Arles selon… Joseph d’Arbaud

Joseph d’ARBAUD
1874-1950

Né à Meyrargues, mort à Aix, il à passé des années dans les terres du delta du Rhône. Il est l’écrivain de la Camargue et des gardians (La bête du Vacarès ; Le regret de Pierre Guilhem) et le poète de la la ville d’Arles à laquelle il a consacré le recueil Lou Lausié d’Arles – Le Laurier d’Arles d’où est extrait le poème suivant.

Josephe d’Arbaud. Lou Lausié d’Arles – Le Laurier d’Arles. Paris : éditions de la revue “Le Feu”, 1913.

Filles d’Arles

Veux-tu que je te dise, belle fille, pourquoi tu vas chaque matin, épanouie dans ta chapelle comme la rose des jardins.

Écoute : la cigale chante, Mireille chemine à travers la Crau; là-bas, le galop des cavales, fait envoler les perdreaux ;

Mais, pâles sous la lumière éblouissante, elle voit au midi riant, dans l’ombre des touffes de ronces, briller la face de Vincent.

L’Anglore passe… Voici Esterelle, toute blanche dans le lointain.

Le vent souffle sur les grands blés et Calendal pleure d’amour.

Reine des nuits pleines d’étoiles, qui aux plis ouverts de ton manteau, en versant le feu dans ses paupières, emportait notre Aubanel ;

Toi qui, au soleil qui s’éveille, lâche, des ruches en émoi, des essaims bourdonnant d’abeilles et les chasses dans la clarté ;

Mère, qui aux filles de la race, garde, pour fleurir la cité, et en dépit du temps qui passe, la floraison de ta beauté ;

Voici ton sang, Vénus alerte, le frais rosier s’est épanoui, voici le rire claire de Nerte et la chanson de Magali.

Voilà pourquoi, dans ta chapelle, fille d’Arles, chaque matin, tu vas, jeune, épanouie, belle comme la rose des jardins.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 11 juin). Arles selon… Joseph d’Arbaud. Biblioweb. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lztj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.