Un plan manuscrit de la ville d’Alger

Quand j’ai trouvé dans Gallica le plan manuscrit ci-dessous, je me suis demandé s’il avait un lien avec la mission du capitaine Boutin en 1808, celle qui a donné lieu à l’édition tardive d’un Plan d’Alger et de ses environ en 1830. La notice bibliographique le date d’ailleurs cette année des débuts de la conquête de l’Algérie. Cependant, rien sur le document lui-même ne semblait confirmer ou infirmer cette datation.

Zoom sur l’image dan Gallica

J’ai voulu en savoir un peu plus et j’ai interrogé SINBAD, le Service d’ INformation Des Bibliothécaires A Distance de la BNF, comme je l’avais fait voici quelques années pour le conte intitule le langage des animaux. Je demandais donc :

  • Si le plan est vraiment de 1830 comme indiqué dans la notice ?
  • S’ils ont des informations sur son origines et s’il a un rapport avec la mission du capitaine Boutin en 1808 ?

De la réponse de la BNF, il ressort que contrairement à ce qui figure dans la notice, le plan n’est pas daté. Cependant, il a été présenté lors de l’exposition Made in Algeria : généalogie d’un territoire au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille du 19 janvier au2 mai 2016 et le catalogue de l’exposition le date “vers 1833” (Cat. 47, p. 106-107). Sur quelles indications ? SINBAD ne le dit pas.

Quand j’ai consulté plus attentivement le plan, j’ai constaté que plusieurs noms de rues peuvent permettre d’en donner une datation et que celle-ci pourrait être légèrement différente de celle proposée.

La rue d’Orléans, en hommage à la dynastie montée sur le trône en 1830, atteste que ce document est postérieur à la conquête d’Alger. Il n’a donc rien à voir avec la mission du capitaine Boutin, comme me l’a d’ailleurs confirmé SINBAD. Alors, ce serait bien “vers 1833” ? Ce n’est pas si sûr, car plusieurs odonymes faisant référence à l’épopée napoléonienne, notamment en Egypte – rues de l’Empereur, Kléber, Desaix, du Nil, du Delta, d’Héliopolis, d’Alexandrie, des Mameluks… – pourraient conduire à dater le plan du Second Empire. Mais il n’est pas impossible que ces noms aient été choisis sous l’influence d’officiers bonapartistes réintégrés dans l’armée sous la monarchie de Juillet. Ces derniers mettraient ainsi en parallèle la conquête de l’Algérie avec la campagne Égypte, faisant une analogie entre ces deux pays du monde arabo-musulman. Je serais donc tenté de dater le document de la monarchie de Juillet, pas nécessairement du début des années 1830, mais plutôt de cette période où les bonapartistes relèvent la tête, aux environs de 1840. Ceci dit, je reconnais que mes arguments sont plutôt fragiles…

Sur l’origine du document, SINBAD me répond que le plan, acheté à un M. Dumont, est entré dans les collections du département des Cartes et plans le 12 mai 1909 d’après le numéro d’acquisition 36706. D’après ce que j’ai pu voir, le volume 17 des registres des entrées du département des Cartes et Plans ou “registres C”, ce même M. Dumont a également vendu le même jour 179 documents cartographiques (plans de monuments et de villes, cartes de départements et de régions), dont les numéros d’acquisitions vont du n° 36705 au n° 36883.

Ils concernent essentiellement la France et aucun autre, l’Algérie. Rares sont parmi eux les documents manuscrits comme le plan de l’esplanade, de l’avenue et de l’embarcadère du chemin de fer de Nismes à Montpellier (n° 36864) ou celui de l’église Saint-Etienne à Melun (n° 36748). Cette liste vaudrait sans doute que je l’étudie plus longuement. Ce sera peut-être l’objet d’une prochaine chronique…



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 28 septembre). Un plan manuscrit de la ville d’Alger. Biblioweb. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.