Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Explorer le temps avant la machine

Les récits basés sur des immortels (le Juif errant ; Melmoth de Charles Robert Mathurin), ou des dormeurs légendaires ou la métempsycose (Histoire véritable de Montesquieu) voient le personnage principal traverser et connaître des époques différentes et éloignées entre elles. Sont-t-ils pour autant des voyages dans le temps ? Seulement dans la mesure où la vie et le sommeil sont un tel voyage, un voyage sans retour vers le futur.

L’exploration du futur est aussi un thème importants des premiers romans d’anticipation dont les personnages recourent au rêve – L’an deux mille quatre cent-quarante de Louis-Sébastien Mercier (1771) et les Nouvelles de nulle part de William Morris (1890) – et aux visions prémonitoires –Le dernier homme par M. de Grainville (1805) et Le roman de l’avenir de Félix Bodin (1834). Mais peut-on à bon droit employer les termes de voyage ou d’exploration s’il n’y a pas de transfert physique du principal protagoniste ?

Une machine à explorer le temps permet un tel transfert. De plus, , elle permet un retour à son point de départ, contrairement à l’immortalité, la métempsycose ou le sommeil prolongé. En cela, elle est une nouveauté.

Les premières machines à explorer le temps entre futur et passé

Paru en 1895, La machine à explorer le temps est souvent considéré comme le texte fondateur de ce thème classique de la science-fiction. Pourtant le Voyageur de Wells n’est pas le premier à recourir à recourir à une invention mécanique. et, avant lui, l’écrivain américain Edward Page Mitchell a publié en 1881 une nouvelle intitulée “L’horloge qui reculait” qui utilise aussi une machine. En voici l’histoire présentée par Joseph Altairac :

En résumant la nouvelle outrancièrement, il y est question d’une fort bizarre horloge dont le jeune Harry hérite de sa tante Gertrude. Harry et son cousin, le narrateur, partent finir leurs études en Hollande, selon la volonté de la vieille tante. Là, apparemment sous l’effet du curieux mécanisme, Harry et son cousin se trouvent projetés au XVIe siècle aux Pays-Bas dans la ville de Leyde, assiégée par les Espagnols. Harry empêchera la prise de la cité hollandaise, restera au XVIe siècle, prendra femme et deviendra un des ancêtres de sa propre tante Gertrude, tandis que le narrateur retournera dans le présent ! [Lire plus]

Comme dans El Anacronópete, publiée en 1887 par l’Espagnol Enrique Gaspar – dont certains aspects ne sont pas sans rappeler une nouvelle de Van Vogt, L’horloge temporelle – le voyage se fait vers le passé, contrairement à La machine à explorer le temps de Wells. Il est vrai qu’avec une machine, tout voyage vers le futur ou vers le passé suppose un retour dans le présent, de sorte que, dès les premiers récits fondateurs, les machines peuvent suivre les deux sens de la trame temporelle. Il faut cependant attendre leurs épigones pour que les machines servent à la fois à explorer le passé et le futur, comme dans Le voyageur imprudent de Barjavel.

Comment voyager dans le temps sans machine temporelle

Il existe cependant d’autres moyens. Dès 1889, Mark Twain, contemporain de Mitchell et Wells, en propose un dans Un yankee à la cour du Roi Arthur : le principal personnage se retrouve en plein monde arthurien à la suite d’un violent coup sur la tête, procédé pour le moins curieux et assez peu plausible repris entre 1952 et 1978 dans la série Mickey à travers les siècles.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Francois_Ier-683x1024.jpg.
François Ier, film réalisé par Christian-Jaque, sorti en 1937 . Voir le film. C’est un exemple de voyage dans le passé par hypnose.

Quant au retour vers le présent, ou vers le futur si vous préférez… il se fait grâce à un enchantement du magicien Merlin plongeant le héros dans un sommeil de treize siècles. On retrouve ici la thématique du sommeil profond pour voyager vers l’avenir. Sous la forme de la cryogénie, il sera utilisé bien des décennies plus tard dans Woody et les robots, dont le titre original est Sleeper, ou dans Une porte sur l’été de Henri Heinlein. Dans ce roman, le retour dans le présent, ou plutôt le passé, s’effectue grâce à une machine opportunément inventée entretemps…

Parfois, la magie s’en mêle. En 1906, dans Le Secret de l’amulette d’Edith Nesbit, c’est un talisman qui est utilisé. Plus près de nous, dans Sasmira de Laurent Vicomte, une armure en orichalque permet de passer de notre époque au début du XXe siècle. Dans ces deux exemples, les artefacts sont d’origine égyptienne. Et que faut-il penser du curieux téléphone portables des Chronokids de Zep, Stan et Vince ? Magie ou technologie déglinguée ?

