Autour du chien de Jean de Nivelle : deux chansons d’autrefois

Le chien de Jean de Nivelle est-il un canidé ?

Cadet Rousselle a trois gros chiens,
L’un court au lièvr’, l’autre au lapin
L’troisièm’ s’enfuit quand on l’appelle
Comm’le chien de Jean de Nivelle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Plus qu’au personnage historique de Jean de Nivelle (1422-1477), cet extrait de Cadet Rousselle renvoie à une autre chanson, datant sans doute du règne de Louis XI. Il y est aussi question de trois chiens, dont un, ma foi, est guère obéissant.

Jean de Nivelle a trois beaux chiens (bis)
Dont il y en a deux vaut-riens (bis)
L’autre fuit quand on l’appelle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est un galant.

Mais pourquoi le chien de Jean de Nivelle s’enfuit-il ainsi ? Voici l’explication ou plutôt les explication qu’en donne le Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française de Pierre-Marie Quitard :

C’est le chien de Jean de Nivelle,
Il s’enfuit quand on l’appelle.

Jean II, duc de Montmorency, voyant que la guerre allait se rallumer entre Louis XI et le duc de Bourgogne, fit sommer à son de trompe ses deux fils, Jean de Nivelle et Louis de Fosseuse, de quitter la Flandre où ils avaient des biens considérables, et de venir servir le roi. Ni l’un ni l’autre n’obéirent ; leur père, irrité, les déshérita en les traitant de chiens. — Suivant le dictionnaire de Trévoux, Jean de Montmorency, seigneur de Nivelle, ayant donné un soufflet à son père, fut cité au parlement, proclamé et sommé à son de trompe pour comparaître en justice. Mais plus on l’appelait, plus il se hâtait de fuir du côté de la Flandre. Il fut traité de chien, à cause de l’horreur qu’inspiraient son crime et son impiété.

Telle est l’explication généralement adoptée ; en voici une autre moins connue et peut-être plus exacte. Il y avait autre fois sur le haut du clocher de Nivelle un homme de fer, appelé Jean de Nivelle, qui frappait les heures sur la cloche de l’horloge. Comme les heures, représentées par des statues, ne se montraient que pour disparaître à mesure que ce jaquemart semblait les appeler avec son marteau, on disait d’une personne qui se dérobait à un appel, qu’elle était comme les heures de Jean de Nivelle. Le peuple, qui abrége volontiers les termes, même aux dépens du sens, supprima les heures, en attribuant le rôle qui leur appartenait à Jean de Nivelle ; et plus tard, probablement à l’époque où l’on traita de chien le seigneur du même nom, il introduisit cette épithète dans le dicton.

Ainsi, le chien de Jean de Nivelle serait soit un jacquemart, soit un fils indigne ou désobéissant, ce chien de Jean Nivelle qui refuse d’obéir à son père en servant Louis XI. Pis encore, il prend le parti de Charles le Téméraire lors de la guerre du Bien public et s’enfuit dans un fief qu’il tient de sa mère : Nivelle en Flandre. Ce seraient les soldats de Louis XI qui auraient fait la chanson, pour conspuer ce fuyard, comme le suppose Jean-Baptiste Wekerlin (1821-1910) dans un article paru en 1863 dans le volume I du Bulletin de la Société des compositeurs de musique :

Nous avons vainement cherché la chanson de Jean de Nivelle dans le Recueil de M. de Coussemaker : Chants des Flamands de France, et dans le Recueil des chansons Wallonnes, publiées par Dejardin, dans les Chants historiques flamands de Backer, etc. Ce qui nous fait supposer que cette chanson a été faite plutôt à Paris, par les soudards de Louis XI, qu’à Nivelle même, et qu’elle n’a jamais été bien répandue dans cette dernière localité, voire même connue ; que ce ne sont donc pas nos soldats qui la rapportèrent du Brabant, comme le dit Du Mersan ; mais qu’ils l’y importèrent peut-être.

Par la suite, ce chien de Jean de Nivelle est devenu un chien appartenant à Jean de Nivelle, comme le comprend Jean de La Fontaine au début de la fable Le faucon et le chapon. Et aujourd’hui encore, en chantant Jean de Nivelle ou Cadet Rousselle, aucun de nous ne pense au fondateur de la branche des Montmorency-Nevele.

Jean de Nivelle dans la version d’Estienne de Bellone (1612)

Originaire de Tours, Estienne de Bellone a proposé une version de la chanson de Jean de Nivelle dans ses Chansons folastres et prologues tant supertifiques que drolatiques des comédiens françois, revues et augmentées de nouveau par le sieur Estienne de Bellone (Rouen, Jean Petit, 1612). Cependant, s’il en fixe une version, il n’en est pas le créateur, la chanson initiale datant de plus d’un siècle et demi auparavant (cf.Jean Baptiste Werkelin).

Jean de Nivelle a trois enfans (bis)
Dont il y en a deux marchands (bis)
L’autre escure la vaisselle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est un galant.

Jean de Nivelle a trois chevaux (bis)
Deux sont monts et par vaux (bis)
Et l’autre n’a point de selle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est un galant.

Jean de Nivelle a trois beaux chiens (bis)
Dont il y en a deux vaut-riens (bis)
L’autre fuit quand on l’appelle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est un galant.

Jean de Nivelle a trois gros chats (bis)
L’un prend souris, l’autre rats (bis)
L’autre mange la chandelle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est un galant.

Jean de Nivelle a un valet (bis)
S’il n’est pas beau, il n’est pas laid, (bis)
Il accoste une pucelle :
Hay avant, Jean de Nivelle,
Hay hay hay avant,
Jean de Nivelle est triomphant.

