Carte de la France en 1861 (selon les vœux des allemands) : quand la satire politique rejoint l’uchronie

Rêve germanique. La France en 1861 (selon les vœux des Allemands) . Zoomer dans Gallica Souurces gallica.fr / BnF

La carte intitulée Rêve germanique. La France en 1861 (selon les vœux des Allemands) est présentée comme la copie et la traduction par C. Desjardins d’une carte vendue en Allemagne en 1860. Elle a été lithographiée par E. Lemaître à Strasbourg en 1861 et la version ci-dessus a été colorée à la main après impression. Il existe, dans les collections de la BnF, d’un exemplaire resté en noir et blanc.

Imaginez la France dépecée en 1861 entre les pays voisins à la suite d’un de ces grands congrès européens dont le XIXe siècle avait le secret. Sur une autre édition datée de 1870, il est précisé que la carte devait être présentée par la Prusse au congrès avorté de Varsovie. Ce dernier a-t-il seulement été envisagé ? Faire référence à Varsovie, n’est-ce pas faire allusion aux partages de la Pologne qui eurent lieu au XVIIIe siècle, à ce pays toujours divisé qui ne retrouvera son unité qu’après la Première Guerre mondiale ? Pourtant il y a a bien eu, en octobre 1860, une conférence réunissant l’empereur François Joseph Ier d’Autriche, le tsar Alexandre II de Russie et le prince-régent de Prusse, le futur Guillaume Ier, mais c’était pour le moins une mauvaise idée, car la situation politique polonaise était alors très agitée et cela a plutôt mal tourné pour les monarques : boules puantes à l’opéra où ils assistaient à une représentation, fauteuils aspergés d’un liquide nauséabond…

Cette carte pourrait être considérée comme un canular par lequel nos voisins allemands entendaient ramener le Second Empire à un peu plus de modestie après son intervention en Italie du Nord. Mais l’original allemand a-t-il seulement existé ? Ne serait-ce pas une affabulation s’enracinant dans la légende d’une carte préparée par les Prussiens pour présenter le partage de la France lors du congrès de Vienne en 1815 ? Je serais tenté de penser que la supposée copie par Lemaître et Desjardin est en fait le document original. Je pense qu’il n’y a pas de carte-source. Du reste, je n’en ai pas trouvé de trace dans les catalogues des bibliothèques allemandes.

Il est vrai qu’à part les exemplaires de la BnF et un autre à la bibliothèque de l’Assemblée nationale, la carte française n’est pas du tout représenté dans les bibliothèques françaises. Défaut de signalisation ? Les documents cartographiques sont généralement peu et mal signalés dans les catalogues collectifs nationaux. J’ai entrepris cette chronique en retrouvant un courriel oublié dans ma boîte imèl. Il s’agissait d’une question posée en juin 2019 à la liste Georéseau à propos d’un exemplaire de cette carte, sans doute de l’édition de 1870, conservé dans une bibliothèque qui ne figure pas parmi celles que je vous ai indiquées ci-dessus, preuve qu’il existe bien des exemplaires ne figurant pas dans les catalogues collectifs nationaux. A ce propos, je remercie le questionneur de m’avoir donné matière à cette petite recherche…

Cependant, le faible nombre d’exemplaires signalés peut s’expliquer aussi par une difficulté remontant à la publication en février 1861. Cette carte fait partie de planches non autorisées, mais néanmoins enregistrées au dépôt légal (cf. Archives nationales de France F*18(VI) 133). Sa commercialisation a donc dû se faire sous le manteau, freinant sans doute sa diffusion et les exemplaire pris par la police étaient vraisemblablement détruits. Ils sont donc assez rares dans nos bibliothèques

Mais pourquoi interdire cette carte, alors qu’elle carte pourrait être considérée comme un témoignage de l’hostilité prussienne et un avertissement donnée à l’opinion publique française sur lequel le gouvernement pourrait s’appuyer ? Cela serait peut-être le cas s’il existait vraiment une carte allemande d’origine, mais si nous adoptons mon hypothèse, se pose la question de l’intention de ses auteurs. Quel est le sens de ce canular ? Faire rire, comme d’autres cartes humoristiques ? Sans doute, mais de quoi et de qui ? Ne serait-ce pas une attaque voilée contre Louis-Napoléon Bonaparte et sa politique européenne interventionniste ? Les deux extraits suivants du texte d’accompagnement auraient tendance à me conforter dans cette idée, car ils comportent une attaque de la politique fiscale liée à la guerre et une allusion à l’intervention de la France en Italie (voir les passages que j’ai mis en gras) :

La France y est transformée en un Etat moyen occidental et assez arrondi, auquel manque la faculté d’agression et par conséquent la nécessité d’impôts exorbitants ce qui ne peut donc que contribuer à son bien-être, […]

La Suisse gagne la Savoie et Nice, le Dauphiné, la Provence, une partie de la Franche-Comté et de la Bourgogne jusqu’au Rhône et à la Saône, ses frontières naturelles. La France sera ainsi délivrée du dangereux voisinage de l’Italie et les provinces détachées, dont on ne peut méconnaître les tendances républicaines, pourront sans gène s’y livrer.

