Un petit paysan du Moyen-Âge, un mystérieux flibustier et les clavicules de Salomon

Curieux titre, n’est-ce pas ? Mais que signifie cet inventaire à la Prévert ? Je vous convie, après une courte séance nostalgie, à la découverte conjointe des trésors de la flibuste et des mystères de l’ésotérisme.

Deux historiens d’une même famille

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est gregoire-petit-paysan-du-moyen-age2.jpg.

Je vous présenterai d’abord un collègue de mon père, Charles-Marie Bourel de La Roncière. C’est un médiéviste spécialiste de la Toscane du XIIIe au XVe siècle. Pourtant, l’album pour enfant illustré par sa femme qu’il a fait paraître en 1959 ne se situe pas en Italie, mais en France au temps de la Guerre de Cent Ans. Grégoire petit paysan du Moyen Âge a sans doute été mon premier livre d’histoire, et le premier à me faire connaître cette période qui était le quotidien de mon père.

Publié au Père Castor, en collaboration avec Paul François, autrement dit Paul Faucher, le fondateur de cette indépassable collection, ce livre est un des titres parus dans la sous-collection Les enfants de la terre dont faisaient entre autre partie les trois suivants, lus enfant : Apoutsiak le petit flocon de neige par Paul-Émile Victor, et deux albums de Bénédicte de la Roncière, Antonio, un petit italien avec Paul François et Assoua, petit sénégalais de Casamance.

Il se trouve que le Charles de la Roncière contemporain de mon père a un grand-père, Charles de La Roncière (1870 -1941)(1), bibliothécaire et historien, qui travailla pendant quarante-cinq ans à la Bibliothèque nationale. Il est notamment l’auteur d’une Histoire de la marine française en six volumes parus de 1899 à 1932 et disponibles sur Archive.org.

Flibustier, cryptogramme et clavicules

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Flibustier-1024x690.jpg.

Il est aussi connu pour Le flibustier mystérieux : histoire d’un trésor caché. Cet ouvrage a été publié aux éditions Le Masque en 1934 et réédité en 2016 par PNRG. Il a également était repris en 2017 par Charles-Mézence Briseul etEmmanuel Mezino dans une anthologie intitulée Pirates de l’océan indien publié aux éditions Feuille Songe.

Le flibustier mystérieux serait un pirate originaire de Calais, Olivier Levasseur dit « la Buse » (1695-1730). La légende raconte que lorsqu’il était sur l’échafaud lors de son exécution à Saint-Paul, sur l’île de la Réunion, le 7 juillet 1730, il aurait jeté un cryptogramme dans la foule en s’écriant : « Mon trésor à qui saura le prendre ! ». C’est ce cryptogramme qu’une lectrice venue d’une île de l’océan Indien voudrait décrypter grâce aux Clavicules de Salomon, ouvrage ésotérique attribué au grand roi d’Israël. Charles de La Roncière va lui apporté son aide et commencer une passionnante enquête., même si elle n’aboutit pas à la découverte du trésor… tout au moins pas à ce moment-là, mais plus tard, en 2019.

Introduction du Flibustier mystérieux par Charles de la Roncière

Les Clavicules de Salomon

Que Messieurs les bibliothécaires chargés des catalogues se gardent de classer parmi les romans l’œuvre présente. Encore qu’elle débute comme un conte d’Edgar Poe, c’est de l’histoire pure.

Les trésors cachés ou engloutis ont de tout temps passionné la foule. Plus d’un a une longue histoire, depuis le galion amiral de l’Invincible Armada, coulé avec ses richesses dans la baie de Tobermory, jusqu’au Lutin de la flotte britannique, dont l’épave, chargée de lingots pour une trentaine de millions, gît depuis 1799 sous les sables voisins de l’île de Terschelling.

Et que dire des galions de la Flotte d’argent, sabordés en 1702 au fond de la baie de Vigo, dans le cul-de-sac de l’anse San-Simon, pour ne pas tomber entre les mains des Anglo-Hollandais ? Le vice-amiral espagnol Fernando Chacon, prisonnier, emmené en Angleterre, y avait fait une déposition sensationnelle. Il déclarait que, faute de mulets de bât, on n’avait pu décharger qu’un petit nombre de galions, avant qu’ils fussent coulés avec leur cargaison intacte d’or : si bien que les opérations de sauvetage ne cessèrent de se succéder au xviiie et au xixe siècles…

Mes études maritimes m’ont valu, de loin en loin, l’interview de prospecteurs en mal d’aventures, dont l’un, précisément, convoitait les galions de Vigo. Les questions qui m’étaient posées en pareil cas, allaient droit au but. Mais qui aurait pu flairer une affaire analogue sous la singulière entrée en matière que voici : « Je voudrais avoir en main Les Clavicules de Salomon », demandait naguère à la Bibliothèque Nationale une lectrice venue d’une région lointaine de l’Afrique ?

