Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Dernièrement, en recherchant certaines séries télévisées des années 1970-1980, je me suis rappelé de l’une d’elles, diffusée en 1978. J’avais alors 14 ans et j’étais fort friand de science-fiction, domaine auquel appartient Le mutant. Cette mini-série télévisée, écrite par Alain Page et réalisée par Bernard Toublanc-Michel, reprend un thème fort à la mode, surtout à partir de l’entre deux-guerres, avec notamment Le Nouvel Adam (The New Adam) de Stanley G. Weinbaum. On pourrait cependant en trouver des racines plus anciennes, comme nous le verrons chemin faisant.

Le terme a été un peu galvaudé par les héros de Marvel Comics et dans les années 1970, l’inoubliable Gotlib s’en est plusieurs fois moqué avec son pastiche du Surfer d’argent, sa série Superdupont, le prototype des super-héros rigolos, et surtout sa présentation caricaturale du mutant dans sa rubrique-à-brac consacrée aux grands thèmes de la science-fiction.

Extrait de Gotlib. Rubriques-à-brac, tome 2

Ce qui caractérise ici le mutant, ce sont avant tout ses super-pouvoirs. Dans l’exemple donné ci-dessus par Gotlib, il s’agit des capacités intellectuelles très développées puisque, outre le fait de savoir replier une carte, le mutant peut sans effort comprendre un film de Robbe-Grillet et décrypter les horaires des chemins de fer… C’est une sorte de surdoué doté d’un QI très élevé, un peu comme le héros de Stanley G. Weinbaum. Dans la conception des super-héros transmise dans les comics Marvel, il s’agit d’abord de capacités physiques exceptionnelles (Super-Man, Spider-Man). Cependant, il ne faut pas non plus oublier les capacités mentales comme la télépathie, très répandue depuis au moins À la poursuite des Slans de A. E. van Vogt, ou la télékinésie. Il faut y ajouter la téléportation ou encore la faculté d’agir sur les éléments comme le feu, la glace, la terre, l’eau…, pouvoirs qui se trouvent aussi dans des récits de fantasy, avec les elfes élémentaires des Légendaires ou les W.I.T.C.H, deux séries de bandes dessinées jeunesse.

Il faut souligner que tout mutant n’est pas un super-héros, de même que tout super-héros n’est pas nécessairement un mutant. Si les thématiques se recoupent, elles ne sont pas identiques. Aussi, plutôt que de de super-pouvoirs, ce qui risque de nous faire dériver du thème initial, il faudrait parler de facultés émergentes au sein de l’espèce humaine, voire même de nouvelles espèces d’Homo Sapiens, les mutants étant des humains ayant subi une mutation.

Cette dernière est fréquemment provoquée par une irradiation atomique. Encore un poncif dont Stan Baret se gausse dans son Science-fictionnaire :

Extrait se Auclair. Maïlis

En passant, [la science-fiction] crée un nouveau mythe, celui de Superman , et de tout les super-héros qui, à la suite d’une irradiation, se voient soudain métamorphosés et dotés de super pouvoir.
C’est un mythe idiot ! ( Voyez ce qui se passe lorsque survient un accident dans une centrale nucléaire…)

Et effectivement, dans Maïlis, le tome 4 de Simon du Fleuve, les créatures qui hantent les ruines de la centrale nucléaire sont bien des mutants irradiés sur plusieurs générations, mais cela ne semble pas leur avoir donné le moindre super-pouvoir, sinon celui de nous faire peur…

Ils ressembleraient plutôt aux zombies des films d’horreur. Du reste, le terme mutant est souvent employé dans ce sens de monstre. comme dans le titre d’un ouvrage Alain Pelosado consacré à des films de série Z, B et mieux : Aliens, mutants et autres monstres. Cependant, la mutation ne conduit pas nécessairement à la monstruosité physique. Dans certains cas, comme L’homme doré de Philip K. Dick, ce peut être le contraire, le mutant étant beau comme une statue antique, souple comme un fauve blond

Pour résumer les paragraphes précédents, je dirais qu’il existe deux types de mutants : ceux dont la mutation génétique a modifié l’apparence physique, en bien ou en mal, et ceux qu’elle a doté de facultés extraordinaires, quelque soit la nature de ces derniers. Certains combinent ces deux caractéristiques, apparues, selon Didier Giraud sur son blog, lors de deux périodes de l’évolution de l’image du mutants :

Bien souvent, les mutants imaginés par les auteurs des années 50 et 60 étaient dotés de pouvoirs psychiques, principalement la télépathie. Avec l’arrivée des mutants dans les comics Marvel, toutefois, on va découvrir des mutants aux pouvoirs et au physique extrêmement variés, ce qui va les isoler du reste de la race humaine.

