Sur Fritz Zorn

Je suis en train de relire Mars de Fritz Zorn. Ma première lecture de ce récit d’une vie hors de la vie dont la conclusion logique est de mourir du cancer remonte au début des années 1980, j’avais alors entre dix-huit et vingt ans. Ce pamphlet d’une noire ironie contre des “gens biens” égoïstes et coincés m’avait alors fortement marqué, ainsi que ses réflexions sur l’origine psycho-somatique de sa maladie.

Je ne ferai pas ici un énième article sur cet ouvrage – vous en trouverez plus loin une petite sélection – et me contenterai de rassembler un peu de documentation en ligne ou pas.

Citations

L’incipit donne bien le ton de l’ouvrage :

Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d’une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu’on appelle aussi la Rive Dorée. J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c’est pourquoi j’ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire.

Mais allons un peu au-delà de ce passage maintes fois reproduit sur internet et passons un peu aux pages suivantes. Voici quelques autres extraits qui me plaisent particulièrement. La page indiquée est celle de l’édition Folio (1982) :

Celui qui n’accepte jamais rien ne doit jamais, non plus dire, dire merci et peut ainsi se soustraire à la pénible obligation d’être un jour redevable à quelqu’un de quelque chose. Cette sorte de politesse n’est rien d’autre que de l’égoïsme.

p. 70

Moins tu agis, moins tu es ridicule. Tel était le verdict chez nous et qui a beaucoup contribué à faire de moi quelqu’un de distingué et de malheureux.

p. 76-77

Pour la plupart des gens il est plus important de ne pas avoir de vices que d’avoir certaines vertus positives.

p. 89

Tous les objets qui m’appartenaient étaient sans prix. Je savais qu’il ne fallait jamais savoir combien avait coûté un cadeau ; et comme tout ce que j’avais, on m’en avait fait cadeau, je na connaissait jamais la valeur de mes possessions.

p. 92

Dans un monde dont “il se trouve qu’il est ainsi fait”, il ne peut y avoir aucune révolte ; il ne peut y avoir de révolution que lorsque le monde pourrait aussi être autrement.

p. 135

Voir aussi 40 citations sur Dicocitations

L’émission Ça peut pas faire de mal du 26 février 2013 (France Inter)
Vous pouvez aussi écouter la même émission sur France inter.

Autre émission radiophonique : Elodie Navarre nous lit… (5/5) – 17 janvier 2014 (France Culture)

Eduqué à mort, une adaptation théâtrale par Darius Peyamiras en 1986

Voir cette émission culturelle Ticket de premières du 16 mars 1986 sur le site de la RTS.

L’acteur prédicateur, un article de Noëlle Renaude au sujet de cette adaptation sur Theatre-contemporain.net.

Le site de la RTS comporte aussi l’émission littéraire La voix au Chapitre du 20 janvier 1980 (également accessible sur le site de Notre histoire) et un article : Fritz Zorn, un Zurichois en guerre.

Une lecture par Thierry Mortamais en mars 2021
Angoisse et colère, une adaptation en bande dessinée de 1988

Cette adaptation des frères Varenne renvoie dans son titre à la signification des deux noms de l’auteur de Mars : son véritable patronyme, Angst (angoisse), et son pseudonyme, Zorn (colère).

Plus d’info sur BDGest.

Fritz Zorn vu par Roland Jaccard

De la plus petite motte de terre monte au ciel ce cri pathétique, multiple et atroce dans sa monotonie : « Au secours, mon Dieu ! » Certains appels, cependant, nous traversent l’âme plus que d’autres, car ils ajoutent au malheur d’être né celui de se voir privé d’identité. C’est le cas de Fritz Zorn dont l’unique livre, posthume, Mars, constitue un des documents les plus bouleversants sur une vie rongée par le cancer, non seulement le cancer bien réel dont il allait mourir, à l’âge de 32 ans, mais aussi celui du conformisme le plus étriqué et le plus aliénant.

« Je suis jeune, riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d’une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu’on appelle aussi la rive dorée. J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. » Ainsi débute l’autobiographie de Fritz Zorn, un pseudonyme qui, en allemand, signifie : colère. Ces 250 pages, ces mots qu’il jeta rageusement sur le papier durant son agonie, il faut les lire comme les éclats insoutenables d’une colère qui n’en finit pas d’exploser. Une colère, trop longtemps contenue, contre toutes les puissances mortifères qu’il affronta : sa famille, l’hypocrisie bourgeoise, le puritanisme sexuel, la morale chrétienne, la respectabilité helvétique.

Chanson connue, dira-t-on, et qui, depuis Wilhelm Reich, est devenue le leitmotiv obligé des autobiographies de jeunes privilégiés en rupture de classe. Certes, et s’il ne s’agissait que d’un règlement de comptes, la portée de ce livre serait limitée. Mais, s’il nous prend aux tripes, s’il ne nous lâche plus, si une fois refermé, on ne cesse d’y penser, c’est que, par son ironie corrosive, par la précision de ses observations, par une lucidité d’une cruauté inouïe, Mars se range d’emblée parmi les chefs-d’œuvre de la littérature psychologique, aux côtés d’Adolphe de Benjamin Constant ou de Dominique d’Eugène Fromentin.

La tentation nihiliste suivi de Le cimetière de la morale, p.177-180.

Ouvrages et chapitres d’ouvrages

« Fritz Zorn. De la maladie au soin de soi », in C. Lefève, L. Benaroyo, F. Worms (dir.), Les Classiques du soin, , Paris, Presses Universitaires de France, 2015, p. 141-152.

Ces blogs en ont parlé

Blog 75

Buzz littéraire

Encres vagabondes

Nclectic

Les Passeurs

Profondeur de champs

Un dernier livre avant la fin du monde

Le Temps

Voix au chapitre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.