La question parut si étrange au bibliothécaire de service et, pour tout dire, si saugrenue, qu’il jugea indispensable d’en référer à son chef. La légende prêtait bien à notre grand établissement d’extraordinaires débris humains : une pseudo-momie de Cléopâtre, un manuscrit sur peau de femme… Aurait-il donc possédé aussi les osselets d’un roi qu’entre autres hauts faits un jugement a rendu célèbre ? — Non. Ces vénérables reliques de Salomon n’étaient autres qu’un volume, dont voici l’histoire :

Salomon aurait laissé à son fils Roboam un testament que des rabbins auraient gravé sur des écorces d’arbres et que l’un d’eux, Abognazar, aurait traduit d’hébreu en latin. C’est du moins ce que racontait en 1624 l’archevêque d’Arles, Mgr Jaubert de Barrault, qui mit le texte « en langue vulgaire » — je veux dire en français —, pour le publier sous le titre : Les Clavicules de Salomon. Que disait Salomon à son fils ? « Je ne désirois que le don de sapience et, par la bonté du grand Dieu, j’obtins par surcroît la jouissance de tous les trésors célestes et la connaissance de toutes choses naturelles. C’est, mon fils, par ce moyen que je possède toutes les vertus et richesses dont tu me vois jouir à présent. »

Des signes cabalistiques, dans des cercles magiques, devaient contraindre les esprits à obéir à qui les conjurait. C’étaient là Les Clavicules de Salomon, « les petites clefs » que cherchait la lectrice pour déchiffrer le cryptogramme où un forban indiquait le gîte d’un trésor.

Rappelez-vous Le Scarabée d’or d’Edgar Poe. À la chaleur de la flamme, des mots écrits à l’encre sympathique ont soudain apparu sur un parchemin. Ils révèlent l’existence d’une cachette, qu’on découvrira après maintes péripéties. Dans une île déserte, un vieux nègre monte à la cime d’un tulipier. Un crâne est cloué sur la dernière branche. Par l’orbite de l’œil gauche, Jupiter laisse pendre le fil qui tient le scarabée d’or. Du point où est tombé l’insecte, il déroule un ruban qui mesure cinquante pieds ; à l’extrémité du ruban, il creuse avec son maître une fosse profonde.

Et, tout à coup, un énorme coffre, bardé de lames de fer, apparaît. Les verrous poussés, un éblouissant amas d’or et de pierres précieuses, de bijoux, de montres, de boucles d’oreilles et de vases précieux, resplendit comme un soleil au fond d’un trou sombre comme la nuit.

Les caractères du cryptogramme s’apparentaient aux signes cabalistiques des Clavicules de Salomon. Plusieurs d’entre eux, angles droits, rectangles, doubles angles droits, etc., figurent parmi les Sceaux des Anges et des Éléments. Le triangle inscrit dans le Pentacule de Saturne a pu inspirer aussi le A du cryptogramme : « Ce Pentacule, était-il dit dans Les Clavicules, donne la force de contraindre les gnomes, qui sont des esprits terrestres, à se rendre obéissants en cas de refus : il sert aussi pour l’augmentation des biens de la fortune. Il se fait au mois de juin, environ le 20, aux jour et heure de Saturne, sur un morceau de peau d’âne écrit avec la plume d’oye. Il se peut faire aussi sur du plomb. »

Ici, dans l’île mystérieuse, il fut gravé sur la pierre. Et c’est ce pentacule inséré dans le cryptogramme qu’il s’agit de tourner, de « virer » pour découvrir le trésor.

Le trésor caché

Au Scarabée d’or, substituez Les Clavicules de Salomon, et vous aurez une idée de l’intérêt qu’y attachait la lectrice de la Bibliothèque Nationale. Voici ce qu’elle savait :

Dans certaine île de l’océan Indien, qu’on me permettra de ne point préciser tant que le trésor ne sera pas découvert, la propriétaire d’un terrain voisin de la mer n’avait pas été peu surprise de voir surgir tout à coup du sein des flots, lors du reflux des grandes marées, ou du sol, lors de la chute de grands arbres, des sculptures et des gravures rupestres d’origine inconnue.

