La Claire Fontaine, chanson populaire française

Lors d’une randonnée chantée organisée par mon association de danses bretonnes, j’ai entendu une version de La Claire Fontaine que je ne connaissais pas. Il est vrai que je ne connais pas grand chose en la matière, car je m’en tenais à la version la enfantine la plus courante.

Ce fut pour moi l’occasion d’apprendre qu’il existe plusieurs centaines de versions de cette chanson. Ma curiosité ayant été piquée, j’ai entrepris de rassembler ci-dessous ce que je pourrai trouver en ligne sur ce sujet, à part l’inévitable article de Wikipédia. C’est dire qu’il y aura sans doute des mises à jours… Dernière mise à jour : 27 septembre 2022.

Études et versions

Un article de présentation de l’Encyclopédie canadienne

Hélène Plouffe. “À la claire fontaine”, Encyclopédie canadienne, 7 février 2007.

Une étude très poussée de plusieurs versions

J. Gilliéron. La Claire Fontaine, chanson populaire française. Examen critique de diverses versions de cette chanson”, Romania, tome 12 n°46-47, 1883, p. 307-331.

En voici un extrait, à propos de la fin de la chanson, qui remonte aux causes premières de la tristesse de la femme qui se plaint.

La version de Warloy -Bâillon, dont le couplet ne se compose que de deux hémistiches répétés et séparés par un refrain, permettait l’adjonction d’un nombre indéfini de vers.

Je voudrais que la rose Fût encore au rosier,
Et que le rosier même Fût encore à planter,
Et que la terre même Fût encore à piocher,
Et que la pioche même Fût encore à forger,
Et que mon amant Pierre Fût encore à m’aimer.

Une autre étude de plusieurs versions

F.-A.-H. LaRue. “Les chansons historiques et populaires du Canada”, Le Foyer canadien : recueil littéraire et historique, vol. 1, 1863, p. 321-384.

Dans ce long article, l’auteur consacre 6 pages (p. 329-335) à la comparaisons de 5 versions de ce qu’il nomme notre chanson nationale, comprenez celle des Canadiens français. En effet, au XIXe siècle, cette chanson a été chantée par les patriotes canadiens lors des Troubles de 1837-1838 dans le Bas-Canada et en 1878, l’association Saint-Jean-Baptiste de Montréal a adopté À la claire fontaine comme air national pour les Canadiens français.

Une brève étude mettant en parallèle plusieurs versions

Georges Doncieux. “La Claire fontaine” in Le romancéro populaire de la France : choix de chansons populaires françaises, Paris, E. Bouillon, 1904, p. 465-471.

L’étude commence par un catalogue des versions. Selon l’auteur, la chanson daterait du XVIIe siècle, car on en trouve la première occurrence dans le chansonnier de Ballard et 1704, et elle serait native de la Bretagne, de la Normandie ou du Poitou.

Un recueil de chansons champenoises

Louise Hardouin Prosper Tarbé. Romancero de Champagne. Tome II, Deuxième partie, Chants populaires. Reims, 1863, p. 204-205.

La version proposée dans ce recueil s’intitule Le Rosier. Celui qui se plaint est encore plus radical que dans la version indiquée plus haut, puisqu’il fait remonter sur les origines premières de son malheur à la création de la terre…

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier,
Et que le rosier même
Fût encore à planter. -Retour, etc.

Et que le rosier même
Fût encore à planter,
Et que la terre entière
Fût encore à créer.

Un recueil de chansons de l’Ain

Charles Guillon. Chansons populaires de l’Ain. Paris, Monnier, 1883, p. 305-306.

La version proposée s’intitule En revenant de la noce.

Un recueil de chansons franc-comtoises

Max Buchon. Chants populaires de la Franche-Comté. Paris, Sandoz et Fischbacher, 1978, p. 46-49.

Un recueil de chansons françaises

Eugène Laurent et Adolphe Orain. Recueil de chansons populaires. Tome I. Paris : Maisonneuve et Cie, 1883, p.196 à 206. NB : Le recueil comporte 5 tomes, parus de 1883 à 1890

Dans ce recueil, les diverses versions sont rassemblée sous le titre générique Pour un bouquet de rose. C’est du reste le bouquet de rose et le rosier (voir exemple précédent) qui constituent le thème principal de la chanson, la claire fontaine pouvant aussi bien être remplacer par les bords de la Seine..