En 1970 Jack Finney propose dans Le voyage de Simon Morley une surprenante méthode permettant de voyager dans le temps. Selon la théorie du professeur Danziger, c’est simplement une affaire de concentration mentale et d’imprégnation du passé. Et aussi fou que cela puisse sembler, ça marche ! Simon Morley en fait l’expérience lorsqu’il bascule dans le New York de 1882… Richard Collier utilise un procédé semblable dans Le Jeune Homme, la Mort et le Temps, un roman de Richard Matheson paru en 1975.

Sinon, il faut trouver une faille temporelle. Parfois, c’est la faille temporelle qui vous trouve sans que vous l’ayez cherchée… Dans Cailloux dans le ciel d’Isaac Asimov, Joseph Schwartz, paisible retraité en balade dans les rues de Chicago, est projeté plusieurs milliers d’années dans le futur. Il ne saura jamais que cet étrange phénomène est dû à un accident dans un laboratoire voisin.

Pourquoi (pour quoi) voyager dans le temps

Joseph Schwarz est un de ces nombreux voyageurs involontaires. Ils peuvent être victimes d’un accident, un orage magnétique (Zipang, un manga de Kawaguchi Kaiji), une explosion atomique (L’homme qui était arrivé trop tôt de Poul Anderson), ou bien avoir été condamnés par un État policier (Les déportés du Cambrien de Robert Silverberg) ou une organisation criminelle (Looper, le film de Rian Johnson).

Les voyageurs volontaires ont quant à eux des motivations diverses. D’abord la curiosité plus ou moins scientifique et désintéressé pour ce qui sera (La Machine à explorer le temps) ou pour ce qui a été (Le voyage de Simon Morley ; les historiens de la série de Jodi Taylor, Les chroniques de St Mary). Mais comme le dit le bon sens populaire, Time is Money. C’est d’ailleurs le titre du premier tome de la série où Fred et Alexis narrent des aventures du professeur Stanislas et de Timoléon. Ceux-ci ne sont pas les seuls à voyager dans le temps pour de l’argent. Dans Mastodonia, Clifford D. Simak évoque la création d’une société organisant des safaris dans le passé. Robert Silverberg développe ce thème du tourisme temporel dans Les Temps parallèles.

Vouloir échapper à une époque devenue invivable est aussi un puissant motif pour Les déserteurs temporels. Et si quelque chose ne va pas dans le présent, la tentation est forte corriger le passé (La spirale du temps, tome 11 Yoko Tsuno de Roger Leloup ; Le voyageur imprudent dans sa troisième partie ; Des lendemains sans nuage de Vehlmann, Gazzotti et Meyer ; L’armée des douze singes…) alors que d’autres, au contraire, s’efforce d’en empêcher les modifications malveillantes ou involontaires (La patrouille du temps de Poul Anderson ; Les brigades du temps de Kris et Bruno Duhamel ; Chronosquad de Giorgio Albertini et Grégory Panaccione).

Un voyage qui n’est pas sans danger

Empêcher de l’effacement de notre présent est une obsession qui marque bien des récits de voyages dans le passé. Comme Ray Bradbury nous le rappelle dans Un coup de tonnerre, un papillon malencontreusement écrasé au Jurassique peut avoir de très graves conséquences sur les élections présidentielles américaines de 2055, des causes infimes pouvant produire de grands effets. Ce phénomène est bien connue des amateurs d’uchronies depuis Pascal et son nez de Cléopatre…

Autre danger pour ceux qui voyagent dans le passé, le fameux paradoxe du grand-père, dont Pierre Saint-Menoux est le premier à faire les frais dans Le voyageur imprudent, lorsqu’il tue accidentellement un de ses ancêtre en voulant éliminer le général Bonaparte. Qu’advient-il de lui ? S’il a tué son aïeul, il n’a pas pu venir au monde, donc il n’a voyagé dans le temps, donc il n’a pas tué son aïeul, donc il est venu au monde, donc il a voyagé dans le temps, donc il a tué son aïeul, donc… Ce paradoxe est-il soluble ? Oui, si on admet l’existence des mondes parallèles.

