Du Dépôt de la guerre au Service Géographique de l’Armée : les origines militaires de l’IGN

Le Dépôt de la Guerre, créé par Louvois en1688 était le bureau de cartographie et d’archives à intérêt militaire de l’armée française. Son rôle fut amplifié sous la Révolution et l’Empire où il prend nom de Dépôt général de la Guerre et de la Géographie. Cependant, ce service n’a pas le monopole de la cartographie au sein des servicesl’Etat, le Dépôt général des cartes et plans de la Marine et des Colonies remplissant une mission identique pour le domaine maritime.

Artilleur de formation et passé par le Bureau Topographique, Bonaparte attache une grande importance à la cartographie. Le Corps des Ingénieurs Géographes du Dépôt de la Guerre effectue de nombreux travaux sur les territoires touchés par les conflits (Italie, Égypte, Prusse, Autriche et Russie). Mais toutes les plaques de cuivre de la carte de l’Empereur (420 feuilles au 1:100 000) sauf une, celle de la Bavière, disparaissent, dans la Bérézina…

A partir de novembre 1830, sous la direction le général baron Pelet-Clozeau, le Dépôt de la Guerre entreprend la publication de la grande carte de France de l’État-Major au 1:80.000.

Il est supprimé en 1882, où il est scindé en deux organismes distincts :

  • le Service géographique de l’armée (SGA).

Ce dernier poursuit la mission cartographique du Dépôt de la Guerre :

  • en éditant un certain nombre des feuilles de la Carte internationale du monde au 1:1.000.000 concernant la métropole et ses territoires territoires outre-mer après les conférences de Londres (1909) et de Paris), et à partir de 1919, en liaison avec la Commission Internationale de Navigation Aérienne (CINA), des cartes aéronautiques au 1:2.500.000e puis au 1:1.000.000 et au 1:500.000 ;
  • en entreprenant après la première Guerre mondiale une carte de l’Europe centrale au 1:2.000.000 et une carte de l’Europe au 1:4.000.000.

Dans les années 1930, l’organisation intérieure du Service géographique de l’Armée réunit les éléments suivants (cf. article de Jean Martin) :

  • La Direction.
  • Les sections, chargées de l’établissement des cartes, sont au nombre de trois : la section de géodésie, la section de topographie et a section de cartographie.
  • Les services des instruments : la section des instruments d’optique, née de la guerre, sous le nom de laboratoire d’optique ; le service des ateliers et du matériel, créé après la guerre et le laboratoire des sections de repérage.
  • Le service cinématographique de l’Armée, créé pendant la guerre et rattaché en 1920 au Service géographique.

Le SGA disparaît avec la création de l’Institut géographique national (IGN) le 26 juin 1940.

Bibliographie sommaire

Ministère de la défense nationale et de la guerre. Le service géographique de l’armée [Texte imprimé] : son histoire, son organisation, ses travaux. Paris : Impr. du service géographique de l’Armée, 1938.

Jean Martin. “Le Service géographique de l’Armée”, L’Information Géographique, vol. 2 n° 5, 1937, p. 206-207

Patrice Bret. “Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789-1830)”, communication présentée le 2 août 1989 au XVIIIe Congrès International d’Histoire des sciences à Hambourg, dans le cadre du symposium Mathematics and French Revolution: Decades of Change, organisé par I. Grattan-Guinness et J. Dhombres. Publiée également dans Annals of science, vol. 48 issue 2, 1991, p. 113-157.

Jean-François Brun. “Les ingénieurs géographes. La science au service de l’Empire”, Napoléon.org, octobre-décembre 2011.

Monique Pelletier. “La fin d’un rêve : dislocation de l’Empire et restitution des cartes réunies pour sa constitution”. Cartes & Géomatique, n° 37, 2018, p. 17-26.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.