Le voyage imaginaire dans le temps

Pour compléter ma chronique sur les voyages temporels et celle sur les dormeurs légendaires, je voudrais signaler l’ouvrage de Brenda Dunn-Lardeau, Le voyage imaginaire dans le temps : du récit médiéval au roman postmoderne (ELLUG, 2009). Il analyse notamment la légende des sept Dormants, Histoire véritable de Montesquieu Rip Van Winkle et Le Gouverneur des sept cités, deux nouvelles de Washington Irving, et Orlando de Virginia Woolf, mais il comporte aussi une histoire de l’hétérochronie littéraire depuis l’Antiquité, ainsi qu’une bibliographie commentée de près d’une centaine de récits hétérochroniques disponibles en français.

A propos, qu’est-ce qu’une hétérochronie ? Ce concept, emprunté à la paléontologie, désigne dans le domaine fictionnel la coprésence volontairement instituée par un écrivain, et clairement marquée, entre des époques historiques distinctes qualitativement éloignées et entretenant une relation signifiante (p. 12). C’est un récit où la discontinuité temporelle est un thème de la narration, un personnage est ainsi amené à traverser des époques trop éloignées pour être connues dans le cours d’une vie ordinaire. Un profond sommeil de plusieurs années, la métempsychose et l’immortalité font partie des éléments sur lesquels s’appuie l’écrivain pour “justifier” ces histoires semi-fantastiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.