Arles selon… Agrippa d’Aubigné

Théodore Agrippa d’AUBIGNÉ
1552-1630

Sa vie se déroule entre le spectacle des têtes coupées exposées au château d’Amboise que son père lui fit jurer de venger et la prise de La Rochelle par les troupes de Richelieu. Sa vie et son œuvre sont marquées par safidélité à la cause protestante. Dans ces vers des Tragiques, il rappelle les massacres de protestants à Lyon et dans la vallée du Rhône. A cette occasion, il signale une particularité d’Arles : la ville ne possède ni fontaine ni puits, ses habitants consomment et utilisent l’eau du Rhône.

Les tragiques

Vers 1073-1092

Lyon, tous tes lions refusèrent l’office :
Le vil exécuteur de la haute justice,
Le soldat, l’étranger, les braves garnisons
Dirent que leur valeur ne s’exerce aux prisons.
Quand les bras et les mains, les ongles détestèrent
D’être les instruments qui la peau déchirèrent,
Ton ventre te donna de quoi percer ton flanc ;
L’ordure des boyaux se creva dans ton sang.

Voilà Tournon, Viviers et Vienne et Valence
Poussant avec terreur de Lyon l’insolence,
Troublés de mille corps qu’ils s’éloignent ; et puis
Arles, qui n’a chez soi ne fontaines ne puits,
Souffrit mourir de soif, quand du sang le passage
Dix jours leur défendit du Rhône le breuvage.
Ici, l’ange des eaux cria : « Dieu qu’on adore,
Qui es, qui as été, et qui seras encore,
Ici tu as le droit pour tes saints exercé,
Versant le sang à boire à ceux qui l’ont versé.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 22 juin). Arles selon… Agrippa d’Aubigné. Biblioweb. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.