Paresse et lenteur, deux vertus méconnues pour résister à la vitesse, au travail, au machinisme et au “progrès” : réflexions, citations et digressions décousues

De nos jours, c’est entendu, nul ne peut s’opposer au progrès sans être aussitôt taxé d’être réactionnaire, inadapté ou, pour employer un terme globish, out. Être contre le progrès, c’est, par définition, ne pas être en phase avec notre époque où les progrès sont constants, c’est entendu. Mais quels progrès ? Les progrès techniques ? Sans aucun doute, mais qu’en est-il des progrès sociaux, qui depuis quelques décennies semblent marquer le pas, ce qui n’empêche pas la montée en force des nouvelles technologies de l’information, d’internet et de tant d’autres merveilles. Du reste, ces dernières peuvent être causes de nouvelles inégalités, de régression sociale en créant de nouvelles exclusions à l’origine autant de néologismes : fracture numérique, illelectronisme… Oui, mais, c’est le progrès n’est-ce pas, et on ne saurait toucher à cette idole sacrée qui joue sur cette confusion mensongère entre progrès technique et amélioration des conditions sociales.

Sans parler d’un des attributs du progrès : la vitesse, gage d’efficacité, qui discrimine les hommes lents, indolents et paresseux, la vitesse chaîne des Temps Moderne et du taylorisme, et plus tôt celles des trains et des machines à vapeur. Dès1835 Rodolphe Töffer s’insurgeait, dans Du progrès dans ses rapports avec le petit bourgeois et les maître d’écoles, contre l’adoration du progrès confondue avec le culte de la vitesse et de l’innovation pour elle-même.

Le progrès, la foi au progrès, le fanatisme du progrès, c’est le trait qui caractérise notre époque, qui la rend si magnifique et si pauvre, si grande et si misérable, si merveilleuse et si assommante. Progrès et choléra, choléra et progrès, deux fléaux inconnus aux anciens.

[….]

Pour moi, je m’imagine qu’ici, de la chose est né l’abus, me fondant sur ce que l’abus naît ordinairement de la chose. Or, que la chose soit, qui le nierait ? Le progrès social a été aussi subit qu’immense ; il se révèle à chaque instant, sous mille formes, en toutes choses. Rien ne se fait ainsi qu’il y a trente ans, vingt ans, dix ans ; tout se fait mieux, plus vite, au profit d’un plus grand nombre. Voilà la chose. Mais devant ces merveilles, Joseph Homo, qui n’a pas la tête forte, demeure ébloui, étourdi, il bat la campagne. Il voit du progrès partout, dans le soleil et dans la lune, dans les sandwichs et dans les toupets, dans l’Amérique et dans les choux gras. Ce n’est rien que cela, il en veut partout et sur l’heure : dans la religion et dans les capsules, dans la morale et dans les faux cols, dans la politique et dans les binocles. C’est là l’abus.

« Il y a, dit-il, progrès en ceci ; donc il y a progrès en tout. Tout progrès, dit-il, est une innovation ; donc, toute innovation est un progrès. » C’est ainsi qu’il raisonne, passant du relatif à l’absolu, du vrai au préjugé, et du préjugé à mille sottises, selon la méthode qui lui est propre.

[….]

Et cette fureur de produire, de fabriquer, de perfectionner quand même… et ces capitaux créant des prolétaires, et ces produits ne créant pas des consommateurs… Car le progrès, remarquez-le bien, veut qu’on produise, veut qu’on change, veut qu’on perfectionne, et il ne sort pas de là. Ceci produit, il produit encore ; ceci changé, il change cela ; ceci perfectionné, passe à autre chose. Beaucoup s’y ruinent ; ce n’est pas son affaire. Impitoyable, sans entrailles. Il jette des milliers de dupes sur le pavé : en voici plus loin des milliers d’autres qui lui tendent les bras.

[….]

Pour atteindre à ces coteaux, il y a deux chemins : l’un pour les gens du progrès, l’autre pour nous, voisin. Le premier est un morceau de la route du Simplon, chemin d’égale largeur partout, sans ombrages, car les ombrages gâtent les routes du progrès, droit comme la ligne droite, bordé de cailloux tassés, ayant pour hameaux les baraques des douaniers et les écuries des relais. Si seulement on y pouvait ajuster des rainures et introduire les wagons, ce chemin aurait atteint tout le pittoresque possible, le pittoresque industriel, le pittoresque de notre époque, le pittoresque du progrès. La montre à la main, vous partiriez de Genève à huit heures ; la montre à la main, vous arriveriez à neuf à Thonon : c’est six lieues à l’heure ! La montre à la main, vous déjeuneriez en trois minutes, à cause du perfectionnement de la vapeur appliquée aux œufs cuits à la coque. La montre à la main, vous visiteriez en sept minutes les ruines, que vous connaîtriez déjà par votre Guide aux Allinges ; puis, remontant sur votre chaudière, vous arriveriez, la montre à la main, à Genève, avant onze heures, enchanté de votre course que vous raconteriez, la montre à la main, à tout le monde. C’est vrai que le progrès est une admirable chose ! il accélère, il multiplie les plaisirs ; il double, il triple le prix de l’existence… n’est-ce pas ? badaud, touriste, homme-progrès, homme-vapeur, homme-wagon ; n’est-ce pas ?

