21 recettes pratiques de mort violente, le premier album de Jean Bruller (Vercors)

En cherchant des informations sur les origines des Éditions de minuit et sur Vercors, j’ai découvert son premier ouvrage, du temps il était encore dessinateur et s’appelait Jean Bruller. Nous sommes alors en 1926, et ses 21 recettes pratiques de mort violente précédées d’un petit manuel du parfait suicidé ne trouvent pas d’éditeur. C’est à cette occasion qu’il rencontre pour la première fois Pierre de Lescure. Celui-ci tient une librairie religieuse, l’Office central de librairie et de bibliographie, rue des Saints-Pères, et Jean Bruller obtenir des souscriptions pour son album. Voici comment il raconte, dans La bataille du Silence, ce premier contact avec celui qui, sous l’Occupation, fondera avec lui les Éditions de minuit :

Il tournait les pages de mon album, lisant les commentaires, silencieux, impassible, sans sourire une seule fois. […] Quand enfin il eut terminé, il leva ses yeux inquiétants puis, souriant pour la première fois, et le sourire ne faisait qu’agrandir le rectangle de chair sans en changer la forme, il me demanda si j’accepterais d’être attaché à sa librairie.

L’album est publié en 425 exemplaires cette année-là.

En 1977, Dallayrac le réédite chez Tchou dans la collection « la mort en question » chez Tchou.

En 2010, une nouvelle réédition établie par Flavia Conti sort chez Portaparole.

Accéder à des extraits de l’ouvrage

Vercors étant décédé en juin 1991, il faudra attendre jusqu’en 2066 pour que son album tombe dans le domaine public, parce que, n’est-pas, les ayants-droit.. Heureusement, quelques extraits en sont déjà disponibles en ligne.

Petit manuel du parfait suicidé

Le début du petit manuel du parfait suicidé , modèle d’humour noir décalé, est accessible dans l’édition de 1977 partiellement accessible dans Gallica.

Dessins et commenaires des 21 recettes…

Quelques uns des dessins des 21 recettes pratiques de mort violente sont accessibles notamment sur le compte Flikr de Arthur van Kruining, sur le site Vercors écrivain ou dans Au fil des pages.

Communément appelé noyade. C’est un très vieux procédé, et qui fut en grande faveur dans l’Antiquité. La belle poétesse Sapho l’employa avec succès pour se guérir de l’amour d’un pâtre. Il consiste à se projeter dans une masse liquide de dimensions suffisantes pour s’y trouver entièrement immergé. Le choix de ces masses liquides dépendra de la personnalité du candidat. D’une manière générale, les âmes d’élite choisiront des rivières au noble passé comme le Tibre ou l’Arno, plutôt que la Seine aux fréquentations douteuses, ou la Loire, réservée aux traditions terroristes. On aura aussi à porter son choix sur l’immersion avec ou sans pierre au cou. L’immersion sans pierre au cou est infiniment plus dangereuse, car on est emporté par le courant, et la tâche des sauveteurs devient très difficile. La pierre au cou, au contraire, indispensable d’ailleurs aux personnes affligées d’un rein flottant, tient le suicidé à la place où il a plongé, et lui permet d’être repêché beaucoup plus promptement.

  • V. Du suicide par asphyxie gazeuse
  • VIII. Du suicide par empoisonnement
  • XI. Du suicide par écrasement
  • XII. Du suicide par absorption animale
  • XIII. Du suicide par combustion vive
  • XIV. Du suicide par explosion
  • XV. Du suicide par harakiri
  • XVII. Du suicide par laminage
  • XVIII. Du suicide par enterrement vif
  • XX. Du suicide par défaut d’alimentation
Articles sur les 21 recettes…

Nathalie Gibert. « 21 recettes pratiques… Pour une introduction à ce premier album de Jean Bruller... » sur son site, Vercors écrivain.

Vittorio Frigerio, « Vercors, 21 recettes pratiques de mort violente,
Le mariage de Monsieur Lakonik, Frisemouche fait de l’auto »
Belphégor [En ligne], vol. 10 n° 3, 2011

Roberta Sapino. « De Jean Bruller à Vercors : texte et images dans les 21 recettes pratiques de mort violente », Revue italienne d’études françaises, n° 9, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.