Il faut cependant reconnaître que ce canular se situe dans une période où la tension entre la France et l’Allemagne, et particulièrement la Prusse, s’accroit, depuis la passe d’arme vingt ans plus tôt entre Niklaus Becker (Rheinlied) et Alfred de Musset (Le Rhin allemand) lors de la crise du Rhin. Cela ne s’est pas arrangé depuis et 1861 est précisément l’année de l’accession de Guillaume Ier au trône de Prusse. Bismark sera bientôt nommé ministre. Cette carte pourrait donc être considérée comme un avertissement anti-prussien et même anti-allemand, même si l’unification n’est pas encore réalisée. Lire notamment l’extrait suivant, prémonitoire :

Quant à l’Allemagne, sa modération nationale doit se trouver satisfaite par la restitution des pays allemands, l’Alsace, la Lorraine et la Franche-Comté Septentrionale.

Enfin, qui apprécie les uchronies peut rêver sur cette partition et toutes les possibilités qu’elle peut offrir à l’imagination, qu’elle intervienne en 1861, ou plus tôt, lors du congrès de Vienne en 1815…

Pour conclure, je vous propose cet extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, n° 1358, 20 mars 1913 au sujet de l’édition de 1870 et vous invite à comparer son texte d’accompagnement avec celui de l’édition de 1861. Peu de différence, si ce n’est la mention de Bismark…

La carte prussienne sur le partage de la France (LXVIl, 187). — En 1870 circulait et se vendait une copie d’une carte allemande du partage de la France. L’exemplaire que j’ai entre les mains est de cette époque. Cette carte est accompagnée d’un texte dont je transcris fidèlement la traduction de M C. Desjardins, qui possède l’original allemand qu’il apporta en France en 1860.

Copie exacte et traduction littérale du texte d’une carte allemande du Partage de la France, projeté en Prusse pour 1861, et qui devait être présentée par elle au congrès avorté de Varsovie.
La vente en était autorisée dans toute l’Allemagne en 1859, 60,61, etc.. et la traduction en français le fut en 1860, et 1861 en France.
Traduction littérale du texte qui orne la carte allemande.
« Nous croyons le moment opportun pour faire connaître à l’Europe le résultat de nos Etudes sérieuses et approfondies sur la question Française.
La carte de France ci-jointe expose d’une manière brève et claire notre opinion sous le point de vue de la modération et de la fondation d’une paix durable. La France y est transformée en un Etat moyen occidental et assez arrondi, auquel manque la faculté d’agression et par conséquent la nécessité d’impôts exorbitants ce qui ne peut donc que contribuer à son bien-être, l’Europe peut désarmer et éviter la banqueroute qui la menace.
La Suisse gagne la Savoie et Nice, le Dauphiné, la Provence, une partie de la Franche-Comté et de la Bourgogne jusqu’au Rhône et à la Saône, ses frontières naturelles. La France sera ainsi délivrée du dangereux voisinage de l’Italie et les provinces détachées, dont on ne peut méconnaître les tendances républicaines, pourront sans gène s’y livrer. La Suisse restera après comme avant complètement neutre. La question de nationalité et de langue n’offre ici aucune difficulté.
L’Espagne aura la Gascogne, le Languedoc et la Guienne, et sera, au lieu de la France dont les départements seront ainsi accomplis, admise comme grande puissance dans le concert européen.
Les nationalités ont aussi ici quelque affinité, qui avec une cure rigoureuse et des soins mieux dirigés pourra mener à une complète fusion.
Les côtes de la Méditerranée jusqu’à ce jour Mer française appartiendront aussi à l’Espagne et à la Suisse. L’Angleterre qui craint tant Cherbourg, aura cette ville avec son ancienne Normandie et l’Ile de Fiance à l’exception cependant de Paris que I’Europe proposera à perpétuité à Abd-el-Kader. Le nom de Paris sera à cette occasion changé en celui de Sérail d’Abd-el-Kader par des motifs trop puissants pour pouvoir être développés ici.
Ce que Bismarck résumait par le mot plus brutal Lupanar de l’Europe.
La Belgique mérite sous plus d’un rapport la considération et les égards de l’Europe. Son agrandissement par la Picardie, l’Artois, la Flandre française et le nord de la Champagne est au moins aussi important pour la paix et l’Equilibre de l’Europe que le précédent essai de sa réunion avec la Hollande. Tous les rapports sont ici particulièrement favorables.
Quant à l’Allemagne, sa modération nationale doit se trouver satisfaite par la restitution des pays allemands, l’Alsace, la Lorraine et la Franche-Comté Septentrionale. Nous proposerions de réunir ces provinces réclamées au Palatinat de Bavière par les mêmes considérations qui ont eu lieu pour la Belgique, et les rapports existants entre les Etats germaniques. Cette division nous paraît d’autant plus juste et méritoire que les Etats agrandis sont parfaitement gouvernés : quelques-uns de ces gouvernements sont même les meilleurs de l’Univers, et tous sont en état de se maintenir, par leur propre force et de s’attacher leurs conquêtes.
Corse : La Corse sera ce qui est indiqué sur la carte quand le jugement sera prononcé sur la France : « Retraite de l’impératrice Eugénie. »

Alf. M.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.