Certains mutants n’ont cependant aucun super-pouvoir ni d’apparence physique exceptionnelle. Leur particularité est autre, une particularité physiologique cachée : leur sang qui contient tous les anticorps et immunités connues, les rendant biologiquement immortel. C’est le cas de Ben Richards, L’immortel de la série télévisée du début des années 1970 – encore une série qui m’a marqué… et des protagonistes du roman Les Immortels de James Gunn dont elle est inspirée. Comme vous le voyez, le terme mutant recouvre un champ est très large…

Quelles sont les causes principales de leur apparition ? Nous avons vu l’irradiation atomique, très en vogue en temps de guerre froide. Pour d’autres, c’est une maladie nouvelle qui transforme radicalement une grande partie, voire la totalité de l’humanité à la suite d’une pandémie mondiale. Telle est l’histoire de Je suis une légende de Richard Matheson, maintes fois copiée, jamais égalée.

Ailleurs, la science intervient pour produire des êtres génétiquement modifiés (E.G.M.) et autres humains adaptés. Il s’agit notamment de former des humains pour la conquête et l’exploitation des mondes extérieurs l’espace, comme dans Semailles humaines, roman de James Blish paru en 1968, entre le vol de Youri Gagarine et l’alunissage d’Apollo 11.

J’ajouterais bien ici le thème des androïdes bio-générés et autres réplicants, ces êtres de chair et d’acier, de circuits informatiques et de sang, mi-mécaniques mi-organiques. Cela nous mènerait trop loin. Pourtant, il y a plus d’humanité dans l’androïde IAN que dans l’humain amélioré que l’armée a lancé à sa poursuite. Et les Dollies de la série Nash sont elles aussi humaines, trop humaines…

Les expériences scientifiques à l’origine de ces diverses créatures rejoignent celles de certains savants fous, des classiques Frankenstein, Jekyll et Moreau au délirant méga-oligarque de la génétique de la série Carmen McCallum, Leonid Maïakovski. Les moyens utilisés varient du sérum et de la chirurgie déviante au clonage et à d’autres manipulations génétiques, l’eugénisme n’est pas loin (cf. Bienvenue à Gattaca). Mais clones, E.G.M. et humain améliorés sont-ils des mutants ?

Oui, si nous considérons que l’altération génétique dont ils sont atteint peut tout aussi bien être artificielle que naturelle. Et puisque il est question de cause naturelle, il est temps d’aborder l’évolution dite naturelle de l’humanité et l’émergence en son sein de nouvelles espèces appelées à la remplacer.

Or, c’est bien de l’évolutionnisme que surgit le thème de l’être qui viendra après l’homme. En établissant l’existence d’ères “préadamique”, l’évolutionnisme postule la possibilité d’ères posthumaines. En proposant une histoire des espèces sur le modèle de celle des civilisations, il suggère que ce défilé des formes n’a aucune raison de s’interrompre, une fois levé le préjugé métaphysique qui fait de l’homme une forme achevée, ultime, divine, et que les causes matérielles qui ont été à l’œuvre depuis l’origine de la vie, sinon de l’univers, n’ont pas cessé d’agir.

Extrait de la préface à Histoire de mutants par Gérard Klein.

A l’influence de Darwin, ajoutons, pour faire bonne mesure, celle de Friedrich Nietzsche. Depuis que le prologue d’Ainsi parlait Zarathoustra a été écrit, nous savons que

l’homme est quelque chose qui doit être surmonté, […] une corde tendue entre la bête et le Surhumain, — une corde sur l’abîme...

Les Slans sont de cette sorte. Ce ne sont pas des surhommes isolés, ni des hordes de monstres hideux, mais une humanité autre, coexistant avec l’Homo sapiens contemporain. Après-tout, celui-ci n’a-t-il pas vécu une longue période en même temps que d’autres espèces humaines, qu’elles soient dénisovienne, florésienne ou néandertalienne ? Comme me l’a fait remarquer un collègue qui se reconnaîtra, le passé préhistorique ressemble beaucoup au monde de la Terre du Milieu, avec ses elfes, ses nains et ses hobbits coexistant avec les hommes.