Je m’étonne que ce texte du père de la bande-dessinée ne soit pas cité dans Les hommes lents : résister à la modernité XVe-XXe siècle, l’excellent ouvrage que Laurent Vidal a consacré à ces individus mis à l’écart par l’idéologie du Progrès. Il y cite cependant un concitoyen et contemporain de Rodolphe Töpffer, le poète genevois John Petit-Senn pour l'”Êpitre de Lambin Traînard aux actionnaires du bateau-manège” et l'”Oraison funèbre du bateau-manège devenu pont” dont voici quelques extraits :

Il ne rampera plus des Pâquis aux Eaux Vives
Là versant sur leurs bords un ou deux passagers
Son service était doux et ses fardeaux légers
……………………………………………………………
Quand Lambin cheminait il ne portait personne
Aujourd’hui qu’il est pont le public y foisonne
………………………………………………………….
Oui, Lambin, de ton sort je conçois l’amertume ;
A plaindre sa rigueur j’ai consacré ma plume.
Je veux, jusqu’à la fin, sensible à tes malheurs,
Par leur récit fidèle émouvoir tous les cœurs.
Et malgré les clameurs d’une amère critique,
J’écrirai sur ton flanc ce lugubre distique :
De l’escargot du lac, l’existence est à bout
Il allait lentement ; il ne va plus du tout.

A propos, qu’est-ce qu’un bateau-manège ? C’était un bateau mu par des chevaux qui, de 1825 à 1828, transportait les passagers des Eaux-Vives aux Pâquis, mode de traction vite dépassé en cet âge mécanique. Il avait été lancé par un certain Edward Church, par ailleurs pionnier de la navigation à vapeur en Europe. Mais je digresse…

Revenons aux hommes lents. Je ne saurais trop vous recommander l’ouvrage de Laurent Vidal et les émissions que France Culture y a consacrées. Le livre se lit sans ennui et ses multiples notes bibliographiques sont autant d’invitations à de futures lecture. Ainsi, parmi les références concernant le chapitre intitulé “Quand la paresse devint péché capital”, je vais essayer de trouver l’ouvrage d’André Rauch, La paresse, histoire d’un péché capital.

Cela me fais penser que parmi les éloges paradoxaux évoqués dans une précédente chronique, vous pouvez trouver un Éloge de la paresse publié en 1926 par Eugène Marsan.

Et puisqu’il est question de paresse, voyons voir ce que j’ai sur les rayons de ma bibliothèque. D’abord La volonté de paresse publié en 2006 à L’Or des fous. Outre Le droit à la paresse par Paul Lafargue paru initialement en 1883, ce livre réuni un texte publié en 1996 par le situationniste Raoul Vaneigem, Éloge de la paresse affinée, et deux autres inédits : Les voies de la paresse par Philippe Godard et le Voyage au pays de la paresse par Pauline Wagner. Pour compléter, je consulte mes petits bouquins édités par Allia. En effet, cet excellent éditeur a publié, outre le classique de Paul Lafarge, les titres suivants : Le Paresseux par Samuel Johnson, La Paresse comme vérité effective de l’homme par Kazimir Malévitch, L’Apologie de la paresse par Clément Pansaers, sans oublier Une apologie des oisifs par Robert Louis Stevenson et Éloge de l’oisiveté par Bertrand Russell et bien sûr Contre le travail par Giuseppe Rensi.

Ce dernier ouvrage me rappelle que j’ai déjà consacré quelques chroniques à des livres similaires –Quelques bonnes raisons pour se libérer du travail par Anselm Jappe, Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord par Alastair Hemmens, Manifeste contre le travail du groupe Krisis – sans oublier celle intitulée “Luddisme et résistance à la technique”. Comme quoi, ces thèmes m’inspirent.

Autre thème proche, celui de la décroissance. Son emblème est l’escargot, dont Ivan Illich a su louer la sagesse :

L’escargot construit la délicate architecture de sa coquille en ajoutant l’une après l’autre des spires toujours plus larges, puis il cesse brusquement et commence des enroulements cette fois décroissants.

C’est qu’une seule spire encore plus large donnerait à la coquille une dimension seize fois plus grande. Au lieu de contribuer au bien-être de l’animal, elle le surchargerait.

Dès lors, toute augmentation de sa productivité servirait seulement à pallier les difficultés créées par cet agrandissement de la coquille au-delà des limites fixées par sa finalité.

Passé le point limite d’élargissement des spires, les problèmes de la surcroissance se multiplient en progression géométrique, tandis que la capacité biologique de l’escargot ne peut, au mieux, que suivre une progression arithmétique.

  • Ivan Illich in Le genre vernaculaire. Citation trouvée sur le blog Le goût des autres de Josef Zisyadis

Mais je digresse encore. Que dire encore des hommes lents ? Que ce livre est vraiment très riche et érudit. Voici quelques éléments bibliographiques tirés des notes concernant le dernier chapitre, “Questions pour aujourd’hui” : L’homme inutile : du bon usage de l’économie par Pierre-Noël Giraud, Du bon usage de la lenteur par Pierre Sansot, L’Art de la sieste par Thierry Paquot. Tout cela me fait pas mal de lectures en perspectives...


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.