Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872

Dans Histoire de la décadence d’un peuple (1872-1900), une anticipation d’Émile Second publiée en 1872, l’auteur imagine qu’après le retour de la monarchie en 1874, avec l’Orléans Louis-Philippe II, une nouvelle guerre franco-allemande a lieu une douzaine d’année plus tard. Comme en 1870-1871, Paris est assiégé.

A ce moment du récit, Second introduit une réflexion que je trouve assez pertinente sur les soi-disant lois de la guerre. Comme vous le verrez, les fusées-satan employées par les assiégés rappellent les bombes à phosphores et autres armes chimiques dont nous feignons de nous indigner à l’occasion le la guerre d’Ukraine. N’est-ce pas la guerre elle-même qu’il faudrait condamner ? Le pacte Briand-Kellog l’a tenté en 1928.

Quant à Second, désabusé, il semble se résigner à une course à l’armement annonciatrice de la dissuasion nucléaire, voire même de la destruction totale. N’est-ce pas ce qu’il faut comprendre quand il évoque une pacification générale et définitive ?

_______________________________________

Les Parisiens, exaspérés, employèrent alors tout ce qu’ils purent imaginer pour combattre les envahisseurs. Des moyens de destruction épouvantables furent mis en oeuvre. On se servit des fusées-satan qui étaient une application du feu grégeois ; on ne reconnut plus aucune loi de la guerre.

Que signifient d’ailleurs ces lois ? Doit-on réglementer des choses iniques et monstrueuses, et si l’on tolère des atrocités, peut-on en défendre d’autres ? Comment ! on permet que des hommes se tuent sans pitié, se massacrent entre eux, et on parle de lois d’humanité à respecter ! On permet des fusils tirant douze coups à la minute, des mitrailleuses fauchant des bataillons entiers, des canons ruinant toute une ville, tuant femmes et enfants, et on défend le feu grégeois, les bombes incendiaires, le picrate de potasse ! Pourquoi ? La guerre est le déchaînement de toutes les mauvaises passions et de tous les mauvais instincts, c’est la honte de l’humanité, et, du moment qu’on la tolère, on ne saurait mettre des bornes à ses ravages.

Plus les moyens de destruction seront terribles, plus il sera découvert de machines épouvantables, plus nous devrons nous féliciter, car ce seront autant de nouveaux pas faits vers une pacification générale et définitive.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 28 mars). Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzsr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.