Elections. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

Cette indifférence que je sens, lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d’aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, et fait plutôt apparaître un défaut dans la connaissance, qu’une perfection dans la volonté ; car si je connaissais toujours clairement ce qui est vrai et ce qui est bon, je ne serais jamais en peine de délibérer quel jugement et quel choix je devrais faire ; et ainsi je serais entièrement libre, sans jamais être indifférent.

Douze candidats à ces présidentielles. Cela ne vous donne pas moins de quatorze choix, car l’abstention et le vote blanc ne sont pas moins des choix que celui de l’un ou l’autre candidat. Certes, Descartes estimerait qu’il s’agirait là du plus bas degré de la liberté, mais liberté il y a quand même.

Du reste notre choix fait pour un candidat donné est-il vraiment d’essence supérieure, plus éclairé, libre et rationnel ? N’y rentre-t-il aucun préjugé et de conditionnements social ? Si je vote à gauche, n’est-ce pas en bonne partie parce que mon écosystème familial gravitait autour du PCF ? Et si je rejette aujourd’hui un candidat de gauche, fort sympathique par ailleurs, au seul motif qu’il est pour le développement du nucléaire civil, n’est-ce pas là encore un conditionnement social lié à l’air du temps et à mon propre cheminement vers des préoccupations plus écologistes sur le changement climatique ?

Une autre question se pose. L’élection présidentielle est-elle vraiment celle qui importe le plus ? Oui si nous acceptons comme modèle le présidentialisme monarchique de la Ve République incarné par un individu qui est censé tout diriger. “Moi, Président”, voilà la formule typique de candidats visant à être pour cinq ans, voire plus, des Louis XIV aux petits pieds. Nous sommes loin du pouvoir exécutif collégial existant au temps de la Grande Révolution et qui existe dans certains pays comme la Suisse avec son Conseil fédéral de sept membres élus par l’Assemblée fédérale.

Cependant, dans la situation actuelle, si nous considérons que le gouvernement ne peut réformer quoique ce soit sans une Assemblée nationale pour voter les lois voulues, nous ne pouvons que constater que les seules élections qui vaillent cette année sont les élections législatives. Alors, quelque soit le résultat des élections présidentielles, n’oubliez pas de vous mobiliser lorsqu’il s’agira d’élire vos députés, non pas pour donner une majorité favorable au président élu, mais bien selon vos propres convictions, quelques qu’elles soient. Tout au moins si vous avez encore confiance dans notre système représentatif…

A moins que vous préfériez tirer votre candidat au sort. S’agit-il là d’un choix à proprement parler ? Il existe pourtant des arguments en faveur de cette possibilité.

Pour cela, plusieurs méthodes.

  • L’urne : prendre une urne remplie de tous les bulletins des candidats, plus éventuellement un bulletin blanc si vous ne souhaitez pas exclure cette possibilité et tirer un bulletin au hasard.
  • Le(s) dé(s) : prendre un à un les bulletins en lançant à chaque fois le(s) dé(s), celui qui obtient le nombre le plus élevé étant élu.

Et pour finir, voici en conclusion l’entrée en matière de la table ronde A quoi bon aller voter aujourd’hui ? par Olivier Durand, entrée en matière reprise sur le site de l’Association pour la reconnaissance du vote blanc en octobre 2021 sous le titre L’acte électoral entre sacralisation et indiférence :

L’acte électoral n’est de plus en plus qu’une coquille vide, organisé mécaniquement. Les élections deviennent des simulacres. Face à cette lente mise au rebut, il ne faut pas hésiter à envisager de mener le processus jusqu’au bout. Il est urgent de se poser la question : l’acte électoral n’est-il pas devenu un outil obsolète de liaison entre le pouvoir et la population et, dans cette hypothèse, l’adaptation de la démocratie à l’évolution de la société moderne n’implique-t-elle pas le remplacement de l’acte électoral par d’autres moyens de représentation (tirage au sort ?) plus conformes à la réalité du corps social ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.