Anthropocène ou capitalocène ? Encore des mots, toujours des mots, rien que des mots

L’ère géologique dans laquelle le système Terre est entré s’appelle pudiquement Anthropocène pour la différencier de l’Holocène dont la Terre est sortie sous l’action humaine[4]. Toutefois, un terme plus adéquat est Capitalocène car l’écrasante majorité des humains ne portent qu’une responsabilité marginale dans ces processus. La destruction de la nature résulte de l’accumulation du capital par les multinationales qui exploitent sols, sous-sols, écosystèmes, eau douce etc. La production industrielle de marchandises est en croissance pour maintenir le taux de profit des investisseurs. Cette croissance du profit, présentée comme un objectif vertueux, est accompagnée d’une pollution irréductible qui dépasse déjà les limites de la régénération naturelle. Comme les détenteurs de capitaux gardent la mainmise sur les processus de production, ils contrôlent l’organisation du travail, les choix d’investissement et donc les flux de pollution. Pour le moment, les travailleurs n’ont pas de contrôle sur le processus de production. Ils n’ont accès qu’à des choix de consommation dont les effets sont – par construction – marginaux sur la gestion de la pollution. Que faire, alors, quand les multinationales outrepassent les limites physiques du système Terre ?

Face à l’émergence du concept d’Anthropocène, une perspective critique a récemment émergé. Appuyant son raisonnement sur la dynamique interne du capitalisme davantage que sur celle d’un « mauvais » Anthropos, Andreas Malm, doctorant en écologie humaine à l’Université de Lund en Suède, propose le concept alternatif de Capitalocène.

Désignant sensiblement la même réalité phénoménologique que l’Anthropocène, le Capitalocène est un concept qui prend comme point de départ l’idée que le capitalisme est le principal responsable des déséquilibres environnementaux actuels. Dans son ouvrage Fossil Capital : The Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, Malm suggère entre autres que ce ne serait pas l’activité humaine en soi qui menace de détruire notre planète, mais bien l’activité humaine telle que mise en forme par le mode de production capitaliste. Nous ne serions donc pas à « l’âge de l’homme » comme le sous-tend le concept d’Anthropocène, mais bien à « l’âge du capital », selon la lecture de Malm, qui reprend l’expression de l’historien Éric Hobsbawm. Certes, ce sont des causes anthropiques qui ont entraîné l’avènement de l’Anthropocène, là n’est pas la question, mais certaines nuances s’imposent concernant la nomination du coupable.

Cette conception de l’histoire du capitalisme permet à Moore d’aborder les débats sur l’anthropocène avec un regard neuf. Si le terme d’anthropocène désigne, depuis les années 2000, le fait que l’humanité soit devenue la principale force géologique et environnementale sur Terre, Moore s’accorde avec la perspective marxiste qui refuse de faire de l’humanité le sujet indifférencié de cette transformation. C’est l’organisation capitaliste du monde, et non l’anthropos, qui est responsable de la crise environnementale actuelle. Il s’agit donc de parler de «capitalocène» plutôt que d’anthropocène.

L’originalité du Capitalisme dans la toile de la vie se situe cependant dans sa critique de l’inversion des causes et des «conséquences» (p. 246) propre au débat scientifique sur la question. Là où les anthropocénologues font remonter la datation de l’anthropocène à la révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle ou bien à la «Grande Accélération» d’après 1945, Moore propose de faire commencer le capitalocène au XVIe siècle. Il admet certes que le rejet des gaz à effets de serre et d’autres formes de pollutions ou de transformation des écosystèmes se développent essentiellement aux XIXe et XXe siècles, mais il estime que ce ne sont là que des effets d’un projet civilisationnel plus profond du capitalisme qui s’enracine dans le XVIe siècle. C’est à cette époque que naît le capitalisme comme entreprise systématique d’appropriation de la nature bon marché. Là se trouve par conséquent l’origine véritable des transformations technologiques et techniques qui, plus récemment, ont abouti à une perturbation anthropique du système-Terre.

J’avoue que ces querelles conceptuelles autour des termes de Capitalocène et d’Anthropocène – et pourquoi pas Paragogikótitacène (du παραγωγικότητα , productivisme), Anáptyxiocèce (du grec ανάπτυξη, croissance), ou Michanímatacène (du grec μηχανήματα, machinisme) ? – me laissent froid et me rappellent celles des théologiens byzantins dissertant sur le sexe des anges alors que Constantinople va bientôt tomber. Pendant que nous blablatons sur des mots, les maux, bien réels ceux-là, s’accroissent et notre monde s’effondre…

Et si je voulais polémiquer, je demanderai qui a fait disparaître la mer d’Aral. Le capitalisme ? Il n’avait pas encore droit de citer en Union soviétique. Le communisme ? Mais l’Union soviétique était-elle vraiment communiste ? Ne serait-ce pas plutôt le productivisme et le machinisme, ces fruits du progrès commun à ces systèmes soi-disant antagonistes ? Apprenons à y résister comme les hommes lents.

Dernière mise à jour : 5 novembre 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.