En mer, face au rivage, était ciselée la tête d’un homme endormi, qu’accompagnaient, à distance, deux serpents, une urne et un cœur de scorpion. À terre, une tortue sculptée à ras du sol semblait vivante. En relief sur une roche, une tête de serpent se dressait au-dessus d’une femme de pierre, une jolie femme en chignon, à la taille fine et au cou bien attaché. Et on se plaisait à y voir Andromède délivrée d’un monstre par Persée, quand, non loin de là, on apercevait l’œil d’un monstre. Un chien de chasse, patte levée, évoquait Sirius, et un chien turc au gros ventre rappelait Phocyon, qui rampe dans le ciel. Un museau de cheval évoque à peu près le Sagittaire. Avec l’Ourse, le Taureau…, la voûte céleste était dessinée ou sculptée sur les rochers du sol.

Soudain, fut projeté sur cet énigmatique assemblage un faisceau de lumière. Près de l’Œil du monstre, on exhuma trois corps : deux d’entre eux, couchés dans des cercueils, portaient un anneau d’or à l’oreille gauche, comme l’habitude en était fréquente chez les marins. Le troisième corps était enfoui à même le sol, la face contre terre, la jambe en l’air, sous un amas de pierres. Connaissant la coutume des flibustiers de fracasser le crâne d’un coupable, on pouvait reconstituer le drame. Deux d’entre eux avaient été assassinés ; et le troisième, le meurtrier, avait été exécuté.

Donc, les flibustiers avaient séjourné dans l’île. Avisé de la lugubre découverte, le notaire de l’île déclara à la propriétaire du terrain : « C’est chez vous qu’est le trésor du forban. Voici de quoi en trouver le gîte. » Et il lui remit deux documents, un cryptogramme entre autres, dont le déchiffrement ne pouvait s’achever qu’avec les caractères sibyllins des Clavicules de Salomon.

Les Clavicules de Salomon étaient fort à la mode au xviie siècle. Flacourt leur comparait les talismans dont usaient les indigènes de Madagascar, charmes auxquels ils attribuaient une vertu très grande, lorsque les formules cabalistiques étaient écrites avec de la poudre à canon trempée dans l’urine. Quoi d’étonnant dès lors à la présence des Clavicules à bord d’un navire forban de l’océan Indien, surtout quand on sait l’importance qu’avait pour les navigateurs la recherche du pays d’Ophir, où les flottes de Salomon allaient embarquer des cargaisons d’or.

Le cryptogramme du forban

En figurant sous un même signe un groupe de deux lettres, la première exponctuée, la seconde non exponctuée, le forban a réduit de moitié le nombre des signes de son alphabet. Ces signes, par leurs caractères angulaires, rappellent quelque peu l’hébreu carré. Mais ce qui accroît la difficulté de leur lecture, c’est qu’une dizaine d’entre eux se traduisent indifféremment par une lettre ou par un chiffre. Autre inconvénient : le forban n’a pas toujours exponctué la première lettre du groupe, si bien qu’on peut lire t où il faudrait s, f ou il faudrait e, etc.

Voici donc, pour la commodité du déchiffrement, la valeur de chacun de ces signes.

La transcription du cryptogramme est des plus délicate. Certaines lignes sont même incompréhensibles. Voici ce qu’on déchiffre à peu près sûrement :
(1e ligne) I. Prenez une paire de pijon, virez les
(2e ligne) 2 cœurs… tête de cheval… une kort
(3e ligne) fil winshient écu prenez une cullière
(4e ligne) de mielle… outre vous en faites une ongat
(5e ligne) mettez sur le passage de la…………
(6e ligne) …………prenez 2 liv cassé sur le ch-
(7e ligne) (ch)emin, il faut… toit à moitié couvé
(8e ligne) pour empêcher une femme……… vous n’avé
(9e ligne) qu’à vous serrer la………… pour ve-
(10e ligne) nir………… épingle… juillet………
(11e ligne) ………faire piter un chien turc un
(12e ligne) …………de la mer… bien sèche et sur…
(13e ligne) ………………………………ku’unne femme q-
(14e ligne) (qu)i veut se faire d’un…………
(15e ligne) dans………… dormir un homm(e) r
(16e ligne) ……… faut en rendre… q
(17e ligne) (q)u’un diffur ( ?)………………………

Si l’on peut émettre une hypothèse sur l’auteur de ces lignes bizarres, c’est que certaines prononciations dures semblent révéler un homme du Nord-Est de la France : k’unne, kort (pour corde), piter (pour bitter, qui consiste à enrouler un cordage autour de la bitte d’un navire). À la ligne suivante, la douzième, les deux points qui suivent mer sont faciles à remplacer par deux lettres : par décence, je ne le fais point : le lecteur les devinera.