Cadet Rousselle de Gaspard de Chenu (1792)

Guillaume Joseph Rousselle, ou Roussel, dit Cadet Roussel (1743-1807) était un huissier de la ville d’Auxerre dont les excentricités faisaient rire ses concitoyens. En 1792, le notable Gaspard de Chenu (1717-1795) lui consacra une chanson à usage locale, mais qui en raisons du départ des volontaires auxerrois se répandit dans l’armée du Nord, puis dans toute la société française….

La version ci-dessous comporte treize couplets. Elle est extraite de Chansons populaires enfantines édité par Amand Girard. Cependant, Chansons et rondes enfantines, paru chez Garnier en 1870, Jean-Baptiste Weckerlin en donne une version en dix couplets. N’y figure pas les couplets où Cadet Rousselle a trois chapeaux, trois souliers et s’est fait acteur – ce derniercouplet étant le seul où il est question d’un contemporain, le poète André Chénier (1762-1794).

Cadet Rousselle a trois maisons ;
Qui n’ont ni poutres ni chevrons.
C’est pour loger les hirondelles ;
Que direz-vous d’Cadet Rousselle ?
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois habits ;
Deux jaunes, l’autre en papier gris ;
Il met celui-là quand il gèle,
Ou quand il pleut et quand il grêle,
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois chapeaux ;
Les deux ronds ne sont pas très beaux,
Et le troisième est à deux cornes :
De sa tête il a pris la forme.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.


Cadet Rousselle a trois beaux yeux ;
L’un r’garde à Caen, l’autre à Bayeux,
Comme il n’a pas la vu’ bien nette,
La troisième, c’est sa lorgnette.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a une épée,
Très longue mais toute rouillée :
On dit qu’ell’ ne cherche querelle
Qu’aux moineaux et aux hirondelles.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois souliers ;
Il en met deux dans ses deux pieds ;
Le troisièm’ n’a pas de semelle ;
Il s’en sert pour chausser sa belle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant
.

Cadet Rousselle a trois garçons :
L’un est voleur, l’autre est fripon ;
Le troisième est un peu ficelle,
Il ressemble à Cadet Rousselle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois gros chiens,
L’un court au lièvr’, l’autre au lapin
L’troisièm’ s’enfuit quand on l’appelle
Comm’le chien de Jean de Nivelle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois beaux chats,
Qui n’attrapent jamais les rats ;
Le troisièm’ n’a pas de prunelle ;
Il monte au grenier sans chandelle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a marié
Ses trois filles dans trois quartiers ;
Les deux premièr’s ne sont pas belles,
La troisièm’ n’a pas de cervelle ;
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois deniers,
C’est pour payer ses créanciers ;
Quand il a montré ses ressources,
Il les resserre dans sa bourse.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Roussell’ s’est fait acteur,
Comme Chénier s’est fait auteur ;
Au café quand il jou’ son rôle
Les aveugles le trouvent drôle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant
.

Cadet Roussell’ ne mourra pas,
Car avant de sauter le pas,
On dit qu’il apprend l’orthographe
Pour fair’ lui-même son épitaphe.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Une hybridation : Jean de Nivelle sur l’air de Cadet Rousselle

Dans son article sur Jean de Nivelle, Jean Baptiste Wekerlin insiste bien sur le fait que l’air d’origine de Jean de Nivelle et celui de Cadet Rousselle diffèrent, le premier n’étant pas à l’origine du second.

Partition de Jean de Nivelle
Partition de Cadet Rousselle

Il existe cependant une version de Jean de Nivelle sur l’air de Cadet Rousselle. De plus, le refrain

Ah! Ah! Ah! Oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!

….. est un calque de celui de Cadet Rousselle :

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

… et un couplet est pratiquement identique :

Jean de Nivelle a marié, (bis)
Ses trois filleul’ dans trois quartiers.
Les deux premièr’ ne sont pas belles,
La troisièm’ n’a pas de cervelle!

Cadet Rousselle a marié
Ses trois filles dans trois quartiers ;
Les deux premièr’s ne sont pas belles,
La troisièm’ n’a pas de cervelle

Cette hybridation, dont l’auteur est inconnu, est nécessairement postérieure à la diffusion de Cadet Rousselle. Révolution ? XIXe siècle ? Mystère.

Nivelle est un héros,  (bis)
Qui n’a ni maîtres, ni rivaux.  (bis)
Pour le combattr’ dans les ruelles,
Connaissez-vous Jean de Nivelle?
Ah! Ah! Ah! Oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!

Jean de Nivelle a trois châteaux,  (bis)
Trois palefrois et trois manteaux;  (bis)
Et puis trois lames de flamberges,
Qu’il laisse parfois à l’auberge.
Ah! Ah! Ah! Oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!

Jean de Nivelle a trois enfants,  (bis)
L’un est sans nez, l’autre sans dents.  (bis)
Et le troisième est sans cervelle,
C’est bien dur pour Jean de Nivelle.
Ah! Ah! Ah! Oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!

Jean de Nivelle a marié,  (bis)
Ses trois filleul’ dans trois quartiers.
Les deux premièr’ ne sont pas belles,
La troisièm’ n’a pas de cervelle!
Ah! Ah! Ah! Oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!

Jean de Nivelle a trois beaux chiens,  (bis)
Mais y en a deux qui n’valent rien.  (bis)
L’ troisième s’enfuit quand on l’appelle,
Mais il récure la vaisselle.
Ah! Ah! Ah! oui, vraiment,
Jean de Nivelle est bon enfant!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.