Littérature jeunesse et représentation de l’enfant non-blanc

Dans le cadre d’un mémoire intitulé Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020, Sarah Ghelam a présenté sur son carnet Hypothèse son non-corpus. Un non-corpus ? Kézako ? Elle s’en explique ici :

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1, j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

Et c’est vrai que cette série constitue une source intéressante pour les personnes qui s’intéressent à la littérature jeunesse et à la représentation de certains stéréotypes sociaux et/ou raciaux.

J’ignore quelles sont les études déjà faites sur ce sujet, mais je vais m’en informer, pour rassembler ici un peu de documentation en ligne ou non. A suivre…

Dernière mise à jour : 13 octobre 2021.

Amorce de bibliographie

Nathalie Thiery, Véronique Francis. « Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse ». Revue de recherches en éducation, n° 55, 2015. En libre accès sur Persée | ResearchGate | Spirale

Nacira Kaoues. Étudier la représentation des populations issues de la colonisation française dans la littérature pour la jeunesse : un préalable nécessaire à l’éducation à la paix pour une prévention des discriminations ethno-raciales à l’école. Mémoire de Master 2 : École supérieure du professorat et de l’éducation – Centre Val de Loire. 2018

Virine Hutasangkas. Représentations de l’étranger et de l’immigré dans la littérature contemporaine pour la jeunesse, France et Thaïlande. Thèse de doctorat en Littérature Comparée : Université de Tours. 2020.

Élodie Malanda. La transmission des valeurs dans les romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne (France, Allemagne, 1991-2010). Les pièges de la bonne intention. Thèse de doctorat en Littérature comparée : Université de la Sorbonne Nouvelle. 2017.

Anne Schneider. Entre migrance, « résiliance » et reliance : la littérature de jeunesse migrante issue de l’immigration algérienne : un champ exploratoire de l’enfance au profit du contemporain. Thèse de doctorat en Littérature comparée : Université de Paris 4. 2008.

Le dossier sur les stéréotypes paru dans La revue des livres pour enfants, n°310, sécembre 2019. Voir notamment, sur le sujet qui nous intéresse, les articles suivants :

  • Aurélie Crop, Laura Nsafou, Isabelle Cambourakis. « L’effet papillons noirs »
  • Marine Planche. « Marre des bébés blonds ? ».
  • J. Fette. « Heureux comme un stéréotype en France ».

Lila . « La diversité dans la littérature jeunesse, compte-rendu de table ronde », blog Fille d’album, 6 février 2018.

Mrs Roots. « Littérature jeunesse et diversité : pour tous les enfants, vraiment ? (1) », blog Mrs Roots, 23 avril 2014.

Dorine. « La représentation dans la littérature jeunesse : un manque de diversité qui pose problème », carnet Monde du Livre, 12 mai 2021.

Chachou. « Où sont les asiatiques ? – dans la bibliothèque de Bout’Chou », blog Mon fils en rose, 3 avril 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.