économiste libéral Hermann Schulze-Delitzsch (1808-1888), qu’il assimile à l’économiste français de la génération précédente. Il y expose aussi ses propres conceptions de l’économie, dominées par l’idée d’association. La traduction française est l’œuvre de Benoît Malon (1841-1893), un des fondateurs de l’Internationale et un membre de la Commune de Paris.

Eduard Bernstein

Autre référence de la social-démocratie allemande : Socialisme théorique et socialdémocratie pratique par Eduard Bernstein (1850-1932). Il s’agit de la traduction publiée en 1900 d’un ouvrage paru l’année précédente, Die Voraussetzungen des Sozialismus, dans lequel l’auteur fait la synthèse de ses positions sur la révision du marxisme dans un sens réformiste. Il s’inscrit dans la querelle réformiste députée en 1896 au sein du Parti social-démocrate d’Allemagne (Sozialdemokratische Partei Deutschlands).

L’ouvrage a connu en grand succès en Allemagne où il est réédité 9 fois dans la première décennie du XXe siècle. En France, la première traduction par Alexander Cohen, après cette parution chez P.-V. Stock, ne sera rééditée qu’en 2010 par les Nuits Rouges. En 1974, une autre traduction française par Jean Ruffet et Michel Mozet a été publié au Seuil sous le titre Les présupposés du socialisme, plus proche de l’original.

Il y aurait aussi beaucoup à dire sur Pierre-Victor Stock (1861-1943), dreyfusard et éditeur engagé. Mais cela nous mènerait trop loin…

Karl Kautsky

Karl Kautsky (1854-1938), ancien secrétaire d’Engels et pilier de la social-démocratie allemand, s’est voulu un défenseur de l’orthodoxie marxiste face au révisionnisme de Bernstein ou au bolchevisme de Lénine. C’est contre ce dernier qu’est dirigé Terrorisme et communisme : contribution à l’histoire des révolutions paru en 1919 à Paris chez l’éditeur russe Jacques Povolozky (1881-1945).

Il s’agit de la traduction par l’orientaliste franco-russe Nadine Stchoupak (1886-1941) de Terrorismus und Kommunismus. Ein Beitrag zur Naturgeschichte der Revolution paru la même année, dans un contexte très difficile pour la social-démocratie allemande, divisée par la guerre et la révolution russe. En janvier, le Président Ebert et le ministre de la Défense Gustav Noske, tous deux issus du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne), n’ont pas hésiter à s’appuyer sur les corps francs pour réprimer les Spartakistes et assassiner leurs dirigeants, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, fils d’un membre fondateur du SPD.

Kautsky fait  encore partie de l’USPD (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne) qu’il quittera l’année suivante pour réintégrer le SPD. Il est aussi ministre adjoint aux Affaires étrangères et considère avec une certaine inquiétude « la grande lueur à l’est ». C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la publication de Terrorisme et communisme où il  entend mettre en garde contre l’expérience bolchevique, ce qu’il continuera à faire dans ses écrits des années suivantes.

Un maître et un « disciple » aux parcours erratiques et similaires
Georges Sorel

Les amitiés et les orientations idéologiques du théoricien du syndicalisme révolutionnaire Georges Sorel (1847-1942) furent si diverses et contradictoires entre socialisme et nationalisme, marxisme et anarchisme proudhonien, que lorsqu’il mourut en 1922, le gouvernement soviétique et l’Etat fasciste proposèrent d’assumer l’entretien de son tombeau…

Réflexions sur la violence est son ouvrage le plus connu, maintes fois réédité depuis sa première publication en 1908. Paru la même année, Les illusions du progrès ne jouissent pas de la même notoriété. Jean Elleinstein possédait un exemplaire de la 2e édition publiée en 1911 par la librairie Marcel Rivière.

Paru en 1924, Georges Sorel théoricien de l’impérialisme : ses idées, son action de Pierre Lasserre (1867-1930) est un autre témoignage de l’intérêt de Jean Elleinstein pour les idées Georges Sorel.

Georges Valois

Anarchiste en ses jeunes années, Georges Valois (1878-1845) a également été marqué par les théories de Georges Sorel sur le syndicalisme révolutionnaire. Lorsqu’il adhère à l’Action française en 1906, il voit dans ce mouvement nationaliste une arme contre le capitalisme.

Soucieux des questions ouvrières et sociales, il publie en 1909 de l’enquête La monarchie et la classe ouvrière. L’ouvrage se compose de deux parties : 1° un essai intitulé « La Révolution sociale ou le Roi » ; 2° les résultats d’une enquête adressée à des théoriciens et militants syndicalistes et entreprise avec le concours de la Revue critique des idées et des livres, qui en a publié les diverses parties, d’avril 1908 à mai 1909.

L’ouvrage précède la création en 1911 du Cercle Proudhon , où Valois tente de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens afin de réaliser d’une synthèse des deux mouvements. L’exemplaire conservé à la bibliothèque universitaire des Deux Lions annonce ce rapprochement esquissé et bientôt avorté entre révolutionnaires et nationalistes, puisqu’il comporte une dédicace manuscrite de Georges Valois à Eugène Deniau, dit Deniau-Morat, militant anarchiste parisien puis socialiste d’Indre-et-Loire.