Sur le bord de la Seine
Me suis lavé les pieds :
D’une feuille de chêne
Me les suis essuyés ;
Que ne m’a-t-on donné
Celui que j’ai tant aimé !

Selon F.-A.-H. LaRue (voir plus haut), cette variante, donnée par M. Rathery, est extraite d’un recueil de Rondes et branles à danser du 17e siècle.

Un recueil de chansons populaires canadiennes

Ernest Gagnon. Chansons populaires du Canada. Québec 1880.

C’est dans cet ouvrage, dont la première édition est de 1867, qu’est donnée la mélodie qui nous est la plus familière (cf. Hélène Plouffe).

Une anthologie de poésie française

Pierre Seghers, Le livre d’or de la poésie française des origines à 1940. Paris, 1972.

Dans cette anthologie de poésies françaises figure les paroles originales supposées intitulées En revenant des noces.

En revenant de noces, j’étais bien fatiguée,
Au bord d’une fontaine, je me suis reposée
Et l’eau était si claire, que je m’y suis baignée ;
À la feuille du chêne, je me suis essuyée…

Sur la plus haute branche, le rossignol chantait :
Chante, rossignol, chante, toi qui as le cœur gai !
Le mien n’est pas de même, il est bien affligé !
C’est de mon ami Pierre, qui ne veut plus m’aimer,
Pour un bouton de rose, que j’ai trop tôt donné.

Je voudrais que la rose fût encore au rosier,
Et que mon ami Pierre fût encore à m’aimer.

Un recueil de littérature canadienne

James Huston. Le Répertoire national, ou, Recueil de littérature canadienne. Vol. 1. Montréal : Lovell et Gibson,1848.

Voici ce que dit l’auteur la chanson, qu’il fait figurer en tête de son ouvrage sous le titre Mélodie canadienne, chanson des voyageurs :

L’auteur de cette simple et douce mélodie est inconnu. L’air et les paroles paraissent avoir été composés par un des premiers voyageurs canadiens, malheureux sans doute dans ses amours, et poète de cœur et de pensée, quoique ne connaissant ni les lois de la rime ni celles de la versification. Cette mélancolique chanson, transmise de génération en génération, après avoir été répétée par les échos des forêts et des grands lacs du Nord et de l’Ouest, est devenue le chant national de nos fêtes de familles et de nos fêtes patriotiques. Pour ces raisons, on a cru devoir la placer à la tête de œ recueil de littérature nationale.

Voir aussi l’étude de F.-A.-H. LaRue citée plus haut.

Un autre recueil de chansons populaires canadiennes

Marius Barbeau. Alouette : nouveau recueil de chansons populaires avec mélodies choisies dans le répertoire du Musée national du Canada.

Selon Hélène Plouffe, l’auteur écrit que la chanson aurait été composée par un jongleur du XVe ou du XVIe siècle, ce qui contredit quelque peu James Huston (voir ci-dessus).

En revenant de noces : deux versions de Bretagne et du Québec à écouter

Postérité

Un poème qui s’en inspire

Emmanuel Dochez. Idylles françaises : oeuvre posthume. p. 97-99 et p. 177-179. Paris : Librairie des bibliophiles, 1977.

Voir l’idylle XXII et la note la concernant où l’auteur dit s’être inspiré d’une ronde et dune chanson normandes, cette dernière étant une version de La claire fontaine.

Un hommage aux chansons d’autrefois

Alphonsine Lafforgue, alias Alida Calel. La Claire fontaine. Paris : Enoch et Co. , 1904

Il est au fond des bois, une claire fontaine,
Aux murs chaperonnés de rosés liserons,
Comme nous la chantaient, en leurs simples chansons,
Les vieilles qui filaient leur quenouille de laine.
Glissant entre les fleurs, les mousses, les buissons,
L’eau candide s’enfuit vers les prés de la plaine,
Et sa petite voix tremblante et si lointaine,
En frôlant les roseaux s’unit à leurs frissons.
Les pastours pleuraient là, leur amie inconstante,
Les pages y rêvaient aux yeux bleus de l’Infante,
Les bergères y plaisantaient avec les Rois.
Ils sont morts ces amis de notre enfance blanche,
Mais on entend ce peu qui reste d’autrefois :
Le rossignol chanter sur la plus haute branche.

Diverses interprétations, dont une franchement gaillarde par Colette Renard…


Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 20 septembre). La Claire Fontaine, chanson populaire française. Biblioweb. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzu6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.