Une carte du département de la Corse

Extrait de l’Atlas National Illustré des 86 Départements (1845), dessiné par Victor Levasseur. Voir et grossir l’image dans Gallica. La BU des Deux Lions à Tours conserve un exemplaire de ce document.

L’ombre de Napoléon

Vous noterez tout de suite sur cette carte gravée par George et Ch. Schmith, en haut de la feuille, en plein milieu, la présence de celui qui fut l’empereur des Français, le sinistre Napoléon Buonaparte. C’est du reste sous ce patronyme qu’il est désigné parmi les célébrités de l’île de Beauté, avant sa mère, ses frères, Pascal Paoli, le héros de la Corse, quelques généraux, un maréchal et un nommé Prazzo, médecin qui réussit à faire du papier et du carton avec de l’amiante !

Buonaparte : une recherche faite dans le catalogue de la BNF montre que du temps où le jeune général de la Révolution volait de victoire en victoire en Italie, ce nom à consonance étrangère n’avait pas encore de connotation péjorative. Par la suite, il sera plutôt employé par ses adversaires et, parmi les livres imprimés en France du temps du Consulat et de l’Empire, bien peu présentent cette occurrence, alors que la forme francisée Bonaparte tend à se généraliser. Cependant Buonaparte revient en force avec les libelles anti-bonapartistes de la Restauration pour disparaître pratiquement au cours de la Monarchie de Juillet, alors que Louis-Philippe et Adolphe Thiers jouent la carte de l’apaisement avec le retour des cendres de Napoléon en 1840.

La carte du département de Corse de 1845 témoigne bien de cette période intermédiaire où les bonapartistes relèvent la tête (cf. le portrait de l’empereur figurant en tête du document) alors que ses adversaires tentent encore de faire entendre leur voix (cf. le nom Buonaparte). Par contre, dans la version révisée de la carte publiée 1854, au temps du Second Empire autoritaire, c’est bien de Napoléon Bonaparte dont il est question parmi les célébrités de l’île, celui-ci figurant en outre sous la forme d’un curieuse trinité : le général Bonaparte, Napoléon Ier et l’Aigle impérial en majesté.

Extrait de l’Atlas National Illustré des 86 Départements (1854), dessiné par Victor Levasseur. Voir et grossir l’image dans Gallica
Un succès éditorial

L’Atlas national illustré des 86 départements – rebaptisé, à partir de 1860, avec l’annexion de la Savoie et du comté de Nice, Atlas des 89 départements – a connu une vingtaine d’éditions entre 1842 et 1872 chez trois éditeurs parisiens différents : Binet (1842-1844), Amable Combette (de 1843 à 1858), qui donne la première édition complète en 1845 et après sa faillite, Pelissier (1859-1872).

Les cartes ont été dressées par Victor Levasseur (1800-1870) et illustrées par le géographe Aristide-Michel Perrot (1793-1879) et le peintre Raymond Bonheur (1796-1849). Chacune est entourée d’un court texte de présentation avec statistiques et de quelques gravures représentant les paysages typiques et productions locales. Les encadrement décoratifs et les informations statistiques de la moitié des cartes environ ont été changés de 1847 à 1872. C’est le cas, nous le venons de le voir, de la carte de la Corse.

Jusqu’en 1859, les cartes sont coloriées à la main sur les bordures des départements et les limites des districts. Sur l’exemplaire numérisé de 1845 de la carte de la Corse numérisé dans Gallica, la bordure de l’île forme un liseré vert, alors que sur celui conservé à la bibliothèque où je travaille, ce liseré est rose. Pour le reste, ils sont identiques.

Un ouvrage bien représenté dans les bibliothèques françaises

Voici les éditions localisées dans des bibliothèques françaises. :

1842

1845 : entièrement numérisée dans Gallica

1847

1849

1851

1852

1854 : une bonne partie des planches sont numérisées dans Gallica

1856

1861

1866

1869


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.