Niklaus Meienberg et Maurice Bavaud, deux consciences helvétiques

Dans le dernier Livres de la semaine, j’ai repéré la réédition récente aux éditions Zoé de l’ouvrage de Niklaus Meienberg, Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler. Bonne occasion de présenter à mes compatriotes ces consciences de la Confédération helvétique.

Ma découverte du journaliste suisse alémanique Niklaus Meienberg (1940-1993) est toute récente. Elle s’est faite à travers un roman de Daniel de Roulet, L’Oiselier. Il y est le principal protagoniste, dans le contexte d’assassinats mystérieux, dont celui d’un soldat suisse, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, tandis que le Groupe Bélier poursuit son action pour un Canton du Jura unifié, et que la Fraction armée rouge enlève, dans la proche Allemagne, le patron des patrons allemands, Hans-Martin Schleyer.

Pour moi qui ne suis pas Suisse, il est parfois difficile de comprendre toutes les allusions à la politique helvétique de ces années-là. Cependant, je suis ressorti du roman avec la certitude que ce Niklaus Meienberg était un personnage intéressant .

Un peu comme Jean Ziegler qui a préfacé l’édition française de L’exécution du traître à la patrie Ernst S, cet homme révolté fut la mauvaise conscience de la Confédération helvétique dont il dénonçait les errements politiques présents et passés dans de vigoureux articles ou des enquêtes historiques dérangeantes.

Parmi ces dernières, Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler, dont la première édition française date de 1982, deux ans après son édition allemande, Es ist kalt in Brandenburg. Ein Hitler-Attentat. Meienberg n’est pas le premier à écrire sur Maurice Bavaud (1916-1941). Depuis le milieu des années 1970, en Suisse et en Allemagne, le journaliste Raymond Zoller, le dramaturge Rolf Hochhuth ou l’historien Klaus Urner se sont intéressés à la figure de ce jeune catholique qui, en 1938, a voulu tuer Hitler.

Si ses motivations demeures obscures (anti-fascisme ou fanatisme tyrannicide), il n’en a pas moins essayé. Arrêté par la Gestapo, il sera abandonné à son triste sort par l’ambassadeur suisse à Berlin et les autorités de la Confédération… Les excuses officielles ne commenceront à être faites que vers la fin des années 1980 jusqu’à sa réhabilitation le 7 novembre 2008 par le président de la Confédération suisse Pascal Couchepin.

Sur Niklaus Meienberg

Anne Fournier Saint-Gall. “Meienberg, l’ombre d’un géant”, Le Temps, 21 août 2013.

Christophe Büchi. “Niklaus Meienberg, l’homme révolté”, Le Temps, 27 avril 1999.

Marco Danesi. “Anachroniques : Niklaus Meienberg, la vérité en mille morceaux”, Domaine public, 25 février 2005.

Publications de et sur Niklaus Meienberg dans le catalogue Helveticat de la Bibliothèque nationale suisse

Sur Maurice Bavaud

Peter Hoffmann. “Maurice Bavaud’s Attempt to Assassinate Hitler in 1938,” in Police Forces in History ed. George L. Mosse. SAGE Readers in 20th Century History. Vol. 2. London/Beverly Hills 1975, p. 73–204.

Raymond Zoller « Le Suisse qui voulait tuer Hitler », Le Nouvel Illustré no 53, 29 décembre 1976, Lausanne, (1re enquête suisse avec le célèbre portrait et de sa lettre d’adieu avant sa mort).

Raymond Zoller « Maurice Bavaud voulait assassiner Adolf Hitler » L’Est vaudois, no 109, 3 mai 1979.

Rolf Hochhuth. Tell 38. Reinbeck bei Hamburg : Rowohlt, 1979.

Klaus Urner. Der Schweizer Hitler-Attentäter: Drei Studien zum Widerstand und seinen Grenzbereichen : Systemgebundener Widerstand / Einzeltäter und ihr Umfeld / Maurice Bavaud und Marcel Gebohay. Frauenfeld / Stuttgart : Huber, 1980.

Emile Poulat. “Meienberg (Nicolas) Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler, Archives de Sciences Sociales des Religions, n°55/2, 1983, p. 257

Agence de presse internationale catholique “Comment peut-on être pacifiste et meurtrier à la fois ?” 9 novembre 1998.

Martin Steinacher. « “Ich sterbe im Schosse der Kirche” : neue Erkenntnisse im Fall Maurice Bavaud », Neue Wege : Beiträge zu Religion und Sozialismus, Band 107 Heft 11, 2013,

Martin Steinacher. Maurice Bavaud – verhinderter Hitler-Attentäter im Zeichen des katholischen Glaubens? Berlin : Lit, 2015.

Benedikt Meyer. “Maurice Bavaud”, blog du Musée national suisse, février 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.