Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans « Un premier bouquet de contraintes » (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en « double aveugle ». Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……


Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous « écoutions » donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : « Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.


Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de « littérature » la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des « choses à dire ». Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre« , substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.