Et si les mutants étaient les héritiers du petit peuple à l’âge de la science ? Il n’est pas indifférent que des auteurs ayant traité ce thème se soient aussi intéressés aux créatures fantastiques du folklore traditionnel. Je citerai ici Le pélerinage enchanté de Clifford D. Simak et Le roi des elfes de Philip K. Dick. A l’inverse, des créatures semblables aux mutants apparaissent dans la fantasy. Tels sont les Marchombres quand ils ont obtenu auprès du Rentaï leur “greffe”, cette extension du corps que seuls les plus avancés sur la voie peuvent obtenir (voir ci_contre les griffes rétractables d’Ellana). Tels sont aussi les elfes élémentaires des Légendaires qui ont acquis le pouvoir de fusionner avec les quatre éléments naturels à la suite d’une cérémonie d’initiation. Et que dire de Gandalf et autres magiciens ? La magie prend ici le rôle dévolu à la science, mais ne s’agit-il pas de deu façons d’aborder l’extra-ordinaire. Mais je digresse…

Revenons aux mutants “classiques”. Ils font généralement l’objet de la haine ou tout au moins de la méfiance des humains “normaux”, un peu comme tous les groupes minoritaires. Plus que les tyrans, ce sont les préjugés de la majorité qui crée les conditions de l’oppression. Face à cette hostilité, les mutants ne peuvent rester isolés. Ils forment un réseau, une communauté parallèle, comme dans le roman Les plus qu’humains de Theodore Sturgeon ou la série télévisée The Tomorrow People. Il ne faut pas s’y tromper, lorsqu’un auteur nous parle de ces persécutions et de ces résistances , ce n’est pas tant un futur plus ou moins éloigné qu’il décrit, mais bien son propre présent, qui, d’une manière ou d’une autre, quelque soit l’époque, n’est jamais entièrement exempt d’exclusion et de rejet de l’Autre, mais aussi de solidarités souterraines.

Hors d’un groupe constitué, la vie du mutant se fait errance, course poursuite, road-movie. L’immortel Ben Richards doit échapper aux milliardaires avides de son sang, élixir de longue vie…

Les séries télévisées comme L’Incroyable Hulk et Le Caméléon reprennent ce thème de l’homme traqué. Plus tôt, dans Le Pêcheur de Clifford D. Simak, l’explorateur psi Shepherd Blaine n’a d’autre solution que de fuir l’organisation spatiale qui l’emploie et risque de l’éliminer, car, ayant ramené dans son esprit une entité extraterrestre, il n’est plus vraiment humain. Le voici, avec à ses trousses les tueurs de l’Hameçon et la foule hostile.

Coffret de La question E.G.M, tome 3 de intégrale Carmen Mc Callum, conçu pour réunir les tomes 6 à 8 de la série initiale.

Il n’a rien d’un super-héros ou d’un surhomme. Ses pouvoirs ne lui offre qu’un emploi fragile et cette fragilité est celle de tout homme en milieu hostile, précaires, migrants, sans-papiers, Juif persécutés de tous les temps, Noirs du Sud des États-Unis, complétez cette liste à votre convenance… Dans un autre domaine, les E.G.M. travaillant dans la ceinture des astéroïdes dans les tome 7 et tome 8 de Carmen Mc Callum sont des travailleurs exploités par les multinationales. La révolte, ou mieux, la révolution et la guerre de libération répondent à cette oppression, et le poing levé à six doigts des militants E.G.M. nous renvoie à toute une symbolique révolutionnaire bien connue. Les mutants seraient-ils les damnés de la terre ? Sont-ils classe ou nation ?

A moins qu’ils ne soient qu’une ligue d’individus plus ou moins narcissiques opposés à une autre ligue, comme les X-Men face aux mutants de Magnéto, le contenu politique et social étant alors gommé au profit de la baston et l’aventure. Et voilà que je digresse encore vers les super-héros et super-vilains… C’est dire toute ambiguïté de la question mutante !

