Qui suis-je ? Que suis-je ? Suis-je ?

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu est un exemple intéressant de bande-dessinée dont le personnage principal est amnésique. Pour une fois, c’est une personne ordinaire, banale, pas comme XIII

Qui suis-je ? Telle est la question que (se) pose l’amnésique prenant soudain conscience de son amnésie, question suivie immédiatement de la recherche de son moi passé, une quête pleine d’obstacles et de mystère. Le thème est bien connu de la bande-dessinée, de la littérature et du cinéma. C’est qu’il semble impensable que l’amnésique ne désire pas retrouver la mémoire, cette mémoire conçue comme le fondement de sa personnalité et aussi de sa responsabilité morale et juridique. Je suis mon passé et la conscience que j’en ai me rend responsable des mes actes, tel est le credo commun.

Car mémoire et conscience ne relèvent pas seulement de la psychologie, mais aussi de la société et du droit. Un individu sans mémoire, cela fait désordre, cela crée le désordre. L’amnésique est-il responsable d’actes effacés de sa mémoire ? Un criminel nazi atteint d’Alzheimer est-il justifiable devant un tribunal ? Le drogué dont la conscience a été altérée peut-il être condamné pour un homicide dont il n’a pas le souvenir, commis sous l’effet d’hallucinogène ? 1

Ainsi la recherche de son passé est pour l’amnésique une obligation à laquelle il ne saurait échapper. Il lui faut une identité, une identité administrative : Être, c’est être fiché2. Il se pourrait bien que, à l’instar de Gaston dans Le Voyageur sans bagage, il aille au devant de bien mauvaises surprises,

Le sort de l’amnésique n’est pas sans rapport avec celui de toute personne à la recherche de soi-même. Devenir pleinement soi-même n’est-il pas le b.a.ba des apôtres du développement personnel ? Mais est-ce possible ? Est-ce souhaitable ?

De tout façon, les difficultés commencent très vite, prenant la forme de questions insolubles. Qu’est-ce que soi-même ? Qu’est que le soi, le moi, le je ? Est-il un sujet, une personne, un individu ? Tant de mots dont les contours fluctuants peinent à cerner… quoi au fait ? Une réalité, une illusion ? Un corps ou un esprit ? Une entité unitaire ou un agrégat divisible ?

Freud a mis à mal le moi compact, désormais coincé entre le ça pulsionnel et les interdits du sur-moi. Cependant l’idée qu’une âme ou une psyché n’a pas d’unité remonte au moins à l’Égypte ancienne où la personnalité d’un individu se décomposait en plusieurs entités – Ka, Ba, S hout, Akh – invisibles et immortelles. Je est un autre, toujours un autre, et les troubles dissociatifs de l’identité ne concernent pas seulement des personnages de roman (L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde) ou des possédés des évangiles de Marc ou de Luc (Mon nom est Légion) et du cinéma (L’Exorciste).

Une vidéo de de Thibaud Giraud, alias Monsieur Phi.
Voir aussi ses deux vidéos sur l’identité personnelle

Il y a pire – ou mieux, c’est selon… Il se pourrait bien que le moi n’existe pas. En tout cas, face à toute une tradition insistant sur l’Être dans sa durée, de l’ātman védantique au cogito cartésien en passant par Parménide et Platon, il en existe une autre, plus sensible à l’impermanence et au flux continu des choses et des sens, où se retrouvent Héraclite, Hume et le Bouddha.

Oui, je sais, mes rapprochements sont parfois tirés par les cheveux et cette chronique entreprise à la suite de la lecture de Pour en finir avec soi-même de Laurent de Sutter part un peu dans tous les sens. C’est que cette question de l’identité est au cœur d’un écheveau complexe où se mêlent spiritualité et psychologie, philosophie et religion, sociologie et droit, neurologie et politique et j’en passe… Tirez un fil et tout part avec…

Avant de continuer sur ce sujet, je vais rassembler ci-dessous quelques références qui seront complétées…

Le(s) point(s) de vue des philosophes

Essais contemporains

Vincent Carraud. L’invention du moi. Paris : PUF, 2020.

Alain Badiou. Le Séminaire – Théorie axiomatique du sujet (1996-1998), éd. Véronique Pineau. Paris : Fayard, 2019.

Alain de Libera. L’invention du sujet moderne : cours du Collège de France, 2013-2014. Paris : Vrin, 2015.

Alain de Libera. Archéologie du sujet.

I. Naissance du sujet, Paris, éd. Vrin, 2007.

II. La Quête de l’identité, Paris, éd. Vrin, 2008.

III. La double révolution.L’acte de penser, 1, Paris, éd. Vrin, 2014.

Clément Rosset. Loin de moi : essai sur l’identité. Paris : Minuit, 1999.

Laurent de Sutter. Pour en finir avec soi-même. Paris : PUF, 2021.

Charles Taylor. Les sources du moi : la formation de l’identité moderne, trad. fr. Charlotte Mélançon. Paris : Seuil, 1998.

Conférences

Trois conférences de Miche Serres à la Cité des Sciences en décembre 2002

1ère partie | 2e partie | 3e partie
Les textes de référence et leurs commentaires

Blaise Pascal. Pensées, Fragment n° 41 / 85

John Locke. Essai sur l’entendement humain, Livre II : “Des Idées”, Chapitre XXVII : “Ce que c’est qu’Identité, & Diverſité”.

David Hume. Traité de la nature humaine, Livre I : “De l’entendement”, Partie IV : “Du système sceptique et des autres systèmes philosophiques”, Section VI : “De l’identité personnelle.

Emmanuel Kant. Anthropologie considérée au point de vue pragmatique, Première Partie : “Anthropologie didactique”, Livre Ier : “De la faculté de connaître”, § I. “De la conscience de soi-même”.

Friedrich Nietsche. Par delà le bien et le mal, Chapitre Ier : “Les préjugés du philosophe”, Fragment 17.

Sigmund Freud. “Le moi et le ça”

Aspects particuliers

Aspect juridique, politique, administratif et policier

Béatrice Fraenkel. La signature : genèse d’un signe. Paris : Gallimard, 1992.

Anne Lefebvre-Teillard. Le nom : droit et histoire. Paris : PUF, 1990.

Pierre Piazza. Histoire de la carte nationele d’identité. Paris ; Odile Jacob, 2004.

John Torpey. L’invention du passeport : Etat, citoyenneté et surveillance, trad. par Elisabeth Lamothe. Paris ; Belin, 2005.

Amnésie, Alzheimer et autres altérations de la mémoire

Michel Mompontet. L’étrange et drolatique voyage de ma mère en Amnésie. Paris : JCLattès, 2018.

Développement personnel

Émile Coué. La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente. 1926. Plus connue sous le nom de “méthode Coué“, elle constitue le point de départ de l’ouvrage de Laurent de Sutter. Pour le reste, je ne citerai pas ici tous les manuels de développement personnel existants. Il y a pléthore…

_______________________________________________________

  1. Dans ce dernier cas, la réponse était non selon l’ancienne version l’article 122-1 du code pénal, mais son application dans l’affaire Sarah Halimi ayant fait scandale, il a fait l’objet d’une modification en janvier 2022…
    .
  2. Cf. Laurent de Sutter. Pour en finir avec soi-même

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.