Les Appels du 17 juin 1940

Dernièrement je cherchais des informations sur Madeleine, Résistante, une enthousiasmante bande dessinée de Domique Bertail et Jean-David Morvan à partir des souvenirs de la Résistante Madeleine Riffaud. En feuilletant les fiches pédagogiques proposées par les éditions Dupuis, j’ai été notamment sensible, dans celle destinée au collège, à ce qui concerne les appels à la résistance à la résistance. Je dis bien “les” appels, car celui du général De Gaulle ne fut pas le seul ni le premier. Dès le 17 juin 1940, révulsés par la capitulation du maréchal Pétain, des hommes et des femmes d’idées politiques et d’origines sociales diverses ont choisi de continuer le combat et, pour certains, encouragé leurs compatriotes à en faire autant. Voici un peu de documentation sur la question, suivi des textes de deux de ces appels.

Un peu de documentation

“Dès le 17 juin 1940 plusieurs appels en réaction au discours de Pétain”, un article mis en ligne sur Mille Bâbords le 18 juin 2013, reprend un article paru sur Résister.org le 14 juin 2011.

Pour en savoir un peu plus sur le tract d’Edmond Michelet et son contexte, voir sur le site Livres de guerre ce qui concerne l’ouvrage de Jacques Duquesne, Les Catholiques français sous l’occupation.

Pour en savoir un peu plus sur l’appel de Charles Tillon, lire l’article “L’appel du 17 juin 1940 de Charles Tillon, éclipsé par celui du 18…” sur le site de France 3 Nouvelle Aquitaine.

Le tract d’Edmond Michelet

Edmond Michelet (1899-1970) est un notable catholique de Brive-la-Gaillarde. Contre l’appel à la capitulation de Pétain, il choisit les mots de l’écrivain catholique Charles Péguy qu’il polycopie avec l’aide d’un marchand de machines à écrire, Frédéric Malaure, maire-adjoint socialiste. Puis ils distribuent ces tracts avec des amis sûrs dans les boîtes aux lettres de Brive.

QUELQUES TEXTES DE PEGUY

– § … Celui qui ne se rend pas a raison contre celui qui se rend, c’est la seule mesure, et il a raison absolument, je veux dire que la raison qu’il en a est un absolu, et que l’excédent pour ainsi dire qu’il a sur l’autre, l’écart, l’emportement qu’il a sur l’autre est un absolu.

– § – En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne et quel que soit son parti. Il ne se rend point. C’est tout ce qu’on lui demande. Et celui qui se rend est mon ennemi, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, et quel que soit son parti. Et je le hais d’autant plus que par les jeux des partis politiques il prétendrait s’apparenter à moi .

– § – Quels que soient les partis celui qui ne rend pas une place française est le droit héritier de tous ceux qui n’ont pas rendu des places françaises. Rochereau dans Béfort (et Masséna dans Gênes) sont les droits héritiers de celle qui fit lever le Siège d’Orléans. Ils en sont les héritiers spirituels comme ils en sont les successeurs temporels. Ils sont de sa filiation spirituelle et de sa communion spirituelle et non pas seulement de sa race. Et Trochu avec toutes ses capucinades n’en est pas.

– § … Autant il est permis, autant il est beau, autant il est profond de demander par la prière, de demander dans la prière le couronnement de fortune et ce sort des batailles qui ne réside que dans l’évènement, autant il est stupide, et il est de désobéissance de vouloir que le Bon Dieu travaille à notre place, et d’avoir le toupet de le lui demander. Demander la victoire et n’avoir pas envie de se battre, je trouve que c’est mal élevé.

– § … Celui qui défend la France est toujours celui qui défend le royaume de France. Celui qui ne rend pas une place peut être tant républicain et tant laïque qu’il voudra. J’accorde même qu’il soit libre-penseur. Il n’en sera pas moins petit-cousin de Jeanne d’Arc. Et celui qui rend une place ne sera jamais qu’un salaud, quand même il serait marguillier de sa paroisse. (Et quand même il aurait toutes les vertus. Et puis on s’en fout de ses vertus. Ce que l’on demande à l’homme de guerre, ce n’est pas des vertus. Et ce que Jeanne d’Arc demandait à ses hommes, ce n’était pas des vertus, c’était une vie chrétienne. Et c’est infiniment autre chose. La morale a été inventée par les malingres. Et la vie chrétienne a été inventée par Jésus-Christ).

– § … Il ne fait aucun doute que la France a deux vocations dans le monde et que si elle est quelquefois fatiguée au temporel et même au spirituel, et diminuée, et quelquefois pauvre de forces c’est qu’elle est doublement fidèle, c’est qu’elle est fidèle deux fois, c’est qu’elle a à pourvoir à deux tâches, et à deux fidélités, à sa vocation de chrétienté et à sa vocation de liberté…

L’ARGENT (page 168 et suivantes)

(Edition Galimard – 1932)

Voir un exemplaire du tract sur le site du Musée de la Résistance en ligne
L’appel de Charles Tillon

Le dirigeant communiste Charles Tillon (1897-1993) lance depuis Gradignan un appel à la résistance contre l’occupant nazi, mais il ne tarde pas à se rendre compte que, refusant de choisir entre deux impérialismes, l’attitude de son propre parti est beaucoup plus prudente et ambigüe. La véritable entrée des communistes dans la Résistance ne se fera qu’après l’invasion de l’Union soviétique le 22 juin 1941. Charles Tillon fondera alors l’organisation clandestine des Francs-Tireurs et Partisans (FTP).

Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie… Et maintenant, ils livrent la France. Ils ont tout trahi.

Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler , livrer le pays entier au fascisme. Mais le peuple français ne veut pas de la misère, de l’esclavage, du fascisme. Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes. Il est le nombre : uni, il sera la force.

Pour l’arrestation immédiate des traîtres
Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, établissant la légalité du parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.