La Carte des divisions politiques administratives et militaires de l’Algérie et les premières cartes générales de cette colonie (1830-1880)

Carte des divisions politiques administratives et militaires de l’Algérie / dressée sur les documents officiels par ordre de Mr. le général Randon, ministre de la guerre ; et sous la direction de Mr. le général Daumas, chef du service de l’Algérie ; par Ch. de La Roche, attaché au ministère de la guerre. Paris : [s.n.], 1851. Zoom dans Gallica. Sources gallica.fr /Bibliothèque nationale de France

La carte ci-dessus a été dressée vingt-et-un an après le début de la conquête de l’Algérie par les troupes françaises. La Monarchie de Juillet a été balayée par la révolution de 1848 et la Deuxième République va bientôt disparaître à son tour, assassinée par un Prince-Président qui n’aspire qu’au rétablissement de l’Empire.

Comme le Plan d’Alger et de ses environs publié en 1830, il s’agit d’un document d’origine entièrement militaire, car toutes les personnes impliquées dans sa parution appartiennent à l’Armée. Le commanditaire et ministre de la guerre, le général Jacques-Louis-César-Alexandre Pully Randon (1795-1871) sera bientôt gouverneur général de l’Algérie. L’éditeur scientifique, le général Eugène Daumas (1803-1871) connait bien le pays pour avoir participer à sa conquête à partir de 1835 et pour être depuis avril 1850 directeur des affaires d’Algérie au ministère de la Guerre. Quant au cartographe, Charles de La Roche, il est attaché à ce même ministère.

Abdelkader s’est rendu en 1847, la conquête de la Petite Kabylie va s’achever en1852. Rien ne semble pouvoir arrêter les avancée de l’armée française. Voici venu le temps de l’implantation. En 1848, les trois provinces d’Algérie deviennent les départements français d’Algérie d’Alger, d’Oran et de Constantine. Ils disposent désormais d’une organisation administrative et judiciaire calquée sur celle de la métropole.

La Carte des divisions politiques administratives et militaires de l’Algérie indique le nom des tribus, les populations, le nombre de fantassins et de cavaliers armés, les colonies agricoles, l’état des routes et les lignes et horaires de navigation. En bas, à gauche figure un tableau des distances légales entre les principales places de l’Algérie. L’échelle est indiquée en myriamètres, en lieues marines, mais aussi en lieues de(s) poste(s), témoin qu’en ce milieu du XIXe siècle, le système métrique ne s’est pas encore pleinement imposé.

Il s’agit d’une carte au 1:1 000 000 représentant l’ensemble de la colonie. Dès la fin des années 1830, des cartes au 1:400 000 ont été tracées pour les provinces d’Alger, d’Oran et de Constantine. Le Dépôt de la Guerre a dressée en 1837 une Carte de la Province d’Alger ou de Titterie, suivie en 1838 une Carte de l’Algérie au 1:1 000 000 complétée sept ans plus tard par une Carte du Sahara Algérien à la même échelle. Enfin, en 1846 une Carte générale de l’Algérie a été publiée au 1:1 500 000. D’autre part, divers éditeurs ont proposé dès 1836 des cartes de la nouvelle colonie à des échelles diverses : au 1:1 482 000 en 1840 par Charles Dyonnet, au 1:2 300 000 en 1841 par J. M. Darmet, au 1:1 823 000 en 1842 par Charles Avril.

L’exemplaire de la Carte des divisions politiques administratives et militaires de l’Algérie présenté plus haut est en couleur, mais il en existe une version en noir et blanc. C’est qu’elle n’a pas été coloriée à la main.

Voir dans Gallica

Une deuxième édition de cette Carte des divisions politiques.. est publiée en 1852, une troisième en 1853. Comme beaucoup de cartes anciennes, les différentes éditions sont relativement peu signalées dans les catalogues nationaux en ligne :

Après 1856, l’Algérie peut être considérée comme pacifiée. Des cartes particulières, concernant les infrastructures, les circonscriptions administratives, voire la culture locale, sont publiées par différents cartographes chez divers éditeurs :

Pendant ce temps, le Dépôt de la Guerre semble marquer le pas. Il faut dire les guerres extérieures — campagnes de Grimée, d’Italie, guerre de 1870 — ont plusieurs fois interrompu et retardé l’exécution des programmes concernant la colonie. Après la guerre franco-prussienne parait, en 1874, une Carte générale de l’Algérie à l’échelle de 1.m pour 1 600 000 m, suivie deux ans plus tard par Carte de l’Algérie au 1:1 800 000 dressée d’après les travaux de MM. Titre, Derrien, et Parisot.

Mise à jour du 8 février 2022.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.