Le fusillé souriant

Debout, les mains liées derrière le dos, un homme fait face aux soldats allemands qui le tiennent en joue. Il n’a pas peur, non, ou, si il a peur, il sait puiser en lui tout le courage qu’il faut pour faire face, pour ne pas plier, un peu comme le fit celui qui chanta dans les supplices. Je cite ici la ballade que Louis Aragon, car la première publication de la photographie du fusillé souriant était accompagnée de ce poème dédié à Gabriel Péri. C’était en mai 1945 dans le journal Jeune Alsace.

Mais revenons à cette photographie et à la scène qu’elle représente. Où et quand a-t-elle été prise ? Qui est le fusillé ? Et le photographe ? Si l’identité de ce dernier n’a toujours pas été éclaircie. Tout au plus sait-on qu’un soldat allemand avait déposé la pellicule contenant la scène une boutique à Belfort et le photographe, Aloyse Ball,avait effectué un tirage supplémentaire, tantt celle lui semblait extraordinaire.

Quant à l’identité du condamné, elle n’est connue que depuis 1984. Il s’appelait Georges Blind et était pompier et résistant à Belfort, où c’est déroulée la scène, dans les fossés de la citadelle, entre le 15 et le 23 septembre 1944. Pourtant ce n’est pas là qu’il est mort, mais à Auschwitz, fin novembre ou début décembre 1944. Quel est ce mystère ? C’est que la scène de l’exécution était un simulacre des occupants pour l’obliger à dénoncer ses camarades. Sans succès, car il leur a tenu tête, et si le danger était fictif, son courage n’en était pas moins véritable, ce qui en fait un symbole universel de résistance à l’oppression.

Plus d’information

Elisabeth Pastwa, Photographie du “fusillé souriant”, Fondation de la résistance.

Bruno Perrin-Turenne. Georges Blind, le fusillé souriant, Historyweb.

Patrice Pruniaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.