Cinq résistantes en Indre-et-Loire

Comme l’exposition itinérante Illustres inconnues, portraits de femmes en Touraine comporte cinq résistantes sur les douze femmes présentées, je pense qu’il n’est pas inutile de leur réserver une chronique à part, car elles auraient mérité une exposition particulière.

Maria Murzeau (1891-1971)

Née à Manthelan, Maria Murzeau a aidé de nombreux prisonniers de guerre, soldats alliés, Juifs… à passer la ligne de démarcation entre juillet 1940 et juin 1942, avec l’aide de son mari et de ses enfants. Située à une douzaine de kilomètres de la ligne de démarcation. Leur ferme du « Franc Jeu », à Tauxigny, servait de refuge provisoire aux clandestins. Son engagement lui a valu à la résistante d’être incarcérée pendant neuf mois à la prison de Tours, à partir de juin 1942.

Elle est décorée de la Croix de guerre avec palmes en 1950 et a reçu le titre d’interné résistant en 1963.

Sources :

Marcelle Delaunay (1919-2008)

Résistante native de Rivarennes, elle faisait partie du réseau B.O.A. -Action et participait aux opérations d’atterrissage. Arrêtée par la Gestapo le 3 mars 1944 à Rivarennes, elle est détenue à Tours et a Romainville avant d’être déportée à Ravensbrück le 18 avril 1944, puis transférée à Flossenburg début juin de la même année. Libérée avec les autres membres de son Kommando par des partisans polonais début juin 1945, elle est bientôt rapatriée en France par les Américains.

Sources

Jeanne-Marie Louault (1912-2011)

Native de Chédigny où elle passera toute sa vie, Jeanne-Marie Luault et son mari cachent deux jeunes juifs allemands, les frères Braunschweig, pendant 18 mois à partir de mars 1942, puis les aident à gagner le maquis après qu’ils aient été dénoncés.

Jeanne Louaut ainsi que son mari reçoivent le titre de Juste le 6 mai 2002.

Sources :

  • Jeanne Louault, article du site AJPN – Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France

Jeanne Goupille (1896-1987)

Née à Paris, Jeanne Goupille vivait à La Haye-Descartes durant l’Occupation. Avec l’aide de sa famille et d’autres personnes du secteur de La Haye-Descartes, elle et son mari André ont organisé le transfert clandestin de plus de 2 000 personnes (juifs, résistants, évadés) à travers la ligne de démarcation.

Reconnue officiellement Juste parmi les Nations le 28 mai 2000.

Sources :

  • Jeanne Goupille, article du site AJPN – Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France

Marie-Thérèse Adeline de Poix (1894-1970)

Née à Tours et décédée à Sepmes, Marie-Thérèse Adeline de Lavaur de Sainte-Fortunade, comtesse de Poix, a été infirmière volontaire pendant la première guerre mondiale. Résistante pendant l’Occupation, elle est déportée au camp de concentration de Ravensbrück. Elle a écrit plus tard ses souvenirs de déportation.

Sources :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.