L’autisme dans les films et séries

J’ai évoqué, dans deux précédentes chroniques, le docu-fiction de Sophie Révil, Le cerveau de Hugo (2012),

… et la série télévisée Astrid et Raphaëlle (3 saisons depuis 2020),

… qui contribuent l’un et l’autre, de manières différentes mais tout aussi réalistes, à sensibiliser le public des neurotypiques à la condition des autistes. Mais il existe de nombreux autres films et séries sur la question, tant documentaires que fictions. J’en donne ci-dessous quelques exemples.

Documentaires

La semaine dernière, par exemple, la LCP a diffusé un documentaire de Mickey Mahut et Laurent Kouchner, Autisme : le petit chasseur de fantôme. autour du jeune Tom et de son père, un des coréalisateurs…

Je citerai aussi Elle s’appelle Sabine (2007) de Sandrine Bonnaire à propos de sa sœur, détruite par une prise en charge inadaptée

… et Quelle folie (2019) de Diego Governatori sur son ami d’enfance Aurélien Deschamps, autiste Asperger de haut niveau.

Fictions

Dans cette catégorie, le télé-film A l’ombre du piano, sur deux sœurs, dont une autiste, faisant face à une mère indifférente…

Le Goût des merveilles (2015) d’Éric Besnard et Monsieur Je-sais-tout (2018) de Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie, deux films qui décrivent l’attachement qui se développe entre leur personnage principal et une personne neurotypique (cf. Guillaume de la Chapelle),

Le parfait autiste (2019), sombre court-métrage de Sonia Nona à propos d’un jeune hacker surdoué.

Voir aussi la playliste

… ou les séries Atipycal (2017-2021), Good Doctor (depuis 2017) ou On the Spectrum (2018)

Le cas Rain man et ses limites

Cependant, si je vous dit film de fiction sur l’autisme, je pense que vous répondrez Rain man (1988) de Barry Levinson, avec ses quatre Oscars…

… et aussi pas mal de dégâts collatéraux dans la diffusion des idées toutes faites sur les autistes en singes savants.

Comme l’écrit Guillaume de la Chapelle sur le site Wat’s up Doc ?

Si le film a beaucoup fait pour que les troubles du spectre autistique (TSA) soient connus du grand public, en tout cas autrement que sous l’angle de la déficience profonde, il l’a aussi enfermé dans une vision stéréotypée entraînant une confusion avec la surdouance, dans une vision binaire où l’autisme se partagerait entre déficients mentaux et génies.

Du coup, il est très modérément apprécié au sein de la communauté aspie. Voir à ce propos l’affiche en bande dessinée Pas comme Rain Man ou une allusion faite par Julie Dachez dans La différence invisible, ainsi que le passage suivant de “Représentation sociale de l’autisme”, article dont elle est une des coauteurs paru en 2016 dans le n° 112 des Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale :

Or, les médias mainstream et la culture populaire véhiculent une image stéréotypée des personnes TSA, notamment par le biais de personnages tirés de films comme Rain Man ou Snow Cake (Draaisma, 2009, 2014). Ils contribuent ainsi à alimenter la stigmatisation à l’égard de ces personnes.

Dans “L’autisme au cinéma ou comment faire évoluer les mentalités ?” l’éducatrice Valérie Glaude émet aussi des réserves sur Rain Man, qu’elle oppose au docu-fiction de Sophie Révil, Le cerveau de Hugo… même si elle souligne aussi les limites de ce dernier :

Des films comme “Rain Man”, ont contribué à la sensibilisation de l’opinion publique sur le thème de l’autisme.

Toutefois, de tels films ont aussi suscité des incompréhensions et malentendus, comme par exemple le fait que « toutes » les personnes autistes auraient des capacités uniques, extraordinaires, le mythe de l’enfant prodigue par le cinéma, émerveille et rassure et ne reflète pas nécessairement la réalité.

Bien que les personnes autistes présentent plus ou moins les mêmes
caractéristiques, elles se manifestent chez chacun d’entre elles de manière très variable.

Dans « le cerveau d’Hugo », documentaire diffusé sur plusieurs chaînes de télévision depuis 2012, les intervenants, autistes Aspergers, cassent l’image caricaturale de l’autisme… celle de l’autiste qui ne parle pas, celle de l’autiste qui se frappe la tête contre le mur, … Dans ce film-documentaire,on se trouve face à un adulte, un enfant expliquant lui-même son handicap, ses difficultés, ses différences.

[…]

Certes, le cerveau d’Hugo est une belle histoire qui finit bien mais pour combien d’autistes, l’histoire se termine-t-elle si bien ? […] Comme si pour faire avancer les choses, il fallait masquer une partie du problème, l’édulcorer en appliquant une couche de communication positive.

D’autre part, ce documentaire ne donne la parole qu’à ceux qui sont capables de dialoguer, c’est-à-dire les autistes « Asperger » qui ne représentent que 10 à 15 % des autistes en général. Il ne faut pas oublier le nombre extrêmement plus important de familles qui resteront le bec dans l’eau, qui se sentiront encore une fois mises à l’écart, encore une fois marginalisées avec leur autiste à elles, souvent avec des troubles associés tels la dysphasie, la dyspraxie, la dysmorphie, voir l’épilepsie…

Des autistes s’expriment sur la représentation de l’autisme au cinéma et à la télévision

Sur la chaîne Laurent Social, un direct a eu lieu le 31 août 2022 avec des participants autistes à propos de la représentation de l’autisme au cinéma et à la télévision. Vous pouvez voir leurs échanges ci-dessous :

Pour aller plus loin sur la représentation de l’autisme

Brigitte Chamak.

Pour constituer une liste des films et séries sur l’autisme

Pour évoquer les documentaires et fictions cités plus haut, j’avoue avoir largement utilisé “L’autisme au cinéma” sur le site Wat’s ud Doc, l’article où Guillaume de La Chapelle présente 6 films. Mais il en existe beaucoup plus, comme l’indiquent les listes trouvées sur les sites suivants

…. ainsi que dans l’article Wikipédia “Autisme dans les médias”.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 2 novembre). L’autisme dans les films et séries. Biblioweb. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzuj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.