Par la suite, Georges Valois aura un itinéraire contrasté qui, de la création du premier parti fasciste français, le Faisceau en 1923, à ses tentatives de rapprochement auprès des socialistes et des radicaux, le mènera à la Résistance et à la mort en déportation…

Face à la Révolution d’Octobre et à l’Union soviétique
L’inquiétude occidentale

Deux ouvrages publiés par la Librairie militaire Berger-Levrault en 1918 et 1919 témoignent de l’inquiétude des Occidentaux face à la « grande lueur née à l’Est ».

Le Socialisme contre l’État, paru en 1918 dans la collection « Problèmes d’après-guerre », a été publié par le socialiste belge Émile Vandervelde (1866-1938),président de la Seconde Internationale et ministre du gouvernement belge en exil. Selon lui, il ne faut pas confondre étatisme et socialisme et que la création des monopoles et industries d’État n’ont rien à voir avec les revendications ouvrières et socialistes. Cela lui vaut un article peu amène de Lénine dans La révolution prolétarienne et le rénégat Kautsky.

Le bolchevisme en Russie  : livre blanc anglais, avril 1919 a paru en 1919 dans la collection « Pages d’histoire 1914-1919 »

Les anarchistes russes, des opposants durement réprimés

Publié en 1923 aux éditions de la Librairie sociale, Répression de l’anarchisme en Russie soviétique est une œuvre collective signée par le Groupe des anarchistes russes exilés en Allemagne. Le traducteur, Voline (18821945), en est lui-même issu. Il a combattu les bolcheviks dans les rangs de l’Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne de Nestor Makhno, avant d’être condamné à mort par Trotski puis finalement banni par le pouvoir soviétique. L’ouvrage comporte en outre une introduction d’André Colomer (1886-1931) poète anarcho-syndicaliste français et directeur de la Revue anarchiste depuis 1922.

L’ouvrage est composé de deux parties. La première relate la répression des militants anarchistes russes dès avril 1918. La deuxième partie comporte la liste de 178 noms de militants anarchistes tués, emprisonnés ou expulsés par le régime bolchévique, et dans la versionon française, les noms de trois militants anarchistes français, victimes de cette répression : Raymond Lefèvre, Vergeat, Lepetit.

Un révolutionnaire dissident dans l’URSS staliniennne

Littérature et révolution En 1932 paraît à la Librairie Valois. Cet ouvrage a pour auteur Victor Serge (1889-1947), éternel exilé et révolutionnaire né, passé du Paris de la bande à Bonnot à la Russie soviétique des lendemains d’Octobre et de l’anarchisme au parti communiste russe.

En ce début des années 1930, il vient de publier sa trilogie révolutionnaire Les Hommes dans la prison, Naissance de notre force et Ville conquise, mais il a surtout été jusqu’à présent l’auteur d’articles et d’essais sur la révolution russe, la police tsariste, les anarchistes. Son appartenance à l’opposition de gauche et sa participation non officielle à la rédaction de Vers l’autre flamme : confession pour vaincus, témoignage désillusionné paru en 1930 sous la signature Panaït Istrati, lui valent déjà une étroite surveillance policière.

C’est donc l’ouvrage d’un dissident au pouvoir stalinien qui est publié à Paris en cette année 1932, ouvrage qui reprend, comme un appel au secours, le titre d’un livre du principal opposant à Staline, Léon Trostsky, alors exilé en Norvège. Ce sera bientôt la déportation à Orenbourg, puis, après qu’une campagne internationale en sa faveur, l’exil à Paris et au Mexique où il finira ses jours. Il lui reste à écrire  les grands romans de la fin de sa vie : S’il est minuit dans le siècleL’affaire Toulaév, Les années sans pardons. Ses Mémoires d’un révolutionnaires ne paraîtront pour la première fois qu’à titre posthume, en 1951,

En marge de la révolution
Esquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel

Paru en 1931 à Belgrade aux Nadrealisticka Izdanja (Editions surréalistes), Nacrt za jednu fenomenologiju iracionalnog est un ouvrage des surréalistes serbes Koča Popović (1908-1992) et Marko Ristić (1902-1984) qui feront tous deux d’éminentes personnalités de la Yougoslavie titiste.

L’ouvrage a été traduit en français sous le titre Esquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel. Un exemplaire de l’édition de cette traduction paru en 2016 est conservé à la BU des Tanneurs.

Le fond de l’air est rouge

Paru en 1978 chez François Maspero, Le fonds de l’air est rouge : scènes de la troisième guerre mondiale 1967-1977 contient les textes et la description d’un film de Chris Marker  composé d’images d’archives sur les mouvements sociaux et révolutionnaires des années 1960 et 1970.

La BU des Tanneurs conserve un DVD de ce film.

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search