La lecture — approximative — du cryptogramme laisse au premier abord un sentiment de stupeur. Avec ses pigeons, son onguent, son chien turc, on se demande si le forban n’est pas un farceur désireux de mystifier les chercheurs. Fort heureusement, un plan, soigneusement dressé d’un domaine de l’île mystérieuse, permet de contrôler les données de son cryptogramme. Je l’ai sous les yeux. Et nous voyons tour à tour apparaître les repères qu’il a nommément visés : les deux cœurs qu’il s’agit de virer, c’est-à-dire de contourner, ainsi que le A, pour arriver à la tête de cheval proche de la plage. Au sud, derrière un glacis également proche du rivage, se trouvent le chien turc et le toit à moitié coupé, dont parle le cryptogramme. L’abondance des gravures rupestres d’alentour, lézard, tortue, chien patte levée, toit pointu, œil du monstre, deux ailes… semblent bien indiquer qu’il faut chercher dans ces parages le trésor. C’est là que les forbans séjournaient.

Le cryptogramme était-il le seul legs du forban ? Non. Nous avons de lui une donnée astronomique qui dénote l’œil exercé d’un capitaine au long cours :

Pr N nord 24 B 39 Pas 2° sud — 2° sud ST 62.39 faites 3 toises.

Cette donnée vise une des gravures rupestres, — le toit à moitié coupé mentionné dans le cryptogramme. La latitude est, en fait, inférieure à la réalité. Mais sur quelle carte pouvait-on alors la pointer ? Le premier atlas précis de l’océan indien, le Neptune oriental, d’après de Mannevillette, parut un quart de siècle après la disparition des forbans.

L’autre élément du point, la latitude, était au reste, si difficile à déterminer avec les garde-temps, que Dieu, disait-on, en avait interdit la connaissance aux humains. Il faudra attendre les chronomètres perfectionnés de nos jours et l’heure donnée instantanément par la télégraphie sans fil, pour fixer, à quelques mètres près, le méridien, et vérifier ainsi l’hypothèse de Wegener sur la dérive des continents. Chercher l’emplacement du trésor par l’intersection de la latitude avec la longitude est donc enquête illusoire.

Un rébus, laissé par le forban, offrirait plus de sécurité si on pouvait le développer. Le voici :

Pr Ier passe avec pre de pqtx
En prendre L 2 V L f SN I Clot de même
Et de L Sce E fre la ge Cm I0 gat L me
Sur l’θ : page de la source
Pr 1 h2 8 Ca ghe pse pour L ch de la Me
Bn ghe L frote Ctre la pse Srd g L V t qe
Pser cher S fre X d lde L D Gle D L0
D du Cble du Ceur

J’ai sous les yeux l’explication fort ingénieuse que donne de ces signes la propriétaire du domaine où gisent les gravures rupestres indiquées par le forban. La discrétion me fait un devoir de ne pas la divulguer. Deux des indications sont à peu près intelligibles : la plage de la source, — et il y a effectivement près de la mer une source dans le domaine en question ; et le Cble du Ceur, que l’on peut interpréter comme « le Comble du commandeur ». Mais Ceur pourrait tout aussi bien s’interpréter le « Conservateur », titre que portait, nous le verrons, un chef de forbans français. Et, en ce cas, la conclusion que je formulerai à la fin de ce volume se trouverait sujette à caution.

Si l’on adopte la lecture « le Commandeur », il faut entendre par là le contremaître chargé du commandement des nègres ; et tel autre forban, dont nous conterons l’histoire, en possédait un bon nombre. C’est pour cette interprétation que j’incline. Mais le contrôle est impossible. Entre le moment où les forbans séjournèrent dans l’île et l’instant où elle fut définitivement habitée, il y eut un intervalle d’une vingtaine d’années où elle resta déserte. Il y eut rupture de tradition dans la nomenclature. Seules, les gravures et les sculptures rupestres restaient les témoins du passé.

Texte disponible sur : Google livres | Réunionnais du monde
Sur le cryptogramme de La Buse et les Clavicules de Salomon

Le cryptogramme peut être retrouvé avec des commentaires sur les sites anglo-saxons Cipher Fondation, Cipher Mysteries, GJ Bath.

Sur les Clavicules de Salomons voir les articles Clavicula Salomonis ( sur Wikipédia et Les Clavicules de Salomon sur Ezoblog.

Voici quelques éditions des Clavicules de Salomon

  • Les Clavicules de Salomon, traduit de l’hébreux en langue latine par le rabin Abognazar et mis en langue vulgaire par M. Barault, archevêque d’Arles. 1634.

________________________________________________

  1. En ce temps là, les prénoms se transmettaient ainsi dans les familles, de grand-père en petit-fils ou d’oncle à neveu. J’en ai un exemple avec mon père et mon arrière-grand-père. C’était avant que ce choix ne subisse les effets de la mode et des séries anglo-saxonnes…

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (10 septembre 2022). Un petit paysan du Moyen-Âge, un mystérieux flibustier et les clavicules de Salomon. Biblioweb. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzu3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.