Le quartier aixois de mes jeunes années

A titre d’application de diverses ressources en ligne que j’ai pu trouver pour mes chroniques sur Aix-en-Provence, je vous propose ci-dessous une petite balade dans le quartier où j’ai passé pratiquement les trente premières années de ma vie, le quartier comtal. Je me limiterai à trois ensembles qui me sont particulièrement chers : la places des Prêcheurs et celle du Palais, la rue Jaubert et la place des Trois Ormeaux. J’en rajouterai sans doute d’autres lors de futures mises à jour.

La places des Prêcheurs et la place du Palais (ou de Verdun)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Aix-Madeleine-1024x661.jpg.
Aix-en-Provence. Fontaine Chartre. Eglise de la Madeleine. Agrandir cette image extraite du site L’Aixois.

Quand j’étais enfant, nous habitions place des Prêcheurs, dans le collège du même nom, installé dans un ancien couvent dominicain jouxtant l’église de la Madeleine. C’est l’église vous pouvez voir ci-dessus, à droite, derrière l’obélisque de la fontaine Chartre. Sa façade a été remaniée au XIXe siècle par l’architecte Henri Révoil. Derrière la fontaine, vous devinez un platane. Il se trouve précisément devant le collège. Il s’y trouvait même encore voici quelques années, mais le chantier dit des “trois places” a eu raison de lui et de son voisin, mais a aussi été l’occasion de mettre à jour un ancien cimetière.

Le collège des Prêcheurs, malgré son nom qui fleure bon la religion catholique, était un établissement de l’enseignement public, longtemps destiné aux jeunes filles et devenu mixte l’année de mon entrée en sixième. Pendant quatre ans, je n’ai eu ainsi qu’à descendre l’escalier pour me rendre dans ma classe, ce qui ne signifie pas que j’étais pour autant très en avance… Aujourd’hui, le bâtiment est désaffecté. Les salles de l’ancien cloître ont été utilisées quelques temps pour des expositions. Un vague projet de musée autour de Picasso avait été évoqué, mais il semble que la municipalité veuille s’en défaire en le vendant aux promoteurs immobiliers après l’avoir laisser se délabrer.

La place des Prêcheurs est la partie septentrionale d’un vaste espace qui existe depuis fort longtemps, comme l’atteste les plans anciens de la ville, tels ceux de Belleforest (1595)…

… ou de Pitton (1666).

Au sud s’étend la place du Palais de Justice, du nom de l’édifice érigé par Nicolas Ledoux après la destruction en 1786 de l’ancien palais comtal. Ce dernier était le siège du Parlement de Provence du temps où Aix était capitale de la province. Bien qu’elle ait été rebaptisée place de Verdun en 1957, je pense que beaucoup d’Aixois continuent à lui donner son ancien nom.

Plus d’informations sur les “trois places” et le quartier comtal :


La rue Jaubert

Ancienne rue Sainte-Claire, elle devenue rue Jaubert en 1895, du nom de Pierre Amédée Emilien Probe Jaubert (1779-1847), orientaliste, conseiller d’Etat. Un couvent des Clarisses y existait jusqu’au XVIIIe siècle. Plus anciennement dénommée rue des Templiers, en raison de la la présence des écuries des Templiers à proximité, elle faisait auparavant partie de l’ensemble de l’ancienne rue de la Saunerie, dénomination présente dès le XIIIe siècle qui vient de l’ancien provençal “saunar”, qui signifie saigner : on y trouvait alors des boucheries (cf.J. Pourrière, J. Duranti La Calade et Damien Pachot).

C’est au 6, rue Jaubert que mes parents se sont installés en juin 1993, lors de la retraite de ma mère. Il s’agit d’un immeuble ancien situé sur l’emplacement du couvent des Clarisses.

Juste à côté, au 4, rue Jaubert se trouve la plus ancienne galerie d’antiquités d’Aix, Les Paris d’Hélène. Ouverte en 1964 par Hélène Caral de Montety, elle a été reprise en 2000 par Michèle Cornut-Caral, sa fille adoptive. Grande connaisseuse en histoire et en antiquités, elle consacre aussi à la promotion de l’œuvre du peintre Vincent Roux (1928-1991).

Plus d’info sur l’histoire de la rue :

La place des Trois Ormeaux

Le tableau ci-dessus est une œuvre de Sabine Savornin, alias SaSa, une ancienne voisine de Tours originaire de Provence, un peu comme moi, sauf qu’elle est artiste peintre. Son acrylique sur papier représente la place des Trois Ormeaux. La rue Jaubert débouche au fond dans une belle clarté… Elle croise, à droite, le bout de la rue Matheron, et, à gauche, le début de l’ancienne rue des Trois Ormeaux, devenue rue de Montigny en juillet 1912, d’après le peintre Charles François Gabriel Lucas de Montigny, membre de l’Académie d’Aix.

A l’angle de la rue Matheron et de la rue Jaubert, derrière le petit personnage qui s’avance vers nous, se trouve (se trouvait ?) la fabuleuse galerie de Franck Marcellin consacrée à l’ art océanien, installée dans l’ancienne huilerie et savonnerie Armand, fondée en 1870.

Les trois arbres de la place ne sont plus des ormeaux depuis longtemps. Quand j’étais enfant, c’étaient des platanes. Maintenant, ce sont des érables, à moins qu’ils n’aient été remplacés…

Plus d’information sur la place des Trois Ormeaux :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.