Voici quelques autres soucis plus ou moins graves auxquels les voyageurs temporels peuvent être confrontés. Cette liste n’est pas exhaustive et est susceptible d’être complétée.

  • Qui va du présent dans le passé ou qui vient du futur dans le présent afin d’empêcher un évènement funeste a toutes les chances de le provoquer. C’est toute la leçon du film d’André Farwagi Le Temps de mourir (1970).
  • A la suite d’un dérèglement, certains se trouvent plongés dans un voyage aléatoire dans le temps. Tel est le sort Claude Ridder (Claude Rich) dans Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais (1968).
  • Celui qui se retrouve dans une époque dont il ignore les règles sociales risque de ne pas y survivre longtemps. Tel est le malheur de Gerald, L’homme qui était arrivé trop tôt, parfaitement inapte à s’adapter au rude monde des Islandais de l’an mille.

Présupposés au voyage dans le temps.

Je rassemble ci-dessous quelques considérations sur la nature du temps. Bien évidemment, je ne suis pas Augustin…

  • Un voyage dans le futur suppose que celui-ci est déjà écrit, qu’il existe déjà, et s’inscrit donc dans un monde déterministe. Mais un monde déterministe peut-il s’accommoder de l’altération amenée par la venue du visiteur ? Celle-ci est envisageable, première hypothèse, si elle est elle-même prédéterminée, ou, deuxième hypothèse, si on suppose qu’il s’agit d’un voyage dans un des multiples avenirs possibles, thèse opposée à la précédente, car elle s’accommode de l’aléatoire, des mondes parallèles et des sentiers qui bifurquent vers de multiples uchronies.
  • Tout voyage dans le passé suppose que ce dernier n’a pas disparu irrémédiablement et nie la thèse selon laquelle seul existerait le présent.
  • Si le passé est modifiable, comme bien des voyageurs semblent le penser, l’espérer ou le craindre, cela ne peut être envisageable que s’il s’agit du présent d’une autre ligne temporelle dont l’avancement chronologique est décalé par rapport au nôtre. Dit autrement, ce n’est pas le passé de notre présent que nous visitons, mais une apparence de ce passé. Ici encore nous retrouvons la théorie des univers multiples.

Et vous, quelle est votre conception du temps ?

Pour aller plus loin

Le voyage dans le temps est-il possible ?
  • Gabriel Chardin. Peut-on voyager dans le temps ? Le Pommier, 2014.
  • James Gleick. Le voyage dans le temps. De Boeck Supérieur, 2020. (Plaisirs des sciences). Titre original : Time Travel, 2016.***
  • Grégory Mickaël. Et si on pouvait voyager dans le temps ? : de la fiction à la réalité. In Press, 2019.
Voyages temporels dans les œuvres de fiction.
Articles et essais
  • Stan Barets. “Voyage dans le temps” in Le science-fictionnaire 2, éditions Denoël, 1994, p. 261-265.
  • Henri Manguy. “Pour en finir une bonne fois pour toutes avec les voyages dans le temps”, Vopaliec n° 60, 1984.
  • Jacques Van Herp. “Les voyages dans le temps”, préface de l’ouvrage d’Henri Vernes, Le Cycle du Temps – 1, Lefrancq, 1994, p. 9-21.
Thèses et colloques

Le voyage dans le temps en science-fiction, 8èmecolloque Stella Incognita, les 18 et 19 avril 2019 à Clermont-Ferrand, organisatrices Karen Vergnol-Remont et Élisabeth Stojanov,

Radio Thésards / Quelle machine pour voyager dans le temps ? une émission diffusée en février 2016 sur France Culture au sujet de la thèse de littérature comparée sur les machines à voyager dans le temps préparée Elisabeth Stojanov.

Recueils de nouvelles
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Histoires_de_voyages_dans_le_temps.jpg.

Dans La Grande anthologie de la science fiction

Autres recueils

Filmographie imprimée
Bibliographies et filmographies en ligne
  • Noosfere (livres, nouvelles, bandes-dessinées, films)
  • Wikipédia (bandes-dessinées, films et séries tv, littérature, jeux vidéo)
Biblio-webographie sur le temps qui passe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.