Il est certain que l’exclusion, ou au moins l’incompréhension dont ils sont victimes, fussent ils des super-héros, constitue un dénominateur commun à beaucoup de mutants. Le mutant heureux, épanoui et pleinement intégré est rare. Mais après tout tant mieux, car les gens heureux n’ont pas d’histoire, et il n’y aurait alors rien à raconter. Et l’adolescent mal dans sa peau, le réfractaire à l’ordre établi et le rejeté du système peuvent ainsi trouver en eux des frères de révolte et de misère. D’où un succès certain auprès d’un large public…

Tout le malheur du mutant est d’être minoritaire, voire unique parmi les “normaux”. Cependant le sort de l’humain “normal” au sein d’une majorité mutante n’est guère plus enviable. Je suis une légende de Richard Matheson et, sur un mode moins brutal, mais tout aussi inquiétant, Le pays des aveugles d’H. G. Wells sont là pour nous le rappeler. Mais après tout, le normal devient anormal dans une société entièrement transformée où l’ancienne anormalité est devenue la norme. (Vous me suivez ?) Métaphore de la montée des totalitarismes, la pièce Rhinocéros nous en donne une illustration. Tout autant que le thème l’exclusion sous toutes ses formes, celui de la normalité et de son contraire est constitutif de tout récit autour des mutants. Il est vrai que normalité et exclusion sont intimement liées, la défense de la première conduisant inévitablement à la seconde…

Imaginons maintenant un monde où les mutants l’ont emporté, où plus aucun homo sapiens contemporain n’existe. Ce ne sont plus alors des mutants, mais bien une nouvelle espèce humaine. Le mutant n’est tel que par rapport à l’espèce d’origine. Une fois que les ponts ont été rompus et que celle-ci a disparue, la mutation l’ayant emportée, il n’y a plus de mutant, tout au moins jusqu’à nouvel ordre… Cependant, les récits sur ces nouvelles espèces humaines, celles d’après la fin de notre propre espèce, peuvent être le fait d’un de nos contemporains ayent voyagé vers le futur. Voyez le Voyageur de La Machine à explorer le temps nous présenter cette humanité future qui n’est d’ailleurs pas une, mais double, les Éloïs et les Morlocks, issus de mutations divergentes à partir de deux classes distinctes de la société contemporaine. De même, dans Le Voyageur imprudent de René Barjavel, Saint-Menoux découvre une humanité ayant évolué vers la spécialisation exclusive des tâches, entrainant autant de types humains. Mais ici encore, je digresse, car ces humanités futures ne sont plus du domaine abordé dans cette chronique.

Celle-ci ne prétend pas être une étude très approfondie sur la question. Elle part un peu dans tous les sens et frise souvent le hors-sujet. Je l’ai écrite sans plan préétabli et au fil des idées qui surgissaient chemin faisant. Je la compléterai peut-être ultérieurement, selon mes découvertes et vos éventuelles suggestions. En attendant, je vous propose ci-dessous une petite bibliographie, elle aussi à compléter… A suivre donc.

Anthologies

Dans La Grande Anthologie de la science-fiction éditée par Jacques Goimard, Demètre Ioakimidis et Gérard Klein, voir les volumes suivants :

Vol. 4. Histoires de mutants. 1974. Livre de poche n° 3766. Wikipédia

Vol. 8. Histoires de pouvoirs. 1975. Livre de poche n° 3770. Wikipédia

Vol. 13. Histoires parapsychiques. 1983. Livre de poche n° 3775. Wikipédia

Vol. 22. Histoires d’immortels. 1984.Livre de poche n° 3784. Wikipédia

Vol. 24.Histoires de surhommes. 1984. Livre de poche n° 3786. Wikipédia

Articles

Dans l’ouvrage dirigé parJean-Pierre Andrevon, George W. Barlow & Denis Guiot. La Science-Fiction. MA, 1987

Dans l’ouvrage de Stan Baret, Science-fictionnaire, tome 2 :

  • “Immortalité”, p. 169-171.
  • “Intelligence”, p. 171-172.
  • “Manipulations génétiques”, p. 182-183.
  • “Mutants et pouvoirs nouveaux”, p. 190-192.
  • “Paranormal”, p. 201-203.
  • “Surhomme”, p. 245-246.

Sur le blog Didier Giraud, Les Mondes étranges

Biblio-filmographies thématiques

Sur le site NooSFere :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.