François Payot, sieur de Lignières (ou Linières)

 

LE TIRE-LAINE
Ay ! …

CHRISTIAN, sans le lâcher
Je cherchais un gant !

LE TIRE-LAINE, avec un sourire piteux
Vous trouvez une main.
(Changeant de ton, bas et vite.)
Lâchez-moi. Je vous livre un secret.

CHRISTIAN, le tenant toujours
Quel ?

LE TIRE-LAINE
Lignière…
Qui vous quitte…

CHRISTIAN, de même
Eh bien ?

LE TIRE-LAINE
… touche à son heure dernière.
Une chanson qu’il fit blessa quelqu’un de grand,
Et cent hommes – j’en suis – ce soir sont postés ! …

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 3.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

Qu’Edmond Rostand soit remercié d’attirer l’attention sur ce poète libertin, et ce malgré quelques légers anachronismes :  né en 1628, François Payot, sieur de Lignières, n’aurait que quatorze ans au moment de la fameuse scène de l’hôtel de Bourgogne…

Voici quelques ressources pour y puiser des informations :

Le site Cyrano(s) de Bergerac

Emile Magne, Un ami de Cyrano de Bergerac, le chevalier de Lignières : plaisante histoire d’un poète libertin, d’après des documents inédits, Paris, R. Chiberre, 1920, disponible dans Archive Internet.

Charles-Louis Livet, Clef historique et anecdotique du Grand dictionnaire des précieuses, in Antoine Baudeau de Somaize, Le dictionnaire des précieuses, Paris, P. Jeannet, 1856, t. 2, p. 274-276, disponible sur Google livres.

L’auteur qui s’est sans doute le plus  intéressé à ce poète est Frédéric Lachèvre (1855-1943), bibliographe, érudit et critique littéraire français spécialiste du libertinage au XVIIe siècle (cf. Wikipédia).

« François Payot de Linières », in Mélanges, Paris, 1920, p.215-225, consultable sur Gallica.

Les derniers libertins, vol. 11, 1924.

Liste des poèmes de Linières extraite de la Bibliographie des recueils collectifs de poésies (1597-1700) .

Il précise, dans une note de son édition des Satires de Boileau commentées par lui-même : reproduction du commentaire inédit de Pierre Le Verrier avec les corrections autographes de Despréaux, Paris, 1906, p.124, consultable sur Gallica :

A la page 142 du même ouvrage, voici un commentaire de Pierre Le Verrier concernant Linières :

Sans doute est-ce François Lachèvre qui passe les annonces suivantes, signées Lach., dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux des 10 et 30 octobre 1906 :

Voir 2 poèmes de cet auteur sur le site Les grands classiques.

Dernière mise à jour : 16 juin 2014


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.