Demain, la Commune ! une anthologie

Je suis en train d’achever la lecture d’une anthologie intitulée Demain, la Commune ! publiée l’an dernier et regroupant des anticipations sur la Commune parues entre 1872 et 1899, Les textes ont été réunis par Philippe Éthuin, que nous avons déjà rencontrés à propos d’une anthologie d’uchronies sur Napoléon. Il faut dire qu’il s’y connait un peu dans ce domaine et dans celui des anticipations anciennes dont il explore la richesse dans la collection Archéosf, chez Publie.net.

La préface donne un panorama des ouvrages littéraires inspirés par la Commune de Paris. Son auteur est Jean-Guillaume Lanuque, professeur d’histoire-géographie et collaborateur de la revue Dissidence et du Maitron, où il est spécialiste de l’extrême-gauche marxiste, ce qui n’exclut pas un intérêt certain pour l’histoire de la science-fiction et du merveilleux scientifique.

Vous trouverez ci-dessous les textes qui figurent dans l’anthologie. Les genres littéraires représentés sont divers, de la pochade fantaisiste (Allais) à la nouvelle anarchiste (Souêtre) en passant par la pièce revancharde (Bailly) et la chanson révolutionnaire (Pottier).

______________

Les escargots sympathiques par Alphonse Allais

Dans ce court texte, il est question d’une invention complètement farfelue, mais qui n’en a pas moins été présentée comme scientifique : la boussole pasilalinique sympathique, méthode de télégraphie selon laquelle les escargots établissent un lien télépathique permanent entre eux. Mise au point en 1850 par le français Jacques-Toussaint Benoît, elle a été présentée par Jules Allix, naïvement enthousiaste, dans le journal La Presse les 25 et 26 octobre 1850. Voilà pourquoi Alphonse Allais lui en attribue l’invention. Celle-ci se révéla finalement être une supercherie, Benoît préférant s’éclipser plutôt que de la soumettre à un test vraiment rigoureux…

Quel rapport avec la Commune de Paris ? Ténu : Jules Allix fut membre du Conseil de la Commune et maire du 8e arrondissement de Paris pendant cette période.

_____________

Un mariage en 1886 : un acte en vers par Jules Bailly

Parue en 1875, cette pièce en un acte met sur le même pied la Commune et l’envahisseur prussien…

_____________

La Commune de Malenpis : conte par André Léo

Publié en 1874, il s’agit d’un conte d’inspiration anarchiste, ou tout au moins communaliste, écrit par une ancienne communarde alors exilée en Suisse. S’il n’y est pas question directement de la Commune de Paris, la morale en est bien un rejet de tout pouvoir imposé d’en haut.

_____________

Au bout du fossé ! ! : la commune en l’an 2073 par René de Maricourt

Parue en 1871, cette curieuse dystopie a pour narrateur est un brave bourgeois de la fin du XIXe siècle plongé dans un sommeil cataleptique pendant deux cents ans et confronté à une société égalitaire issue selon lui du triomphe final des idées de la Commune.

_____________

Elle n’est pas morte par Eugène Pottier

Ce chant révolutionnaire dédié aux survivants de la Semaine Sanglante a écrit en 1886 par l’auteur de L’Internationale. Parmi les nombreuses interprétations disponibles sur Youtube, vous trouverez ci-dessous celle de Marc Ogeret.

_____________

Histoire de la décadence d’un peuple (1872-1900) par Émile Second

Cette anticipation présente l’histoire de la France les vingt-huit dernières années du XIXe siècle après que la monarchie ait été rétablie au bénéfice d’un Orléans, Louis-Philippe II. Une nouvelle guerre franco-allemande est déclenchée quelques années plus tard et cela tourne plutôt mal pour notre pays…

L’ouvrage a eu deux éditions, à Privas en 1872 et à Paris l’année suivante. Je n’ai pas trouvé plus d’information sur l’auteur, qui était visiblement républicain et un rien anticlérical…

_____________

La cité de l’égalité par Olivier Souêtre

Dans cette nouvelle de Souvestre parue en 1896, le narrateur, contemporain du président Grévy, se trouve projeté en 1930. Les idées de la Commune ont finalement triomphé et c’est un tableau très positif qui nous est tracé de la France devenue une fédération de communes. Il est vrai que l’auteur est ancien communard et chansonnier anarchiste…

_____________

Le triomphe de la Révolution par Michel Zévaco

Ce texte est paru le 20 mars 1890 das le journal de concentration socialiste L’Égalité dont Michel Zévaco est le rédacteur en chef depuis l’été 1889. Ne pas oublier que l’auteur des Pardaillans était aussi un fervent socialiste. Il imagine, sous forme d’articles de journaux, de proclamations et de règlements administratifs, les suite de l’action victorieuse d’une avant-garde révolutionnaire de 3000 hommes, ce qui n’est pas sans rappeler ce qui se produira avec les bolcheviques presque 30 ans plus tard à Saint-Pétersbourg…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.