Arles selon… Joseph Bard

Joseph BARD
1803-1861

Joseph Bard est l’auteur de plusieurs ouvrages d’archéologie religieuse et de La Vénus d’Arles : lecture du matin. Le texte qui suit est extrait de son Journal d’un pélerin publié par le bureau de l’institut catholique de Lyon.

Joseph Bard. Journal d’un pèlerin : paysages, monuments, récits ; Itinéraire ecclésiastique et artistique de Lyon à Rome. T. 2. [Lyon], 1846, p. 15-16.

JOURNAL D’UN PELERIN

Le voyageur intelligent devra s’arrêter un jour à Arles la vue de cette vieille cité où les manifestations artistiques de l’ère antique et du moyen-âge sont si solennelles fera palpiter tous ses souvenirs, tressaillir tous ses instincts d’art, et elle sera la meilleure préparation pour comprendre les deux aspects de Rome, et comme la première initiation à l’ordre des graves beautés qu’il va contempler. A Arles, il ne verra pas sans intérêt et sans surprise, dans le beau sexe, ces suaves profils, ce ton ferme et chaud de la carnation que l’on dit conformes, comme chez les filles d’Ischia (golfe de Naples), au type des femmes de l’ancienne Grèce, et avec l’animation des regards, avec l’élégance des costumes, ce je ne sais quoi de réservé qui complète la beauté, et rend les Arlésiennes dignes de leur renommée.
-Les races se sont jusqu’ici peu croisées dans cette antique cité, et c’est à cette circonstance qu’il faut attribuer la conservation du type. Le voyageur visitera toutes les églises chancelantes ou fermes sur leur base, et toutes les ruines mais particulièrement la basilique ci-devant métropolitaine de Saint-Trophime, et son cloître le monolithe égyptien ou obélisque, qui décore la place où s’élève ce temple ; l’amphithéâtre, les Aliscamps, situés hors de l’enceinte, le musée établi dans une ancienne église et pour peu que sa présence à Arles coïncide avec un des plus longs jours de l’année, je l’invite à monter à cheval et à se diriger vers Montmajour. Il fera très bien de ne pas continuer sa route pour Marseille par un des bateaux à vapeur qui font un service assez peu régulier, par mer, entre cette ville et Arles le vent impétueux ( le mistral ) qui règne si habituellement en Provence amène, particulièrement sur le littoral de la Méditerranée, des bourrasques qui rendent la navigation pénible et fatiguent le passager. Il partira donc d’Arles, le soir, par l’une des diligences qui vont de Nîmes à Marseille, et il arrivera le lendemain, à la matinée, dans l’antique cité phocéenne.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 12 juin). Arles selon… Joseph Bard. Biblioweb. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.