Et s’ils appuyaient sur le bouton ?

En ces temps riants où la guerre nucléaire revient sur le devant de la scène, non plus comme fiction, mais comme hypothèse plausible, je me souviens de mon enfance, de mon adolescence et de mon entrée dans l’âge adulte. En ces années-là, les deux superpuissances déployaient leur arsenal atomique de part et d’autre du rideau de fer et bien des jeunes de mon âge n’imaginaient pour avenir qu’une terre irradiée avec des survivants à l’abri dans de grandes métropoles souterraines….

Oui, c’était ça, notre imaginaire, enfin tout au moins celui de la catégorie de jeunes dont je faisais partie : vaguement pacifistes et écologistes d’une part, nourris de SF de l’autre avec en plus, il faut bien le dire, une bonne dose d’anti-américanisme dont je n’ai jamais vraiment réussi à me défaire. Mais je digresse…

En fait, si j’ai entamé ce billet, c’est pour évoquer comment à l’époque était imaginé, non pas l’après-catastrophe, mais bien le moment même où elle se produit. Voici quelques années, je l’ai fait avec deux chansons de Guy Bonnardot et Claude Nougaro. Je voudrais ici évoquer un film anglais, que j’ai vu en Allemagne, à Göttingen, du temps où je préparais ma maîtrise d’histoire. C’était en 1986, peu avant la catastrophe de Tchernobyl qui devait être ressentie chez nos voisins d’outre-Rhin beaucoup plus intensément que dans notre beau pays prétendûment épargné par le nuage radioactif…

Mais revenons au film. Intitulé When the wind blow, il s’agit d’un dessin animé de Jimmy T. Murakami. C’est l’adaptation de la bande dessinée du même nom du dessinateur anglais Raymond Briggs. Remarque en passant : le livre date de 1982, le film de 1986, année où il est sorti en salle au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en République fédérale d’Allemagne alors qu’il a fallu attendre le 27 juin 2012 pour qu’il soit diffusé en France au Reflet Medicis. Autant dire que nos compatriotes n’ont eu que peu de chance de le voir. Mais je digresse encore…

Bande annonce du film

L’histoire est toute simple. Un couple de retraités bien tranquilles, Jim et Hilda Bloggs, est confronté à la guerre nucléaire. Naïfs et mal informés, ils ne savent comment réagir, ce qui aboutit à des décisions très inappropriées. Je me souviens notamment d’une scène où ils boivent l’eau de pluie, car pour eux, celle-ci ne peut être que bonne et pure, sauf qu’en fait elle est radioactive. Inutile de préciser que tout cela se termine très mal pour eux, comme d’ailleurs sans doute pour le reste du monde dont ils n’ont plus aucune nouvelle dès l’attaque nucléaire. Un huis-clos dont les personnages touchants et vaguement ridicules nous émeuvent. Le pessimisme du propos contraste avec la rondeur des personnages. C’est vrai que ça se termine très mal, mais du moins ne sont-ils pas seuls…

Extraits commentés

Maintenant, une question. Sommes-nous aujourd’hui mieux préparer que Jim et Hilda, à l’éventualité d’une guerre nucléaire ? Je n’en suis pas trop sûr.

N’ayant pu trouver le film en ligne, je vous invite, si vous êtes anglicistes, à feuilleter ci-dessous la bande-dessinée, disponible sur Youtube…

… ou à écouter une adaptation radiographique, ainsi que la chanson de David Bowie, sortie dans la bande originale du film :

Dernière mise à jour : 29 août 2023.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 22 novembre). Et s’ils appuyaient sur le bouton ? Biblioweb. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzuu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.