Autour de l’autisme

Comme je vous l’ai laissé entendre dans une précédente chronique, les autistes et l’autisme m’intéressent. Pour approfondir un peu cette question, j’ai emprunté dernièrement en DVD un film de Sophie Révil, Le cerveau de Hugo. Cet excellent docu-fiction croise le récit de la vie d’un autiste imaginaire, Hugo, pianiste surdoué joué par l’acteur Thomas Coumans, et les témoignages d’autistes bien réels qui servent à nourrir ce récit.

Parmi ces témoins, j’ai notamment remarqué Josef_Schovanec, philosophe, écrivain, voyageur et militant de la cause autiste sur laquelle il a écrit plusieurs livres et articles et qu’il défend dans ses interventions à la radio – entre autre dans certaines des chroniques qu’il a présentées sur Europe 1 – dans ses conférences…

Voir la playliste

… et également au sein de la web-série Human Diversity sur le thème de l’Inclusion produite par La Loge DCM, luttant contre l’exclusion dont les autiste sont souvent victimes dans nos sociétés.

« L’observation m’en a été faite par plusieurs personnes : de toutes les sociétés, l’une des plus excluantes pour les jeunes autistes ayant des déficiences pourrait bien être la nôtre, l’occidentale. »

Josef Schovanec, Je suis à l’Est !.

Doté d’une bonne dose d’humour, il n’en pousse pas moins des coups de gueules contre les diagnostics abusifs de l’autisme chez l’adulte, certains de nos contemporains trouvant apparemment “tendance”, valorisant ou avantageux professionnellement d’être considérés comme autistes. Il dit entre autre à ce propos :

[…] ce n’est pas parce qu’on arrive à la quarantaine et qu’on n’a pas eu la vie affective ou professionnelle dont on rêvait que l’on est autiste.

Est-ce à dire que se présenter comme autistes permettrait à certains d’occulter le fait qu’ils sont simplement des égoïstes sociopathes ? Le propos est sévère, mais sans doute lucide…

Josef Schovanec fait partie de ces autistes savants…

… qui, comme Daniel Tammet

Voir la playliste

… ou Temple Grandin, impressionnent le public des neurotypiques par leurs connaissances et leur virtuosité dans tel ou tel domaine – langues, mathématiques, musique, sciences… ceci qui permet d’expliquer l’engouement de certains pour la condition autiste.

Or celle-ci est loin d’être facile pour eux-mêmes…

…. ou pour leur entourage…

Voir les autres vidéos de la chaîne Parents ! sur le sujet

… car leur quotidien est fondamentalement différent de ceux de leurs concitoyens dits normaux.

Heureusement, depuis que s’est développé à partir des années 1980 un important mouvement pour les droits des personnes autistes, ils n’hésitent plus à prendre la parole…

grâce à des associations spécifiques comme ASPERANSA (Association pour la Sensibilisation à la Protection, l’Éducation et la Recherche sur l’Autisme, et Notamment le Syndrome d’Asperger)…

…. et s’intègrent de plus en plus au monde du travail…

… et à la société auxquels ils ont beaucoup à apporter…

…. avec des parcours divers, du comédien Hugo Horiot

Voir la playliste sur Hugo Horiot

… à la psychologue Julie Dachez,

… en passant par le kinésithérapeute Vincent Meslet

… et la militante écologiste Greta Thunberg.

Mais au fait, c’est quoi l’autisme ? Pour répondre à cette question, je vous renvoie à l’ensemble des vidéos et autres documents dont j’ai truffé le texte ci-dessus. Il existe aussi sur la plateforme Hypothèse trois carnets sur la question. Si les deux premiers, Autisme et syndrome d’Asperger et Controverses sur l’autisme ne sont plus actifs, Neurodiversithèse, par Marie-Eve Lefebvre, doctorante en andragogie, à l’Université de Montréal est régulièrement mis à jour. Je vous invite enfin à visiter sur Youtube la chaîne d’Alistair qui en connait un rayon sur la question…

Voir la série Mieux comprendre l’autisme

… tout comme l’auteur de La différence invisible, Julie Dachez,

… ou encore la Bande d’autistes ! et plein d’autres chaînes Youtube. Des sites sont également consacrés à la question, comme Asperansa, Comprendre l’autisme ou Spectre de l’autisme.com.

Retenez déjà ces trois points.

  • L’autisme n’est pas une maladie dont on pourrait guérir.(1) Comme l’écrit l’autiste de haut niveau Jim Sinclair dans un article disponible sur le site d’ASPERANSA, “L’autisme n’est pas quelque chose qu’une personne a, ou une coquille dans laquelle une personne est enfermée. Il n’y a pas d’enfant normal caché derrière l’autisme. L’autisme est une manière d’être. Il est envahissant ; il teinte toute expérience, toute sensation, perception, pensée, émotion, tout aspect de la vie. Il n’est pas possible de séparer l’autisme de la personne — et si cela était possible, la personne qui vous resterait ne serait pas la même personne que celle du départ”.
  • Il est d’origine génétique.
Voir la playliste
  • Il ne se réduit pas au seul syndrome d’Asperger, qui a fait une grande part de sa notoriétél. Il prend en fait des formes variées. Bref, il n’y a pas un autisme, mais des autismes. Aucun autiste n’est semblable à un autre, un peu comme n’importe quel être humain…
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Autisme.jpg.
Extrait de Pas comme Rain Man, une affiche-BD conçue par Spectre de l’autisme.com.

Et maintenant la grande question : suis-je, ou mieux, êtes-vous autistes ? Il existe des tests qui concernent surtout le survalorisé syndrome d’Asperger. En effet, pour beaucoup, la volonté de se faire diagnostiquer autiste s’explique à mon avis par un complexe d’infériorité vis à vis des surdoués et des quotients intellectuels de haut niveau et par le désir d’en faire partie…

Voir aussi ici

Le mieux serait peut-être de se rapprocher des Centres de ressources sur l’Autisme.

Mais après tout est-ce si important de savoir si je suis, si vous êtes autistes ? L’essentiel n’est-il pas d’être conscient de la grande diversité(2) de modes de pensée et de comportements qui existent au-delà d’une supposée normalité ? Personnellement, en tant que gaucher, je sais depuis bien longtemps que la normalité n’est rien d’autre que la façon dont une majorité impose de manière plus ou moins dictatoriale ses orientations aux minorités de tous ordres. C’est dire que je n’y suis guère attaché…

Autres chroniques sur l’autisme

Une série de courts-métrages de sensibilisation à l’autisme à l’université (2 mai 2022).

Bandes dessinées sur l’autisme (25 octobre 2022).

Une playliste de vidéos sur l’autisme féminin (27 octobre 2022).

L’autisme dans les films et séries (2 novembre 2022)

______________________________

  1. Et d’ailleurs, pourquoi en guérir ? Après tout, si tout homme bien portant est un malade qui s’ignore (cf. Jules Romain, Knock), l’autiste n’est pas plus atteint que n’importe qui.
    .
  2. Les autistes se définissent comme neurodivers ou neuroatypiques par opposition aux neurotypiques qui sont censés constituer la norme, c’est à dire la majorité statistique de la population.

Dernière mise à jour : 24 octobre 2022.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 5 octobre). Autour de l’autisme. Biblioweb. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzuc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.